Le tour du monde à la voile en 40 jours

Ça s'est passé un 

26 Janvier 2017

En 1872, le richissime gentleman londonien Phileas Fogg avait fait le pari de réaliser Le tour du monde en quatre-vingts jours. Le personnage de roman créé par l’écrivain Jules Verne empruntait les moyens de transport les plus rapides existant à l’époque, à savoir le chemin de fer et les paquebots. Dans le roman, le parieur anglais réalisa son exploit grâce à l’utilisation massive des navires qui permettaient de rallier les continents entre eux. Selon un décompte précis, il passa soixante jours sur mer et vingt jours dans les trains. En 1992, inspiré par le roman d’aventure de Jules Verne, le navigateur Yves Le Cornec eut l’idée de lancer au monde de la voile un défi nautique. Il consistait à réaliser le tour du monde le plus rapide à bord d’un navire « propulsé par la seule force du vent », en équipage, sans escale et sans assistance, sur la distance de 21 760 miles marins, soit 40 300 kilomètres. Il baptisa naturellement son projet Trophée Jules-Verne. En 1993, trois marins – Bruno Peyron, Peter Blake et Olivier de Kersauson - et leur équipage acceptèrent de relever le défi. La ligne de départ était fixée au phare du Creach au large d’Ouessant. Les concurrents devaient réaliser la circumnavigation par la route est, en passant par le cap de Bonne espérance, le cap Leewin et le cap Horn. Seul le catamaran Commodore Explorer du skipper Bruno Peyron et des quatre autres membres d’équipage parvint à bon port et franchit la ligne d’arrivée, tracée virtuellement à hauteur du phare du cap Lizard, après une traversée de 79 jours 6 heures, 15 minutes et 56 secondes. Le chiffre symbolique de 80 jours était battu.

Peter Blake malchanceux en 1993 prit sa revanche l’année suivante à_bord_de l’Enza New Zeland et porta le record à 74 jours 22 heures, 17 minutes et 22 secondes. En 1997, Olivier de Kersauson sur le trimaran Sport-Elec l’améliora de trois jours (71 jours, 14 heures, 22 minutes et 8 secondes). En 2002, Bruno Peyron et ses équipiers sur le catamaran Orange réalisèrent le tour du monde en 64 jours, 8 heures, 3 minutes et 24 secondes. En 2004, Steve Fossett sur le catamaran Cheyenne fut le premier à descendre en dessous des 60 jours (58 jours, 9 heures, 32 minutes et 45 secondes). Bruno Peyron sur le catamaran Orange II le pulvérisa en 2005 avec un tour du monde en 50 jours, 16 heures, 20 minutes et 4 secondes. Le record tint 5 ans avant que Frank Cammas sur le trimaran Groupama III ne l’améliore à 48 jours, 7 heures, 44 minutes et 52 secondes. En 2012, Loïc Peyron, le frère du vétéran Bruno Peyron, sur le trimaran Maxi Banque Populaire V devint le détenteur du nouveau record en 45 jours, 13 heures, 52 minutes et 53 secondes.

En décembre 2016, Francis Joyon et son équipage de 5 marins s’élancèrent à bord du trimaran IDEC Sport. Le 26 janvier 2017, ils franchirent la ligne d’arrivée 40 jours, 23 heures, 30 minutes et 30 secondes après leur départ de Bretagne, établissant un nouveau record mondial, correspondant à la moitié du temps mis par Phileas Fogg dans le roman de Jules Verne pour réaliser le tour du monde. La performance a été approchée le 17 décembre 2017 par le skipper François Gabard sur le trimaran Macif qui a réalisé le tour du monde à la voile en solitaire en seulement 42 jours, 16 heures, 40 minutes et 35 secondes.

Demain : Signature du Traité de l’espace

Google news Référence: 
244
27 Décembre 2018 - 9:10am