Intronisation du pape Pie XII

Ça s'est passé un 

12 Mars 1939

Le décès du pape Pie XI le 10 février 1939, après un règne de 17 ans, rendit nécessaire la convocation d’un conclave à Rome le 1er mars. Soixante-deux cardinaux s’enfermèrent dans la chapelle Sixtine, située dans une des salles des palais pontificaux du Vatican pour élire un successeur. Cinquante-cinq d’entre eux étaient originaires d’Europe dont trente-cinq d’Italie, quatre représentaient l’Amérique du nord, deux l’Amérique latine, et un l’Asie. Au premier tour de scrutin, le cardinal Eugenio Maria Giuseppe Giovanni Pacelli obtint 35 voix. Comme il lui manquait sept suffrages pour atteindre la majorité élective fixée à deux tiers des électeurs, un second tour fut organisé. Le cardinal Eugenio Pacelli réunit la majorité des voix. Mais écrasé par la charge qu’il devait désormais assumer, il demanda une confirmation de son élection par un troisième vote. Le 2 mars, il réunit alors 61 voix. Les milliers de fidèles qui attendaient patiemment place Saint-Pierre aperçurent alors la fumée blanche qui annonçait l’élection du pape. Comme elle noircit – signe que le pape n’avait pas été élu - le secrétaire du conclave confirma l’élection de Pacelli sur Radio-Vatican. Un cardinal prononça depuis le balcon central de la Basilique Saint-Pierre la phrase rituelle en latin : « Habemus papam » : « Nous avons un pape ». Eugenio Pacelli rejoignit ses appartements. Par une étrange coïncidence, ce jour de gloire, était également celui de son soixante-troisième anniversaire. In petto, il pensa que son élection était peut être un cadeau empoisonné. Il déclara aux sœurs qui l’accueillaient en pleurant : « Regardez ce qu’ils ont fait de moi ».

Guide spirituel de l’Eglise et du peuple catholique, Eugenio Pacelli était également le chef de l’Etat de la Cité du Vatican. Sa première décision consista à choisir son nom de règne. Ce fut Pie XII, une manière de montrer la continuité avec le pape XI qu’il avait servi fidèlement pendant neuf ans au poste de Cardinal secrétaire d’Etat, équivalent à celui de premier ministre et de ministre des affaires étrangères du Vatican. Son profil de diplomate était sans doute à l’origine de sa brillante élection. En poste en Bavière dans les années 1930, Eugenio Pacelli avait négocié le concordat avec le gouvernement dirigé par le chancelier national-socialiste Adolf Hitler. L’Allemagne reconnaissait l’Eglise catholique romaine sur l’ensemble du Reich et garantissait la liberté des œuvres, écoles et associations catholiques. En échange, le parti du centre d’inspiration catholique (Zentrum) cessait ses activités politiques.

 Beaucoup croyaient naïvement que le nouveau pape, fort de son expérience, parviendrait à jouer les intermédiaires entre l’Allemagne nazie et ses voisins menacés. Chacun mesura l’inanité de ces spéculations. Intronisé pape le 12 mars 1939, Pie XII affronta sa première crise internationale trois jours plus tard. Le 15 mars, en violation des traités et de la légalité internationale, les troupes allemandes occupèrent la Tchéquie (Bohème et Moravie) qui devint un protectorat du Troisième Reich. Pendant les premiers mois de son règne, le pape se garda bien de dénoncer la politique agressive allemande. Après l’invasion de la Pologne par la Wehrmacht le 1er septembre 1939, il resta silencieux. Après la chute de Varsovie et l’écrasement de la Pologne catholique, il déclara à l’ambassadeur de France au Vatican : « vous savez de quel côté se trouvent mes sympathies. Mais je ne peux pas le dire ». Le 20 octobre 1939, alors que le partage de la Pologne entre l’Allemagne nazie d’Hitler et l’URSS communiste de Staline était consommé depuis longtemps, il publia une encyclique Summi Pontificus dans laquelle il ne nomma jamais le nazisme ni le communisme. Il se contenta d’exprimer des généralités : « l'oubli de cette loi de solidarité humaine et de charité, dictée et imposée aussi bien par la communauté d'origine et par l'égalité de la nature raisonnable chez tous les hommes, à quelque peuple qu'ils appartiennent ». Le pire était à venir.

J.-P.G.

Demain : William Herschel découvre Uranus

Google news Référence: 
742
14 Février 2017 - 6:23pm