Retrouvez notre série Corps à corps avec la mort

semaine du 6 au 12 mars 2017

Dans cette série nous passons en revue les pratiques, usages et rites de la conservation des cadavres dans les sociétés humaines, de l’Antiquité à nos jours.

1- Carnaval macabre en Sicile

L'embaumement des cadavres s’inscrit à la fois dans le besoin d’immortaliser le souvenir de l’être cher et, dans une dynamique plus large du souvenir et de la transmission mémorielle construite autour des notions d’identité et d’appartenance sociale. 

cid_ffaba4df-1828-7e8c-aecd-4ce61eeba022yahoo.jpg

2- La momification en Egypte

La momification dans l'Egypte des phraraons.

cid_d93b8821-bff1-8501-a13c-d45f672dddc3yahoo.jpg

3- Parfum et épices d'éternité en Egypte

La momification dans l'Egypte des phraraons.

egyptian-museum-221786_640.jpg

4- En Grèce antique 

Les rites de mort et d’éternité dans la Grèce ancienne.

5- Le miel, l'ambroisie, la chair

Les rites de mort et d’éternité dans la Grèce ancienne.

6- Rites pour la paix des vivants en Afrique

La société africaine n’attribue pas la même place aux morts selon qu’il s’agisse d’une femme ou d’un homme, d’un vieux ou d’un enfant, d’un père ou d’un homme mort sans descendance.

7- Les funérailles chez les Lobi

Comme d’autres peuples d’Afrique noire, les Lobi pratiquent également le rituel des doubles funérailles : les premières funérailles - appelées « Biir » - et les secondes, dites « Bobuur ».

masque_mortuaire_africain.jpg

8- De la putréfaction à "l'ancestralisation"

Le culte des crânes chez les peuples du Cameroun et du Nigéria.

9- Les funérailles romaines

L’immortalité telle que la conçoivent les Romains n’a rien en commun avec celle chrétienne : en effet, il est surtout question de la divinisation du défunt, un processus rituel complexe. 

10- La cuisine du sacrifice à Rome

les Romains attribuent une importance singulière au banquet funéraire : au cours de ce repas solennel, le banquet est à la fois un moment de convivialité réunissant les vivants et un instant de partage des victuailles entre la famille, le défunt et les divinités.

pompei.jpg

11- Les tout-petits enfants dans la Rome antique

Les tout-petits bénéficient de sépultures et de rites particuliers en raison de leur âge. 

12- L'enfant en Gaule romaine

Les tout-petits bénéficient de sépultures et de rites particuliers en raison de leur âge. 

13- Les Mérovingiens entre paganisme et christianisation

Encore influençés par les rites mortuaires de la Rome antique, les Mérovingiens s'en affranchissent peu à peu sous la pression du christiannisme.

merovingien_saint-ayoul.jpg

14- Les sacophages mérovingiens

Cette semaine nous nous intéressons aux sacorphages de l'époque mérovingienne. 

sarcophgages_iii.jpg

15- Les tombres mérovingiennes de Saint-Denis

Après avoir étudiés les différents types de sarcophages, on va s’intéresser désormais aux sépultures mérovingiennes de la basilique Saint-Denis, et notamment à celle de la reine Arégonde.

reine_aregonde.jpg

16- Le culte de Sainte Bathilde

Fondatrice de l’abbaye bénédictine de Chelles au VIIe siècle où elle fut inhumée en 680, les reliques de l'épouse du roi des Francs Clovis II furent l’objet d’une véritable dévotion jusqu’au XVIIIe siècle. 

sainte_bathilde.jpg

17- Mourir à l'époque carolingienne

Depuis une vingtaine d’années, les données concernant le traitement du cadavre au haut Moyen Âge ont été enrichies significativement par l’apport de l’archéologie.

18- Mourir au moyen-âge

Depuis une trentaine d’années, le renouveau de l’historiographie médiévale et l’apport de l’archéologie ont contribué indéniablement à une meilleure connaissance des pratiques funéraires du Moyen Âge. 

19- Conservation du corps à l'époque médiévale

Les techniques de conservation des cadavres étaient connues et pratiquées au haut Moyen Âge. En raison du coût des opérations, seuls les rois et les membres de l’aristocratie pouvaient recourir à l’embaumement.

20- Les morts à l'épreuve du genre

Entre le 12ème et le 14ème siècle, le traitement funéraire du corps de la reine répondait à des nécessités de conservation, de dévotion religieuse et d'enjeux de pouvoir.

21- Mort infantile et pratiques funéraires aux 16e et 17e siècles

Au 16e et 17siècles, la mortalité infantile - un enfant sur quatre mourait avant son premier anniversaire - conduisait les parents à baptiser les nouveaux-nés le plus tôt possible afin de leur garantir un accès à l'au-delà en cas de mort prématurée.

