Jean-Albert Cartier

  

2 Janvier 2016
masculin

Directeur de théâtres français, né le 15 mai 1930 à Marseille (Bouches-du-Rhône), décédé à Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence) le 30 décembre 2015, à l’âge de 85 ans. Passionné de danse et de musique, il exerça la profession de critique au journal Combat puis à la radio France Inter au lendemain de la seconde guerre mondiale. En 1968, André Malraux, le ministre gaulliste des affaires culturelles, lui demanda de coordonner les activités des Maisons de la culture. Jean-Albert Cartier en profita pour créer la même année le Ballet-Théâtre contemporain, centre chorégraphique national, dépendant de la Maison de la culture d’Amiens.

 Reconnu par les pouvoirs publics comme un grand administrateur, apprécié par les professionnels pour ses choix et sa connaissance des œuvres et du milieu artistique, il dirigea plusieurs grandes institutions culturelles : le centre chorégraphique d’Angers (1972-1978), le Ballet-Théâtre de Nancy qu’il fonda (1978-1987). En 1980, il « monta » à Paris, plus précisément au Théâtre du Chatelet rebaptisé Théâtre musical de Paris. En qualité de directeur, il assura la programmation de l’établissement. Il révolutionna le répertoire, abandonnant l’opérette au profit notamment de l’opéra contemporain et des comédies musicales américaines. Il se posa ainsi en rival de l’Opéra de Paris.

 En 1988, les dirigeants de la vénérable institution installée dans le Palais Garnier décidèrent de le "débaucher". Ils le nommèrent administrateur. La cohabitation entres les "anciens" et le "moderne"  finit mal : Jean-Albert Cartier fut licencié en 1991 pour « absentéisme ». Un motif que contesta Cartier. En guise de lot de consolation, l’Etat le propulsa au poste de délégué aux programmes musicaux de France Musique. En 1994, il devint directeur de l’Opéra de Nice. En 1999, il revint à ses premières amours en créant à Grasse, en partenariat avec l’UNESCO, l’académie Europa Danse Project qui a notamment pour vocation d’accueillir de jeunes danseurs européens désireux de se perfectionner. Travailleur infatigable et novateur, celui qui avait été désigné en 1987 « personnalité musicale de l’année » présida l’établissement jusqu’en 2013.

Google news Référence: 
830
2 Janvier 2016 - 6:50pm

Le carnet
des jours précédents

7 Janvier 2018

4 Janvier 2018

6 Décembre 2017

5 Décembre 2017

4 Décembre 2017