Jean-Pierre Coffe

  

30 Mars 2016
masculin

Gastronome et journaliste français, né le 24 mars 1938 à Lunéville (Meurthe-et-Moselle), décédé à Lanneray (Eure-et-Loir), à l’âge de 78 ans. Personnalité aux talents multiples, Jean-Pierre Coffe figura à l’affiche de nombreux films au cinéma et à la télévision dans les années 1970, avant de se consacrer à sa passion, la gastronomie.

  Pourfendeur véhément de la « malbouffe », il devint célèbre en animant à la radio et à la télévision des émissions où il donnait des conseils pour « bien manger ». Fils d’une femme tondue à la Libération, le jeune Jean-Pierre Coffe n’appréciait guère l’armée. Pendant la guerre d’Algérie, il créa avec son ami Max Gallo un journal antimilitariste Le Temps qui fut bientôt interdit. Rendu à la vie civile après trois ans de service militaire, il multiplia les expériences professionnelles pour vivre : représentant, publiciste, patron d’une société de relation publique. Il s’agissait d’’amuse-gueules avant sa véritable vocation : ouvrir un restaurant. En 1976, il sauta le pas et fonda à Paris La Ciboulette puis Le Modeste qui devinrent des hauts-lieux de la nuit parisienne. Il y rencontra des acteurs et des metteurs en scène qui lui proposèrent des rôles au cinéma. Il tourna notamment dans Violette Nozière (1978) de Claude Chabrol. Son aventure de restaurateur prit fin en 1985. A l’évidence Jean-Pierre Coffe était meilleur cuisinier qu’homme d’affaire. Escroqué par un aigrefin, il fit faillite et mit la clé sous la porte.

 Il se reconvertit en meneur de revue à l’Alcazar avant de trouver sa voie : animateur de radio et de télévision. Il présenta des émissions dédiées à la gastronomie d’abord sur Canal plus puis sur le service public : C’est tout Coffe sur France 2 où il n’hésitait pas à s’écrier « c’est de la merde » quand un produit ne lui convenait pas, Bien jardiner sur TF1 où il côtoya - et se fâcha - avec Jean-Luc Delarue. En 2003, il rejoignit sur France 2 Michel Drucker sur le canapé rouge de Vivement Dimanche prochain dont il devint le chroniqueur culinaire pendant dix ans, proposant chaque semaine un plat original et peu cher. Parallèlement, il anima sur France Inter de 1998 à 2008 l’émission ça se bouffe pas, ça se mange. Son humour ravageur, sa jovialité lui valurent également de figurer dans l’équipe des Grosses têtes sur RTL.

Quelques jours après le décès de leur professeur d’histoire Alain Decaux, les Français pleurent la disparition de leur cuisinier préféré.

Google news Référence: 
988
30 Mars 2016 - 7:41am

Le carnet
des jours précédents

21 Juin 2018

28 Mai 2018

28 Mai 2018

27 Mai 2018

22 Mai 2018