Guy Hamilton

  

20 Avril 2016
masculin

Cinéaste britannique, né le 11 septembre 1922 à Paris (France), décédé à Majorque (Espagne), à l’âge de 93 ans. Né dans la capitale française d’un père diplomate en poste à l’ambassade de France, il s’orienta dès sa jeunesse vers le cinéma en devenant en 1939 l’assistant du réalisateur français Julien Duvivier. Pendant la seconde guerre mondiale, il combattit au sein de la Royal Navy. Après la victoire, il retrouva les plateaux de cinéma et apprit son métier en collaborant avec Carol Reed et John Huston qu’il seconda pour le tournage du chef d’’œuvre The African Queen. En 1952, Guy Hamilton réalisa son premier long métrage, L’assassin a de l’humour, une comédie policière proche de la parodie.

 Sa carrière s’étendit sur quatre décennies. Apprécié par les producteurs pour son professionnalisme, il dirigea en 1959 dans Au fil de l’épée Burt Lancaster et Kirk Douglas, deux monstres sacrés du septième art. Le producteur Dino de Laurentis lui confia en 1961 la réalisation du film de guerre Le Meilleur Ennemi dont l’action se déroulait en Ethiopie pendant la seconde guerre mondiale. En 1964, les financiers Robert Broccoli et Harry Saltzman proposèrent à Guy Hamilton d’adapter pour le grand écran le livre de Ian Flemming James Bond 007 contre Docteur No, la première aventure cinématographique du célèbre agent secret de sa gracieuse majesté, interprété par le charismatique Sean Connery. Le cinéaste refusa. Il se ravisa en 1964 et mit en scène le troisième volet de la saga intitulé Goldfinger, considéré par les fans comme l’un des meilleurs films de la série. Les années suivantes il réalisa trois autres James Bond : Les diamants sont éternels (1971) avec Sean Connery et Vivre et laisser mourir (1973) et L’homme au pistolet d’or (1974) avec Roger Moore dans le rôle-titre.

 Entretemps, Guy Hamilton avait réuni en 1969 une pléiade d’acteurs internationaux (Michael Caine, Laurence Olivier, Curt Jürgens, Susanna York, Robert Shaw) pour un film à grand spectacle La bataille d’Angleterre, une reconstitution minutieuse et réussit de l’affrontement qui opposa à l’automne 1940 les chasseurs de la Royal Air Force britannique aux bombardiers de la Luftwaffe allemande. Le film remporta un grand succès dans le monde. Très à l’aide dans les films de guerre, il récidiva avec L’ouragan vient de Navarone (1978) avec un jeune acteur plein d’avenir Harrison Ford. Ereinté par la critique, boudé par le public à sa sortie, le film est devenu culte aujourd’hui. La carrière de Guy Hamilton était désormais derrière lui. Il adapta deux romans d’Agatha Christie, Le miroir se brisa (1980) avec Elisabeth Taylor et Tony Curtis et le très réussi Meurtre au soleil (1982) avec Peter Ustinov dans le rôle d’Hercule Poirot.

 En 1989, le cinéaste britannique née à Paris termina sa carrière en tournant un film produit par des financiers français Sauf votre respect, avec notamment Arielle Dombasle et Guy Marchand.

Google news Référence: 
530
21 Avril 2016 - 6:38pm

Le carnet
des jours précédents

7 Janvier 2018

4 Janvier 2018

6 Décembre 2017

5 Décembre 2017

4 Décembre 2017