J.-C. Averty

  

4 Mars 2017
masculin

Réalisateur et producteur de télévision français, né le 6 août 1928 à Paris, décédé à l’âge de 88 ans. Pionnier et figure inventive et provocante de la télévision dans les années 1960 et 1970, précurseur du clip et de la vidéo, maitre du trucage et de l’incrustation, créateur de génie, il mit en image les grands chanteurs français dans des émissions innovantes et devenues cultes.

Diplômé de l’Institut des hautes études cinématographiques (IHDEC), Jean-Christophe Averty débuta à la télévision française (RTF) en 1952. Artiste et producteur aux multiples talents, il aborda en cinquante ans de carrière tous les genres : la fiction, le reportage, le théâtre, le jazz. Mais, il devint célèbre avec la variété. Il enregistra une cinquantaine d’émissions réalisées autour d’un invité vedette. Il reçut ainsi les grands noms de la chanson française : Georges Brassens, Yves Montant, Léo Ferré, Serge Gainsbourg, Johnny Hallyday, Juliette Gréco, Tino Rossi, Sylvie Vartan, Claude François, Claude Nougaro. Les effets spéciaux, les incrustations de décors ou de personnages animés dans l’image et les trucages qu’il réalisa grâce à l’utilisation de l’électronique restent dans toutes les mémoires. Fils d’Alfred Jarry pour l’esprit et l’humour provocateur et de Georges Méliès pour la créativité artistique, il enthousiasma des générations de téléspectateurs et influença les réalisateurs de clips des décennies suivantes. Il créa en 1963, la série de variété Les Raisins verts, dont le ton iconoclaste digne de celui de Hara-Kiri choqua la France coincée d’alors. La diffusion de la séquence du nourrisson en plastique passant à la moulinette provoqua une polémique dans la presse et suscita même une manifestation. Il réalisa également une trentaine de téléfilms et de pièces de théâtre dont Ubu roi (1965), Ubu enchainé (1971), Le Surmâle (1980), Ubu cocu (1981). Il consacra en 1995 un documentaire à son auteur fétiche Alfred Jarry dans le cadre de la série Un siècle d’écrivain.

 Ce grand réalisateur de télévision était également un amateur de musique éclairé et un spécialiste du Jazz. Il film pendant plusieurs années le festival de jazz de Golfe Juan. La radio fit les yeux doux à cet érudit incollable sur la variété et les musiques du monde. Il anima sur France Inter puis sur France Culture pendant 30 ans, jusqu’en 2006 la mythique émission Les Cinglés du music-hall. Avec sa voix zézayante qui était sa signature vocale, il fit redécouvrir à des auditeurs oublieux et aux jeunes générations des artistes tombés dans l’anonymat. Après 1805 émissions, on lui demanda d’abandonner le micro. Il se retira définitivement du monde de l’audiovisuel. Ses émissions de télévision sont aujourd’hui l’objet d’études et de recherches.

Google news Référence: 
283
4 Mars 2017 - 9:25pm

Le carnet
des jours précédents

7 Janvier 2018

4 Janvier 2018

6 Décembre 2017

5 Décembre 2017

4 Décembre 2017