L’invention de la région en France

Ça s'est passé un 

14 Mars 1964

Les régions françaises que nous la connaissons aujourd’hui ont vu le jour au terme d’une lente évolution. Entité de coordination économique à l’origine, elles constituent aujourd’hui une vraie collectivité territoriale représentée par un conseil régional élu au suffrage universel, chargée de gérer des secteurs comme l’éducation, la formation, l’aménagement du territoire, les infrastructures, et dotée de moyens financiers. Le projet initial était moins ambitieux. Le 30 juin 1955, le gouvernement de Pierre Pflimlin avait décidé de lancer « un programme d’action régionale » en vue de « promouvoir l’expansion économique et sociale des différentes régions ». Le projet fut repris à son compte par le gouvernement de Michel Debré. Un décret publié lu 2 juin 1960, avait institué en France métropolitaine vingt et une « circonscriptions d’action régionale ». Il s’agissait alors de permettre la mise en œuvre de programmes d’action et de développement économique dans un cadre plus large que celui du département. Le gouvernement ne souhaitait pas créer un nouveau échelon administratif et encore moins politique entre l’Etat et le département. Il était contraire à la doctrine gaulliste d’instituer un nouvel écran entre le pouvoir et les administrés. Rapidement, on se rendit compte que le costume était trop étroit et qu’il fallait accroître les compétences de ces nouvelles « circonscriptions ». Le 14 mars 1964, une réforme administrative, créait officiellement 21 régions.

 Un préfet de région voyait le jour. Une assemblée consultative l’assistait. Cette «commission de développement économique régional (CODER) » était composée pour moitié de personnalités désignées par les conseillers généraux et le premier ministre et pour moitié d’acteurs de la vie économique choisis par leurs pairs. En 1969, le général de Gaulle proposa par référendum d’élargir les compétences des régions. Le 27 avril, les Français votèrent « non » à la réforme proposée. De Gaulle démissionna.  Il fallut attendre l’accession de François Mitterrand à la tête de l’Etat pour que la décentralisation revienne sur le devant de la scène. Le 2 mars 1982, la loi accroissait la compétence des régions qui devenaient de vraies collectivités territoriales. Les conseillers régionaux étaient élus au suffrage universel. La France compte aujourd’hui 22 régions en métropole et 5 régions en outre-mer.

 Le 17 décembre 2014, l'Assemblée nationale a voté en dernière lecture la nouvelle carte des régions en France métropolitaine. leur nombre passe de 22 à 13. Six régions restent inchangées : la Bretagne, le Centre-Val de Loire (changement de nom), l' Ile-de-France, la Corse, la Provence-Alpes-Côte d'Azur, les Pays de la Loire. En revanche, les parlementaires ont décidé de fusionner seize régions, permettant de réduire leur nombre  à  sept entités administratives. Les regroupements concernent les régions suivantes : Alsace et Champagne-Ardenne et Lorraine, Aquitaine et Limousin et Poitou-Charentes, Auvergne et Rhône-Alpes, Bourgogne et Franche-Comté, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais et Picardie, Haute-Normandie et Basse-Normandie. Il reste à trouver un nom  et une capitale à ces nouvelles régions. De belles empoignades en perspectives.

Jean-Pierre Giovenco

Demain : Assassinat de Jules César

Google news Référence: 
009
8 Février 2016 - 9:46am

Un jour, un événement