Azzedine Alaïa

  

18 Novembre 2017
masculin

Couturier français d’origine tunisienne, né le 26 février 1940 à Tunis (Tunisie), décédé à Paris, l’âge de 77 ans. Initié à la couture par sa sœur ainée, il suivit des cours de sculpture à l’institut des Beaux-Arts de Tunis. A la fin des années 1950, il tenta sa chance à Paris redevenue une des capitales de la mode. Il travailla pour des grands couturiers dont Guy Laroche ou Dior tout en confectionnant des vêtements  pour une clientèle privée constituée d’actrices (Greta Garbo, Arletty) et de femmes de lettres (Louise de Vilmorin). Installé dans une ancienne usine de montres du 4e arrondissement de Paris transformée en appartement, atelier, galerie d’art et… hôtel de trois chambres, il créa en 1980 sa propre maison de couture simplement baptisée Azzedine Alaïa.

 Les femmes tombèrent amoureux de ses robes moulantes qui les mettaient en valeur sans rien cacher de leurs formes. En 1984, il remporta l’Oscar de la mode. Il déclina ses créations pour le prêt-à-porter et ouvrit 300 points de vente dans le monde. Homme chaleureux, drôle, souvent habillé d’un costume chinois et fidèle en amitié, il s’efforça de rester fidèle à l’esprit artisanal et familial qui avait présidé à ses premières années. Il « découvrit » le mannequin Naomi Campbell qui le considérait comme son second père. Refusant d’être inféodé à une mode, il réussit à rester indépendant dans les années 2000 quand il se résigna à faire appel à des investisseurs comme Prada puis Richemont pour continuer à créer des vêtements. Ainsi, il refusa de se plier à la dictature des collections livrées à des moments précis. Il travailla à son rythme et présenta ses collections quand elles étaient « prêtes ». Homme libre, il refusa les compromissions et d’altérer sa créativité au nom de la rentabilité.

Google news Référence: 
194
18 Novembre 2017 - 7:18pm

Le carnet
des jours précédents

6 Décembre 2017

5 Décembre 2017

4 Décembre 2017

20 Novembre 2017

18 Novembre 2017