22- Représenter l'enfant mort en peinture aux 16e et 17e siècles

La mort de l’enfant constitue un tabou pour les sociétés humaines de tous temps. L’effroyable perte a inspiré hommes de lettres, musiciens et peintres qui ont cherché à exorciser cette peur atavique du petit défunt. 

23- La vieille femme, l'enfant et le diable

Depuis l'antiquité jusqu'à l'époque moderne, les croyances populaires, les arts plastiques ou la littérature ont souvent représenté la sorcière sous les traits d' un personnage démoniaque, capable de réveiller les morts, et doté de pouvoirs de guérison et de divination.

24- L'utilisation thérapeutique des momies

L’utilisation des momies à des fins médicales est connue depuis l’antiquité et elle concerne aussi bien le continent européen que celui asiatique. Cette semaine nous nous intéressons aux pratiques dans l'antiquité et au moyen-âge.

25- L'utilisation thérapeutique des momies (16e et 17e siècles)

L’utilisation des momies à des fins médicales est connue depuis l’antiquité et elle concerne aussi bien le continent européen que celui asiatique. Cette semaine nous nous intéressons aux pratiques en vigueur entre le XVIème et le XVIIIème siècles. 

26- L'art de la dissection en Occident (Moyen-âge)

L’examen du cadavre a été interdit dans presque toutes les civilisations. Il existe cependant quelques exceptions : la dissection des corps a été pratiquée en Egypte dans l' Antiquité et également au Moyen Âge, à des fins médicales et pour comprendre l' anatomie.

27- Au coeur d'une leçon d'anatomie (16e-18e siècles)

Objet d’étonnement et de curiosité, le cadavre est aussi étudié par les chirurgiens et les étudiants pour comprendre, connaître son fonctionnement et – par conséquent – soigner.

28- Les préparation anatomiques en cire (18e siècle)

Au 18e siècle, le cadavre devient un  objet de savoir scientifique.  La connaissance de l’anatomie médicale s’est construite à partir d’un long processus historique, mêlant préjugés, innovations techniques et savoirs scientifiques.

29- L'étrange musée du docteur Spitzner

Le 19e siècle constitue un moment important dans l’histoire des cires anatomiques. Objet réservé aux élites fortunées, celles-ci devinrent rapidement le support indispensable à la vulgarisation scientifique. La tradition foraine s’en empara à la fin du 19e et au début du 20e siècle.

30- L'art d'embaumer les corps en Italie (fin du Moyen-âge - 18e siècle)

La conservation des corps au moyen de techniques de plus en plus sophistiquées s’affirme surtout au cours de la fin de l’époque médiévale. Si l’embaumement se développe, surtout aux débuts, dans les pays du Nord de l’Occident médiéval (France, Allemagne et Angleterre), il s’épanouit en particulier en Italie.

31- L'art d'embaumer en Europe (18e-20e siècles)

La conservation des corps au moyen de techniques de plus en plus sophistiquées s’affirme surtout au cours de la fin de l’époque médiévale. L’embaumement se développe en Europe où il s’épanouit au XVIIIsiècle.

rosalia_lombardo.jpg

32- La chimie au service de l'embaumement

Les progrès de la médecine et de la chimie ont joué un rôle déterminant dans l’apparition et le développement des techniques de la thanatopraxie contemporaine (17e-1ère moitié 19e siècle).

33- Affirmation de la thanatopraxie moderne (début du 19e siècle)

Les premières décennies du 19e siècle sont marquées par le perfectionnement de l’utilisation de nouveaux produits chimiques dans l’embaumement.

34- La mort aseptisée (19e et 20e siècles)

Au XIXème siècle, l'utilisation de nouveaux produits et l'invention de nouvelles techniques permettent une relative  "démocratisation" de l'embaumement qui n'est plus seulement réservée à quelques privilégiés. 

35- L'embaumement pendant la guerre de Sécession (1860-1865)

Les Etats-Unis forment la « terre d’élection » de la thanatopraxie moderne notamment sur le plan technique et en raison de la notoriété dont la pratique bénéficie outre-Atlantique. 

36- La toilette et les rites funéraires en Islam (I)

Avant son inhumation le corps du défunt subit une toilette mortuaire complète qui obéit à un rituel minutieux prescrit par le Coran.

37- La toilette et les rites funéraires en Islam (II)

Avant son inhumation le corps du défunt subit une toilette mortuaire complète qui obéit à un rituel minutieux prescrit par le Coran.

38- Rites de mort dans le judaïsme

Dans le judaïsme, la toilette funéraire est fondamentale et marque la première étape de la séparation de l’âme et du corps.

