Jean Boissonnat

  

26 Septembre 2016
masculin

Journaliste, enseignant et essayiste français, né le 16 janvier 1929 à Paris, décédé dans la capitale à l’âge de 87 ans. Fidèle à ses convictions chrétiennes et sociales, Jean Boissonnat influença les décideurs politiques et économiques dans la période 1970-1990. A la confluence du journalisme qu’il pratiqua pendant quarante ans, de l’économie dont il était un spécialiste et de la politique, il apporta officiellement son expertise au ministère des finances et à la Banque de France en qualité de conseiller à la politique monétaire.

 Né au sein d’une famille ouvrière et chrétienne, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris en 1951, embauché comme journaliste à La Croix, il dirigea le service économique du quotidien catholique de 1954 à 1967, date à laquelle il cofonda avec Jean-Louis Servan-Schreiber le magazine économique L’Expansion dont il fut le rédacteur en chef jusqu’en 1986. De 1960 à 1971, il enseigna également à Science-Po. Respecté pour sa rigueur et son sérieux, y compris par les économistes qui ne partageaient pas ses analyses et par les hommes politiques dont il critiquait les programmes économiques, Jean Boissonnat devint l’un des chroniqueurs préféré des Français. Il collabora à de nombreux journaux (La Tribune de l’Expansion, L’Est Républicain, Le Midi-Libre), des radios (Europe 1). Son professionnalisme inspirait confiance. Aussi, le 5 mai 1981, Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand le choisirent pour arbitrer - avec Michèle Cotta – le débat avant le deuxième tour de l’élection présidentielle.

 Après l’élection du chef de l’Union de la gauche, Jean Boissonnat franchit à sa manière le Rubicon et accepta à la demande de son ami Michel Rocard de participer à la Commission nationale de la planification chargée d’élaborer un plan, une décision mal comprise par les économistes libéraux. A cette époque, il intégra plusieurs conseils d’administrations de groupes de presse (Groupe Expansion, Bayard Presse, Ouest France), tout en étant membre de la Commission des comptes de la nation de 1980 à 1999. En 1994 et jusqu’en 1997 il participa aux travaux de la commission monétaire de la Banque de France.

 Durant sa longue carrière, Jean Boissonnat publia une vingtaine d’ouvrages économiques et d’essais sur l’évolution de nos sociétés. Il ouvrit la liste en 1966 avec le roboratif La politique des revenus. Son Journal de crises 1973-1984, publié en 1985, actait la fin des « trente glorieuses ». Dans Le travail dans 20 ans, il tentait de décrire notre avenir actuel. En 1998, il rendit hommage aux immigrés dans L’immigration : défis et richesses, dans lequel il démonta les clichés et les manipulations de certains politiciens. A relire. En 1999, il fit partager aux profanes L’Aventure du christianisme social dont il était un des représentants. En 2001, il s’interrogeait : La fin du chômage ? Cinq ans plus tard, il apporta une forme de réponse dans l’éclairant et dérangeant La France injuste : 1975-2006 sous-titré : « Pourquoi le modèle social français ne fonctionne plus ». Une utile réflexion adressée aux décideurs politiques, économiques, associatifs, syndicaux. En 2009, il publia son dernier ouvrage, une sorte de testament et de bilan du siècle passé, intitulé 2029 où comment j’ai traversé trois siècles en cent ans.

Google news Référence: 
458
25 Septembre 2016 - 7:04pm

Le carnet
des jours précédents

21 Juin 2018

28 Mai 2018

28 Mai 2018

27 Mai 2018

22 Mai 2018