Accompagner la vie. Médecine palliative et droits des malades. Sixième partie

semaine du 30 octobre au 5 novembre 2017

La médecine palliative s’est développée au cours de ces dernières années pour soulager les souffrances des malades en fin de vie.  

«Les Unités de soins palliatifs doivent relever un véritable défi culturel, mieux : conceptuel. Elles sont à certains égards inconcevables tant leur réalité même implique nécessairement dans une pensée, une conception de la mort aujourd’hui » 

Emmanuel Hirsch, Les soins palliatifs 

Comme nous l’avons déjà observé, l’histoire des soins palliatifs est étroitement liée à quelques femmes qui font autorité : Jeanne Garnier, Cicely Saunders et Elisabeth Kübler-Ross. En France, après lcréation par Jeanne Garnier de l’Œuvre du Calvaire (1842), établissement destiné à l’accueil de femmes gravement malades, Aurélie Jousset fonde, à Paris, Le Calvaire (1874). Après cette étape fondatrice des soins palliatifs, la France demeure inactive jusqu’aux années 1980. C’est alors que commencent les premières actions destinées à la promotion de la médecine palliative : l’ouverture de la toute première petite unité de soins palliatifs en milieu hospitalier (Hôpital de Cognacq-Jay), le développement des soins palliatifs à domicile, mais surtout la création – en 1983 – de l’Association pour la promotion des soins palliatifs (ASP).  

En 1985, sous la présidence de François Mitterrand, la médecine palliative connaît un tournant décisif comment en témoignent plusieurs événements dont les débuts de l’opposition entre les défenseurs de la médecine palliative et de l’accompagnement du mourant et les partisans de l’euthanasie. Le Ve Congrès international mondiale des associations pour le droit de mourir dans la dignité réunit les partisans du « droit de choisir sa propre mort ». Mais 1985 est surtout l’année de l’institution de la commission « Aide aux mourants », chargée d’élaborer un programme de l’accompagnement des personnes mourantes et de se prononcer – entre autres – sur l’euthanasie.  

D’autres initiatives permettent de saisir la prise de conscience de la société française sur la fin de vie. Le documentaire Voyage au bout de la vie, réalisé par Bernard Martino et Marc Horowitz, décrit en quatre épisodes, est consacré à la médecine palliative, notamment à celle pédiatrique ou encore à ses grandes figures fondatrices. En 1987, voit le jour la première Unité de soins palliatifs du pays, à l’hôpital universitaire de Paris, sous la direction du docteur AbivenD’autres unités sont ouvertes dans la foulée. La même année est créée la fédération des associations Jusqu’à la mort accompagner la vie (JALMALV), dont les associations partenaires sont très actives pour la diffusion de la médecine palliative. 

Bérangère Soustre de Condat-Rabourdin  

La semaine prochaine : Accompagner la vie. Médecine palliative et droits des malades. Septième partie 

Google news Référence: 
259
30 Octobre 2017 - 8:11am