Ali Saleh

  

4 Décembre 2017
masculin

Ancien président de la République arabe du Yémen, né le 21 mars 1942 à Bayt al-Ahmar, tué à Sanaa, à l’âge de 75 ans. Obscur officier dans l’armée du Yémen du Nord, Ali Abdallah Saleh succéda en 1978 au président de son pays assassiné. Il mena une guerre meurtrière contre le Yémen du Sud marxiste. En 1990, il devint le président du Yémen réunifié. Il dirigea le pays d’une main de fer jusqu’en 2012, data à laquelle il fut chassé du pouvoir par le peuple lors du « printemps arabe », après un règne de trente-trois ans.

En 2014, il noua une alliance avec les rebelles Houthistes, une minorité religieuse proche du chiisme qu’il avait longtemps combattue lors de sa présidence. Son objectif était de reprendre le pouvoir à Sanaa, la capitale du pays. Mais il se heurtait aux forces gouvernementales soutenues depuis 2015 par une coalition dirigée par l’Arabie Saoudite sunnite redoutait l’installation à ses frontières sud d’un Etat allié de l’Iran. Ces dernières semaines, les bombardements de l’aviation saoudienne causèrent de lourdes pertes dans les rangs des rebelles. Le 2 décembre, Ali Saleh a rompu son alliance avec les miliciens houtistes et tenté de se rapprocher de l’Arabie saoudite à qui il avait proposé de « tourner la page » du conflit en échange de la levée du blocus de la ville qui affame la population. Un revirement - une trahison selon les Houthis - qu’il a payé de sa vie. Ses anciens alliés l’ont assassiné à Sanaa où de durs combats sont en cours. La mort de l’ancien dictateur du Yémen ne va pas mettre fin à un conflit qui a provoqué selon l’ONU « la pire crise humanitaire du monde ».

Google news Référence: 
667
4 Décembre 2017 - 5:10pm

Le carnet
des jours précédents

6 Décembre 2017

5 Décembre 2017

4 Décembre 2017

20 Novembre 2017

18 Novembre 2017