Claude Rich

  

21 Juillet 2017
masculin

Comédien français, né le 8 février 1929 à Strasbourg (Bas-Rhin), décédé à Orgeval (Yvelines), à l’âge de 88 ans. Figure reconnue et respectée de la scène théâtrale française où il apparut dans une cinquantaine de pièces, il se fit connaitre du grand public en étant à l’affiche de plus de quatre-vingt films populaires dont Le Souper qui lui valut de recevoir le César du meilleur acteur en 1993.

Claude Rich appartenait à la génération des Jean-Paul Belmondo, Jean-Pierre Marielle ou Jean Rochefort qu’il côtoya au Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Installé à Paris, il monta sur la scène de la Comédie-Française au début des années 1951. Il interpréta des pièces classiques mais aussi contemporaines tout en parallèle une carrière au théâtre et au cinéma où son charisme et sa bonne tête lui permit de jouer les jeunes premiers. Sa carrière démarra vraiment en 1963 après son apparition dans Les Tontons Flingueurs de Georges Lautner où il donna la réplique à des stars du cinéma français d’alors comme Lino Ventura, Bernard Blier et Francis Blanche. En 1966, son incarnation du général Leclerc dans Paris brûle-t-il ? de René Clément fut si convaincante que lors du tournage un policier se mit au garde à vous en voyant passer l’acteur en uniforme.

Acteur éclectique capable de se glisser dans les personnages les plus divers, Claude Rich fut sollicité par les plus grands metteurs en scène : Claude Chabrol en 1962 pour Les Sept péchés capitaux, Edouard Molinaro en 1967 pour Oscar, François Truffaut en 1968 pour La Mariée était en noir, Alain Resnais en 1968 pour Je t’aime, je t’aime et en 2006 pour Cœurs, Pierre Granier-Deferre en 1975 pour Adieu poulet, Pierre Schoendoerffer en 1976 pour Le Crabe-tambour, Bertrand Tavernier en 1994 pour La Fille de d’Artagnan et en 1996 pour Capitaine Conan, Ettore Scola en 2001 pour Concurrence déloyale, Pascal Bonitzer en 2012 pour Cherchez Hortense. Présent à l’affiche de quatre-vingt films en soixante ans de carrière, Claude Rich fut nominé au César à 5 reprises. Il remporta la statuette en 1993 pour Le Souper réalisé par Edouard Molinaro. En 2002, la profession lui décerna un César d’honneur pour l’ensemble de sa carrière au service du septième art français.

 Très présent sur la scène théâtrale, Claude Rich joua les auteurs classiques (Shakespeare, Alfred de Musset) mais aussi les dramaturges contemporains (Harold Pinter, Sandor Marai, Jean-Claude Brisville). Il apparut également à la télévision dans des films réalisés notamment par Josée Dayan (Balzac en 1999, Les rois maudits en 2005, Bouquet final en 2011) ou Jean-Daniel Verhaeghe (Galilée ou l’amour de Dieu en 2007).

 Profondément catholique, Claude Rich était marié à l’actrice Catherine Renaudin qui lui donna deux enfants.

Google news Référence: 
066
21 Juillet 2017 - 1:22pm

Le carnet
des jours précédents

22 Mai 2018

7 Mai 2018

6 Avril 2018

2 Avril 2018

30 Mars 2018