Antonin Scalia

  

14 Février 2016
masculin

Juge à la Cour suprême des Etats-Unis, né le 11 mars 1936 à Trenton (New Jersey), décédé à Marfa (Texas), à l’âge de 79 ans. Diplômé de l’université de Harvard en 1960, il enseigna le droit. Reconnu par ses pairs comme un brillant constitutionnaliste, il participa dans les années 1970 à plusieurs administrations gouvernementales sous les mandats des présidents républicains Nixon et Ford dont il partageait les idées politiques de droite. En 1986, le président Ronald Reagan, père de la « révolution conservatrice », le nomma à la Cour suprême des Etats-Unis. Opposé à toutes les évolutions sociétales, Antonin Scalia y incarna le courant ultra conservateur, 

Ce catholique, fils d’un immigrant italien, père de neuf enfants, combattit avec la dernière énergie en faveur du droit pour les citoyens de posséder une arme à feu. Les fusillades meurtrières dans les écoles et les universités américaines qui causèrent la mort de plusieurs dizaines d’innocents ne modifièrent pas son point de vue. Il tenta également de faire interdire l’avortement et se comporta comme un militant résolu du mariage homosexuel qu’il condamnait. Ses prises de position lui valurent le soutien des ultras conservateurs, du lobby des armes à feu et des intégristes religieux. Mais, Antonin Scalia ne se réduisit pas à ces prises de positions caricaturales. Partisan d’une lecture stricte de la Constitution des Etats-Unis, au plus près de l’intention originelle de ses auteurs, il défendit résolument le sixième amendement qui accorde des droits aux accusés et obtint le vote de lois renforçant les moyens d’intervention de la défense.

 La mort d’Antonin Scalia modifie le rapport de force entre juges libéraux et conservateurs. Chaque camp peut en effet compter désormais sur quatre partisans. Il appartient au président démocrate Barak Obama de nommer un remplaçant au jugé décédé. Plusieurs candidats républicains à l’élection présidentielle de novembre lui dénient ce droit, affirmant que la désignation du nouveau juge devra être réalisée par le président – ou présidente – élu le 8 novembre 2016. Or, la Cour suprême doit rendre des arrêts avant juin pour valider plusieurs lois votées par l’administration Obama dont la discrimination positive, l’avortement, la régularisation de plusieurs millions d’immigrants clandestins.

Google news Référence: 
161
14 Février 2016 - 1:35pm

Le carnet
des jours précédents

7 Janvier 2018

4 Janvier 2018

6 Décembre 2017

5 Décembre 2017

4 Décembre 2017