Christian Cabrol

  

16 Juin 2017
masculin

Chirurgien français, né le 16 septembre 1925 à Chézy-sur-Marne (Aisnes), décédé à Paris, à l’âge de 91 ans. Il connut la célébrité en réalisant la première transplantation cardiaque en Europe le 27 avril 1968 à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris. En 1982, il réalisa la première greffe cardio-pulmonaire et en 1986 la première implantation d’un cœur artificiel. Membre du RPR puis de l’UMP, il fut conseiller de Paris de 1989 à 2007 et député européen de 1994 à 1999.

La première greffe du cœur a été vécue par l’opinion publique mondiale comme une avancée médicale majeure au même titre que la conquête de la Lune. Pour le profane, l’opération est spectaculaire. Elle consiste à remplacer un cœur malade par un organe sain prélevé sur un « donneur », en l’occurrence une personne en bonne santé qui vient de décéder de manière brutale, et surtout pas à la suite d’une maladie. Les transplantations rénales étaient pratiquées avec succès depuis les années 1950 mais aux yeux du public elles n’avaient pas la même charge symbolique et émotionnelle qu’une greffe cardiaque. Le professeur Christian Barnard, chirurgien au Groote Schuur hospital au Cap (Afrique du sud), a été le premier homme à réaliser cette opération, le 3 décembre 1967. Aidé par une trentaine de chirurgiens, médecins et infirmiers il opéra pendant plus de neuf heures un homme de 55 ans, Louis Washkansky à qui il greffa le cœur d’une jeune femme décédée dans un accident de la route. Le patient mourut 18 jours après. Le chirurgien devint célèbre à l’égal d’un Einstein. Mais, sans les travaux et les recherches d’un cardiologue américain, Norman E. Shumway, il n’aurait pas pu réaliser cette intervention. En Europe, la première transplantation cardiaque eut lieu à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Elle fut réalisée par une équipe dirigée par le professeur Christian Cabrol. Le patient Clovis Roblain, 66 ans, survécut 53 heures.

 Les patients mourraient en raison du rejet du greffon par le système immunitaire qui le considérait comme un corps étranger. La mise au point de techniques nouvelles et la découverte d’un puissant médicament la ciclosporine permit les années suivantes de prolonger la vie des transplantés et de valider les transplantations cardiaques. Ainsi en Afrique du sud, Dorothy Fisher, transplantée en 1969 vécut encore 24 ans. En France, Emmanuel Vitria, greffé par une équipe de chirurgiens marseillais en 1968, devint une célébrité jusqu’à sa mort en 1987. On évalue à 3500 le nombre de personnes bénéficiant d’une transplantation cardiaque chaque année dans le monde. 90% des greffés survivent au moins un an et sont assurés de vivre aux moins dix ans. Le professeur Cabrol fut à l’origine de deux innovations : en 1982 il réalisa la première greffe cœur-poumons et en 1986, la première transplantation d’un cœur artificiel.

Pionnier de la chirurgie cardiaque, Christian Cabrol opéra plusieurs centaines de malades dont nil prolongea la vie. Il publia une dizaines de livres savants ou de vulgarisations dont la plupart avaient le cœur comme sujet. 

Google news Référence: 
922
17 Juin 2017 - 12:12pm

Le carnet
des jours précédents

7 Janvier 2018

4 Janvier 2018

6 Décembre 2017

5 Décembre 2017

4 Décembre 2017