96 morts dans la tragédie d’Hillsborough

Ça s'est passé un 

15 Avril 1989

Craints alors pour leur violence, les supporters du club anglais de football Liverpool s’étaient tristement illustrés le 29 mai 1985 lors de la finale de la Coupe européenne des clubs champions qui opposait le Liverpool football club à la Juventus de Turin. La rencontre se déroula au stade du Heysel à Bruxelles. Des hooligans anglais attaquèrent les tifosis turinois et les spectateurs belges. Surpris par le déchainement de violences, les italiens et les belges reculèrent pour éviter l’affrontement auquel ils n’étaient pas préparés. Une bousculade se produisit. Des dizaines de personnes furent piétinées. On releva 39 morts dont 32 Italiens, 4 Belges, 2 Français et un Nord-Irlandais et 454 blessés. Les clubs de football britanniques payèrent chèrement le comportement de leurs supporters. L’instance européenne du football européen leur interdit de participer pendant trois ans aux compétitions européennes, Liverpool écopa d’une peine de bannissement de six ans. Quatre ans plus tard, le 15 avril 1989, les fans de Liverpool furent accusés à tort d’être à l’origine d’un nouveau drame dans le stade d’Hillsborough à Sheffield (nord de l’Angleterre) où l’équipe de Nottingham Forest recevait Liverpool dans le cadre d’une demi-finale de la Coupe d’Angleterre. Selon la tradition, la rencontre se déroulait sur un terrain neutre. Le début du match avait été programmé pour 15 heures. Mais des embouteillages avaient retardé l’arrivée des supporters de Liverpool qui commençaient à s’agglutiner à l’extérieur du stade devant une des tribunes qui leur était attribuée.

Craignant de ne pouvoir entrer, les milliers de supporters commencèrent à protester. Le chef de la police du Comté prit peur et fit ouvrir un accès habituellement utilisé pour permettre la sortie des spectateurs. Le chemin conduisait à une tribune qui était déjà pleine à craquer de supporters. L’arrivé de nouvelles personnes provoqua une bousculade qui s’étendit aux tribunes voisines. Pendant que des centaines de personnes étaient piétinées, poussées contre les murs et les grillages qui entouraient le terrain, l’arbitre siffla le début de la rencontre. Il l’interrompit au bout de six minutes quand des supporters à moitié asphyxiés ou blessés réussirent à trouver refuge sur la pelouse, en passant par une brèche dans le grillage. Complètement dépassée par l’ampleur du drame, la police laissa faire. On releva 96 morts et 766 blessés parmi les supporters de Liverpool.

 Depuis la dramatique affaire du Heysel, ces derniers traînaient derrière eux une mauvaise réputation. Les autorités affirmèrent aux médias que la bousculade avait été la conséquence de l'intrusion forcée dans la tribune de supporters de Liverpool n'ayant pas payé leur billet. Les esprits se seraient alors échauffés d’autant que la plupart étaient ivres. Les supporters des Reds furent accusés également d’avoir empêché l’action des secours. La version officielle accrédita cette thèse malgré les protestations des survivants qui réclamèrent une nouvelle enquête indépendante. Au bout de vingt ans, le chef du gouvernement britannique Gordon Brown leur donna satisfaction. En 2012, la commission prouva que la police portait une lourde responsabilité dans le drame. Plutôt que de reconnaitre ses erreurs, elle avait fait porter le chapeau aux fans de Liverpool.

 Le chef de la police d’alors reconnut les faits et admit avoir menti. Il avoua que L'ouverture des portes avait provoqué un pic d'affluence et était à l'origine du mouvement de foule : « C'est l'un des plus grands regrets de mon existence et il est juste de reconnaître aujourd'hui que j'ai été dépassé par l'énormité de la situation et la décision que j'avais à prendre. C'est très difficile à admettre mais j'étais si dépassé par l'émotion de nous avoir mis dans cette situation que pendant un moment, j'ai perdu mon esprit

 La tragédie d’Hillsborough permit une prise de conscience. Un rapport proposa 76 mesures dont la suppression des grillages autour du terrain et la reconstruction des tribunes dotées uniquement de places assises pour limiter l’afflux des spectateurs.

J.-P.G.

Demain : Bataille du Chemin des Dames

Google news Référence: 
482
16 Mars 2017 - 4:18pm

Un jour, un événement