Annonce du massacre de Katyn

Ça s'est passé un 

13 Avril 1943

Deux ans après l’invasion de l’Union soviétique, la Wehrmacht tentait de contenir au début du printemps 1943 de dures contre-offensives de l’Armée rouge. Arrêtés devant Moscou en décembre 1941 et vaincus en février 1943 à Stalingrad, les Allemands occupaient toujours de vastes territoires en Russie mais n’avaient plus la maitrise de la conduite de la guerre. Ils reculaient en bon ordre. Le rapport des forces tournait à l’avantage des Alliés et de l’URSS. Aussi le monde crut à une manœuvre de propagande quand les médias allemands annoncèrent le 13 avril 1943 que les militaires allemands avaient découvert dans le village russe de Katyn un charnier contenant les corps de 4500 officiers polonais exécutés d’une balle dans la tête par la police politique de Staline. Le doute s’accrut quand on constata que l’information avait déjà été publiée en août par le magazine allemand SignaL La nouvelle était totalement passée inaperçue. L’URSS nia toute participation au massacre et rejeta la responsabilité du crime sur le Troisième Reich. Le démenti sembla satisfaire les alliés britanniques et américains de l’URSS. Seul le gouvernement polonais exilé à Londres demanda le 14 avril à la Croix rouge internationale d’enquêter sur les lieux. Moscou vexé qu’on mît en doute sa parole rompit les relations diplomatiques avec les Polonais de Londres. L’affaire en resta là. Les Occidentaux jetèrent un voile sur le charnier de Katyn. Les Allemands s’étaient rendus coupables de crimes contre l’humanité d’une tout autre ampleur.

Le massacre de Katyn revint à la « une » de l’actualité pendant la « guerre froide » qui opposait l’occident capitaliste aux pays du bloc socialiste. En 1953, une commission d’enquête parlementaire conclut que les officiers polonais faits prisonniers par les Soviétiques en 1939 avaient été internés au camp de Kozielsk avant d’être assassinés par la police politique soviétique et enterrés dans des charniers à Katyn. Beaucoup y compris dans les pays de l’ouest mirent en doute cette version en pleine crise entre les deux Grands. Il fallut attendre l’accession au pouvoir en URSS du communiste réformateur Mikhaïl Gorbatchev en 1985 pour connaitre enfin la vérité. En 1990, le dirigeant soviétique reconnut que les soviétiques avaient été les auteurs de la tuerie. Il présenta les excuses officielles de l’URSS au peuple polonais. En 1992, Boris Eltsine remit au gouvernement polonais des preuves de la planification du massacre. Après le partage de la Pologne entre l’Allemagne nazie et l’URSS, Staline décida d’éliminer les élites politiques polonaises pour faciliter la soviétisation de la Pologne après la guerre. La décision fut prise le 5 mars 1940 lors d’une réunion du politburo à laquelle participèrent Staline, Vorochilov, Mikoyan, Molotov. Lavrenti Beria, chef de la police secrète (NKVD), fut chargé de l’exécution des « prisonniers polonais, anciens officiers, fonctionnaires, agents de police, agents de renseignement, gendarmes […], membres de diverses organisations contre-révolutionnaires d'espions et de saboteurs ». En tout, 22 000 polonais furent exécutés entre avril et mai 1940 : 4404 à Katyn, 6287 à Ostachkov, 3896 à Kharkov, 3870 en Biélorussie, 3435 près de Kiev. Les victimes furent assassinées d’une balle dans la tête.

J.-P.G.

Demain : Le Titanic heurte un iceberg et coule

Google news Référence: 
892
16 Mars 2017 - 4:13pm

Un jour, un événement