Des Français fondent Montréal

Ça s'est passé un 

17 Mai 1642

Le 2 octobre 1535, à l’occasion de son second voyage vers ce qu’il croyait être l’Asie, le navigateur breton Jacques Cartier remonta le fleuve Saint-Laurent et accosta sur une île au milieu du fleuve. Des indiens Iroquois l’habitaient. Le lieu avait été baptisé du nom d' Hochelaga (50 km de long sur 16 km de large) par ses occupants. Leur village était installé sur une colline au milieu de l’archipel. Cartier nomma cette montagnette Mons Realis (Mont Royal). Le nom resta et devint plus tard Montréal. Samuel de Champlain, le fondateur en 1608 de la ville de Québec, explora le site des décennies plus tard. Il avait été abandonné par les Iroquois pour une raison inconnue. Le français y établit un poste provisoire qu’il dut bientôt abandonner faute de pouvoir le défendre contre les attaques des indiens Mohawks.

  Bien qu’inoccupée, l’île avait été érigée en seigneurie par les colonisateurs français. Jean de Lauzon, futur gouverneur de la Nouvelle-France, en était de jure le propriétaire. Il vendit en 1640 son « domaine » à la « Société Notre-Dame de Montréal pour la conversion des Sauvages de la Nouvelle-France ». L’association recruta un jeune officier qui avait combattu dans les guerres européennes, Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve. Sa mission consistait à prendre possession de la concession en leur nom, d’y créer une colonie, de protéger ses habitants et de procéder à l’évangélisation des Amérindiens. Le noble arriva en Nouvelle-France en 1641. Il installa au sommet du Mont Royal une croix. 

 Il entoura le campement rudimentaire de fortifications. Le militaire était accompagné d’une jeune femme dévote, Jeanne Mance, proche des jésuites, dont la vocation évangélisatrice s’était révélée lors qu’une procession religieuse à Troyes. La société Notre-Dame lui avait confié la mission de bâtir un hôpital sur l’île. Les sociétaires souhaitaient sauver l’âme des « Sauvages » mais se préoccupaient également de soigner leur corps.

 Le 17 mai 1642, Paul de Chomedey et Jeanne Mance fondèrent officiellement la mission sous le nom de Ville-Marie. Une cinquantaine de colons les rejoignirent. Les conditions de vie dans le fort étaient précaires : insalubrité, maladie, faim, attaques des Iroquois. Peu d’Amérindiens se convertirent au christianisme. Bientôt la population de Ville-Marie déclina. Paul de Chomedey se rendit en France à deux reprises (1653 et 1659) pour recruter de nouveaux colons. Deux cent français acceptèrent de tenter l’aventure. La situation démographique s’améliora. En 1663, la Nouvelle-France devint une province royale placée directement sous l’autorité de Louis XIV. Le Roi-Soleil décida de dissoudre la société Notre-Dame. En 1665, après 24 ans de présence en Nouvelle-France, le fondateur de Montréal fut renvoyé, avec interdiction de revenir, en métropole où il mourut en 1676. Jeanne Mance bâtit son Hôtel-Dieu comme elle le souhaitait. En 1673, elle inaugura les travaux de construction de la première église en dur de Ville-Marie. Elle décéda l’année suivante. Elle a été proclamée vénérable par l’église catholique en 2014.

 Aujourd’hui, Montréal compte 1,7 million d’habitants (4 millions en ajoutant l’aire urbaine). Le français est la première langue parlée par 53% de ses habitants.

Demain : Massacre des soldats français à Bruges

Google news Référence: 
935
15 Avril 2016 - 6:38pm