Killy, héros des JO de Grenoble

Ça s'est passé un 

12 Février 1968

Jean-Claude Killy est entré dans la légende du ski mondial en remportant trois titres aux Jeux olympiques de Grenoble en 1968. Les épreuves de ski alpin se déroulaient dans la station de Chamrousse située sur le massif de Belledonne en Isère. Le 9 février, les skieurs s’affrontèrent dans l’épreuve reine du cirque blanc, la descente. Le français Guy Perillat réalisa un temps exceptionnel. La victoire semblait à portée de main. Tous les concurrents avaient terminé leur parcours, sauf un. Jean-Claude Killy était le dernier à s’élancer. Il accomplit une descente parfaite. Le chronomètre donna son verdict : il battait son partenaire et ami de l’équipe de France Guy Perillat pour 8 centièmes de seconde. Un souffle. Le 12 février, eut lieu la deuxième manche du slalom géant dans des conditions météorologiques exécrables. Jean-Claude Killy souverain remporta sa deuxième médaille d’or. Les skieurs se retrouvèrent le 17 février pour la troisième épreuve, le slalom spécial. Le classement donna le suédois Haako Mjoen vainqueur devant l’autrichien Karl Schranz et Jean-Claude Killy, troisième et médaille de bronze. Mais après le témoignage des commissaires de piste le jury disqualifia le suédois pour avoir manqué deux portes. Karl Schranz hérita de la médaille d’or. Des commissaires révèlèrent qu’il avait aussi raté deux portes. Le skieur protesta et affirma qu’il a été volontairement gêné par un homme, un français sans doute.

 Il obtint d’effectuer une seconde tentative avant d’être de nouveau disqualifié, ses accusations n’ayant pas été confirmées. Jean-Claude Killy fut proclamé vainqueur et se vit accrocher autour du cou une troisième médaille d’or. Avant lui, seul le skieur autrichien Toni Sailer avait réalisé un exploit similaire, aux JO de Cortina d’Ampezzo en 1956. Le champion considèra qu’il a atteint le sommet de sa carrière. En plus des trois médailles d’or, son palmarès comprenait 6 titres de champion du monde, 2 coupes du monde et une trentaine d’épreuves dans le circuit mondial. Comment faire mieux ? A l’âge de vingt-quatre ans et six mois, il abandonna le sport de compétition.

 Une nouvelle vie commenca pour Jean-Claude Killy surnommé « King Killy » par les américains. Il participa à des courses automobiles, fit brièvement l’acteur, créa une société de vêtements, devint actionnaire de nombreuses multinationales. Le virus du sport ne l’ayant pas quitté il fut nommé membre du Comité international olympique (CIO). En 1992, il co-organisa avec Michel Barnier les Jeux olympiques d’Albertville. Il occupe aujourd’hui au Comité international olympique (CIO) la fonction de coordinateur des JO d’hiver.

Demain : La France fait exploser une bombe A

Google news Référence: 
020
22 Janvier 2016 - 2:46pm

Un jour, un événement