Le Comté de Nice rattaché à la France

Ça s'est passé un 

14 Juin 1860

En juillet 1858, Camille Benso, comte de Cavour, président du Conseil du royaume de Piémont-Sardaigne rencontra secrètement à Plombière-les-Bains l’empereur Napoléon III, en cure dans la cité thermale vosgienne. Les deux hommes mirent au point un plan qui changea la carte de l’Europe. Napoléon III s’engagea à soutenir le projet des Piémontais de réunifier l’Italie autour du roi Victor Emmanuel II et de chasser les autrichiens du nord de l’Italie. En échange, Cavour accepta de céder à la France la Savoie et le comté de Nice. Au début le plan se déroula selon le scénario mis au point à Plombière. Les Autrichiens déclarèrent la guerre en avril 1859 au royaume de Piémont-Sardaigne. Les italiens l’emportèrent à Palestro et à Montebello. Les franco-piémontais vinrent à bout difficilement des Autrichiens à Magenta et à Solferino en juin 1859. Victorieux mais choqué par l’ampleur des pertes (40 000 morts et blessés), Napoléon III décida de signer un armistice à Villafranca di Verona avec l’Autriche-Hongrie, sans en référer à son allié piémontais qui s’estima trahi. Bien qu’agrandi de la Lombardie, l’unification de l’Italie autour du Piémont-Sardaigne n’était toujours pas réalisée. Cavour démissionna. L’annexion du comté de Nice et de la Savoie n’était plus à l’ordre du jour. Mais, l’aspiration à l’unité ne faiblissait pas. De juillet à mars 1860, plusieurs duchés (Parme et Modène notamment) rallièrent le Piémont.

 Le niçois Guiseppe Garibaldi à la tête des Mille s’empara du royaume des Deux-Siciles qu’il apporta à Victor-Emmanuel II. Le futur roi d’Italie ouvrit de nouvelles négociations avec Napoléon III. Le 24 mars 1860, le traité de Turin confirmait l’annexion par la France de la Savoie et du comté de Nice après consultation des populations. A Nice, le plébiscite se déroula les 15 et 16 avril 1860. Garibaldi député de Nice au parlement de Turin s’opposa avec vigueur à l’annexion. Réticente au début, la population accepta le changement de souveraineté à la demande de Victor-Emmanuel. L’appareil administratif mena une intense campagne en faveur du rattachement. Sur 30 712 inscrits, 25 743 votèrent pour l’annexion, 160 votèrent contre et 4779 ne participèrent pas à l’élection. En Savoie, la consultation eut lieu une semaine plus tard. Sur 135 449 inscrits, 130 533 savoisiens optèrent pour la réunion à la France.

 Le Comté de Nice rebaptisé Alpes-Maritimes fut officiellement cédé à la France le 14 juin 1860. Pour accroître la superficie du nouveau département français et pour faire oublier dans doute à ses habitants son passé, les autorités lui adjoignirent les arrondissements de Grasse et de Cannes, situés initialement dans le département du Var. Ainsi amputé de ses deux villes et du fleuve qui avait donné son nom, le Var devint le seul département français à porter le nom d’un cours d’eau qui ne coulait plus sur son territoire. 

J.-P.G.

Demain : Pompidou élu président de la République

Google news Référence: 
138
24 Mai 2017 - 1:54pm

Un jour, un événement