39- Cultes de mort et de vie chez les Toraja

Bien que convertis au christiannisme, les Toraja d'Indonésie continuent à pratiquer des rites funéraires animistes.

40- La sati ou immolation des veuves en Inde

Le rituel de l'immolation de la veuve sur le bûcher de son époux trouve son origine dans des récits légendaires.

41- La sati aux 19e et 20e siècles

En Inde, le rituel de l'immolation de la veuve sur le bûcher de son époux régresse avec la colonisation britannique.

42- Devenir momie et Bouddha de son vivant

Dans la culture japonaise, le Sokushinbutsu (« devenir bouddha avec son corps de son vivant ») est une pratique ascétique qui conduit à la momification vivante des anciens moines.

43- Les momies des tourbières

Un millier de momies ensevelies dans la tourbe et très bien conservées ont été découvertes en Europe du Nord.

momie_des_tourbieres.jpg

44- Les mystères d'Ötzi, la momie des glaces

La découverte fortuite dans le Tyrol italien d’Ötzi a révolutionné la connaissance de nos ancêtres vivant il y a 4500 ans dans les Alpes.

otzi_11.jpg

45 - Le culte des têtes en Gaule

Comme dans la majorité des cultures humaines, la tête occupe une place privilégiée dans la civilisation gauloise où elle est associée à des rites guerriers.

46- Le culte des morts au Mexique

La mort et les morts occupent une place singulière qu’explique – notamment – la part du sacré dans la société et la culture mexicaines.

fete_des_morts.jpg

47- Le rite du "retournement des corps" à Madagascar

Dans la culture malgache, les corps des défunts sont exhumés de leurs tombes par les familles à l’occasion de grandes fêtes rituelles.

48- Le rite de mizuko kuyō au Japon pour commémorer les fœtus morts

La cérémonie vise à assurer la paix du fœtus, à éviter sa vengeance et à permettre aux parents de faire leur deuil.

49- Rites de mort et de sacrifice en Mésopotamie

Selon les Mésopotamienne, l’immortalité était réservée aux seuls dieux tandis que l’âme des mortels rejoignait le royaume des ombres.

50- Les sacrifices humains dans la civilisation aztèque

Chez les Aztèques, le sacrifice humain était un rite courant de la vie culturelle et sociétale.

51- Les sacrifices humains en Egypte ancienne

Les sacrifices humains étaient pratiqués lors de la mort du pharaon, dans le but de châtier un criminel ou pour anéantir des prisonniers ennemis.

52- Les sacrifices humains en Grèce ancienne

En Grèce ancienne, chaque étape importante de la vie était dirigée par la religion et par l’intervention du rite dans le quotidien des hommes et des femmes. 

53- Le sacrifice des enfants anormaux en Grèce antique

Dans l’Antiquité grecque, il était usage de considérer les enfants anormaux comme la conséquence du courroux des dieux à l’encontre des hommes.

54- Les enfants anormaux dans l'antiquité romaine

Les Romains mettaient à mort les enfants "anormaux " ou monstrueux pour protéger la communauté.

55- Naissance et mort au Moyen-Age (1er partie)

Phénomène habituel mais traumatisant, la mortalité néo-natale est très repandue dans la société médiévale.

56- Naissance et mort au Moyen-Age (2e partie)

Comme dans l’ensemble des cultures humaines de tous temps et de tous lieux, l’avortement était également connu à l’époque médiévale, mais sévèrement réprimandé.

57- Naissance et mort au Moyen Âge (3e partie)

Avec le taux de mortalité élevé et les avortements, une troisième cause de décès des jeunes enfants doit être mentionnée pour l’époque médiévale : l’infanticide.

58- Les danses macabres au Moyen Âge (1er partie)

Nées en France au XIVe siècle, les danses macabres sont devenues un thème majeur de l'iconographie religieuse dans notre pays et dans l'ensemble de l'Europe médiévale.

danse312.jpg

59- Les danses macabres au Moyen Âge (2e partie)

Le thème de la danse macabre au Moyen Âge a suscité une iconographie abondante.

buffalmaco.jpg

60- Les danses macabres au Moyen Âge (3e partie)

Le thème de la danse macabre au Moyen Âge a suscité une iconographie abondante.

61- Le Dit des Trois morts et des trois vifs et ses représentations iconographiques

La légende des trois morts et des trois vifs s’impose dans la littérature médiévale - dès le 13e siècle - à travers une importe production manuscrite qui concerne l’ensemble de l’Europe chrétienne.

le-dit-des-trois-vifs-et-des-trois-morts.jpg

Google news Référence: 
299
11 Mars 2016 - 2:29pm