McCarthy lance la chasse aux sorcières

Ça s'est passé un 

9 Février 1950

Le club des femmes républicaines de Wheeling en Virginie Occidentale qui s’étaient réunies le 9 février 1950 pour fêter le Lincoln day ne se doutaient pas qu’elles vivraient un moment historique. L’orateur invité, un certain Joseph McCarthy, sénateur de l’Etat du Wisconsin, créa la sensation en dénonçant l’infiltration des institutions américaines par des espions communistes. Il exhiba une feuille de papier sur laquelle étaient inscrits, affirmait-il, les noms de 250 agents prosoviétiques employés par le département d’Etat. La presse nationale relaya les accusations du sénateur dont personne n’avait jamais entendu parler auparavant en dehors de sa circonscription. Quelques jours plus tard, l’accusateur ramena le chiffre des conjurés à 57 personnes, puis à 3 et enfin, poussé dans ses derniers retranchements, à une personne, un professeur renommé dont il divulgua le nom et qui fut innocenté quelques années plus tard. Malgré ces reculades, le « maccarthysme » et la chasses aux sorcières communistes venaient de naître. Effrayé par la victoire de Mao Zedong en Chine et l’aggravation de la guerre froide avec l’Union soviétique, l’opinion publique américaine prêta foi aux accusations du sénateur. La vie politique américaine fut empoisonnée par ses méthodes inquisitoriales jusqu’en 1954. Le président démocrate Harry Truman, l’homme des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, était présenté comme un être faible, un quasi traître à la solde du communisme.

 Le nouveau président républicain Eisenhower ne l’appréciait pas, mais préféra taire ses critiques. En 1952, McCarthy obtint de présider le « sous-comité interne de sécurité du Sénat ». Il fit retirer de la bibliothèque du département d’Etat des ouvrages prétendument communistes. La délation fut encouragée pour débusquer les ennemis de la nation. Le sous-comité publia des « listes rouges » d’agent à la solde du communisme. Des dizaines de milliers de journalistes, d’artistes, d’universitaires, de membres du clergé, de politiciens, de savants, de diplomates, de militaires, de simples citoyens furent traînés dans la boue. De nombreuses carrières furent brisées.

 En 1954, McCarthy commit l’erreur de diligenter une enquête au sein de l’armée pour démasquer des traîtres. Sa mise en cause d’un général, héros de la seconde guerre mondiale, lui attira les foudres des médias. Un reportage de la télévision sur ses méthodes le discrédita auprès de l’opinion publique. La présidence du « comité » lui fut retirée par le Sénat. Il sombra dans l’alcoolisme et mourut en 1957 à l’âge de 49 ans.

Demain : L'URSS emprisonne des écrivains

Google news Référence: 
112
19 Janvier 2016 - 3:08pm

Un jour, un événement

Les événements des jours précédents