Blocus de Berlin par les Soviétiques

Ça s'est passé un 

24 Juin 1948

A la fin de la seconde guerre mondiale l’Allemagne vaincue est divisée en quatre zones d’occupations administrées par les armées américaine, anglaise, française et soviétique. Cette dernière est présente depuis 1944 dans la partie orientale du pays qui comprend l’ancienne capitale du Reich, Berlin. La ville est divisée en deux parties dont l’Ouest (883 km2 et 2,3 millions d'habitants) est concédée aux Alliés occidentaux et partagée en trois zones d'occupation (anglaise, américaine, française). Cette présence des occidentaux à Berlin inquiète le dirigeant soviétique Joseph Staline qui craint que ces derniers ne s’entendent pour contrer son influence sur la partie Est de l’Allemagne. Le 24 juin 1948 il prend prétexte de la création de la nouvelle monnaie introduite par les Occidentaux dans leurs zones d’occupation, le Deutsche Mark (DM), pour tenter un coup de force : interdire l’accès à Berlin. Le blocus consiste à couper, soi-disant «pour des raisons techniques», les communications terrestres entre Berlin-Ouest et l'Allemagne occidentale. Les Soviétiques stoppent ainsi tout le trafic ferroviaire entrant à Berlin ainsi que celui des routes et des péniches sur le canal de la Spree. Ils n’approvisionnent plus en courant électrique venant de leurs usines la partie ouest de la ville. Le prétexte d’une telle mesure est la présence de défauts techniques sur les voies ferrées et, pour le trafic routier, la nécessité d’empêcher l’arrivée à Berlin de la nouvelle monnaie occidentale, ce qui serait néfaste pour l’économie du secteur soviétique. 

 La réussite de cette opération aurait signifié l'abandon par les alliés occidentaux de Berlin et donc son occupation par les seuls Soviétiques. Mais le gouverneur militaire américain pour l’Allemagne, le général Lucius Clay, refuse cette décision et choisit de réagir à cette première tension de la guerre froide. Il convainc son gouvernement d’utiliser la voie des airs pour sauver Berlin. Pendant près de onze mois, jusqu'au 12 mai 1949, les Américains et les Anglais organisent un pont aérien pour ravitailler les berlinois de l'Ouest, soit 277 728 vols en 322 jours. Le principal aéroport de Berlin, Tegel, est d'ailleurs la conséquence de ce pont aérien puisqu'il est construit en secteur français d'août à novembre 1948 pour compléter les aéroports existants de Tempelhof en secteur américain et de Gatow en secteur britannique.

 Le pont aérien résiste à l'hiver et aux brimades des Russes : projecteurs aveuglant les pilotes, interférences radio, tirs sol-sol, tirs de batteries de DCA. Il empêche ainsi Berlin-Ouest d’être annexé par les troupes de Staline, et son maintien coûte que coûte, malgré 76 morts et un budget considérable, finit par contraindre les Soviétiques à mettre fin au blocus. Une décision annoncée par l'agence Tass le 25 avril 1949. La circulation entre les trois zones occupées par les armées de l’Ouest et la zone soviétique est rétablie et des milliers de voitures peuvent s’engager sur les quatre chaussées inutilisées depuis dix mois. Quelques temps plus tard se concrétise la division de l'Allemagne en deux États rivaux : la République fédérale allemande (RFA) et la République démocratique allemande (RDA). 

Serge Bolloch

Demain : Création du drapeau arc-en-ciel

 

Google news Référence: 
021
27 Mai 2016 - 3:26pm

Un jour, un événement