Benoîte Groult

  

21 Juin 2016
feminin

Romancière essayiste et féministe française, née le 31 janvier 1920 à Paris, décédée à Hyères (Var), à l’âge de 96 ans. Née au sein d’une famille aisée et artiste – son père André était un créateur de meubles célèbres et sa mère Nicole Poiret une dessinatrice de mode appréciée -, Benoîte Groult devint journaliste à la radiodiffusion française au lendemain de la seconde guerre mondiale. Veuve en 1945, elle épousa le journaliste Georges de Caunes. Elle se fit connaitre dans les années 1950 en collaborant à plusieurs publications féminines dont Elle, Marie-Claire, Parents. Influencée par les écrits de Simone de Beauvoir, elle devint une figure de l’émancipation féminine.

 Encouragé par le romancier Paul Guimard qu’elle avait épousé, elle publia en 1962 avec sa sœur Flora un premier roman intitulé Journal à quatre mains. D’autres succès suivirent les années suivantes : Féminin pluriel (1965), Il était deux fois (1967). Témoin privilégiée et actrice des changements qui révolutionnaient les rapports entre les hommes et les femmes dans les années 1960 et 1970, elle rédigea des essais. En 1972, au lendemain des événements de mai 1968, son livre La part des choses devint un best-seller. En 1975, elle dénonça dans Ainsi soit-elle elle les mutilations génitales dont sont victimes les femmes. Alternant essais (Le féminisme au masculin en 1981, Cette mâle assurance en 1994) et romans (Les Trois quarts du temps en 1983, Les vaisseaux du cœur en 1988), elle défendit toujours son « goût forcené pour la vie » que lui avait transmis sa mère. En 2006, après une absence de 10 ans, elle renoua avec le succès populaire en publiant La Touche étoile, une interrogation sur la vieillesse et la fin de vie. Tout naturellement, elle rejoignit l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), « réclamant le droit de choisir ma mort comme j’avais réclamé autrefois celui de donner ou non la vie ».

Présidente de 1984 à de la Commission de terminologie pour la féminisation des noms de métiers, grades et fonctions, Benoîte Groult fut notamment à l’origine des mots « écrivaine » et « auteure » qui choque tant les vieux machos. En 1986, elle publia l’intégralité de la « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne », rédigée en 1791 par Olympe de Couges.

Google news Référence: 
591
21 Juin 2016 - 11:49am

Le carnet
des jours précédents

21 Juin 2018

28 Mai 2018

28 Mai 2018

27 Mai 2018

22 Mai 2018