João Havelange

  

16 Août 2016
masculin

Ancien président brésilien de la Fifa (Fédération internationale du football association), né le 8 mai 1916 à Rio de Janeiro (Brésil), décédé dans la même ville, à l’âge de 100 ans. Pendant un quart de siècle entre 1974 et 1998, Jean-Marie Faustin Goedefroid de Havelange dirigea d’une main de fer le football mondial qu’il développa et rendit populaire en Asie et en Afrique notamment.

 Fils d’un ingénieur belge émigré au Brésil en 1913, João Havelange représenta son pays natal aux jeux olympiques de Berlin en 1936 en qualité de nageur et à ceux d’Helsinki en 1952 dans l’équipe de water-polo. Son diplôme de droit en poche, il devint avocat et conseilla diverses sociétés brésiliennes dont il siégea dans les conseils d’administration. Il se lia également avec le parrain de la mafia de Rio. Ses affaires prospérèrent pendant la dictature militaire qu’il soutint de facto. Ses connaissances juridiques, ses amitiés avec les maitres du pays, son charisme et son passé d’ancien sportif l’aidèrent également à sa reconversion dans des fonctions dirigeantes dans sport brésilien puis international. Président de la confédération brésilienne de football de 1958 à 1973 pendant laquelle les « Auriverde » remportèrent les coupes du monde de 1958, de 1962 et de 1970, élu en 1963 membre du Comité international olympique (CIO), Havelange réussit à se faire élire président de la Fifa en 1974, au congrès de l’organisation à Francfort (Allemagne). Il finança dit-on les déplacements dans la ville allemande des dirigeants désargentés des petites fédérations africaines et asiatiques. En retour, elles votèrent pour le Brésilien qui fut élu haut la main face à un ancien arbitre britannique.

 Il dirigea la Fifa d’une main de fer. Il mena une politique de réformes qui permirent à la Fifa de se développer et de devenir un acteur majeur sur la scène sportive. Il créa la Coupe du monde féminine, celle des moins de 17 ans et des moins de 20 ans. Sous son influence, le football devint un langage universel. L’explosion des droits télévisés enrichit considérablement la Fifa, ses fédérations et…ses dirigeants. Accusé d’être le parrain du football mondial, João Havelage se moquait des rumeurs de corruption qui couraient sur son compte et son entourage dont Sepp Blatter, secrétaire général de 1981 à 1998. Elu à cinq reprises à la tête de la Fifa, il régnait sur 211 pays membres. Il se vantait d’avoir laissé des réserves financières d’un milliard de dollars en 1998 quand son fidèle second le suisse Sepp Blatter lui succéda en 1998. Le hasard a voulu que sa vie ait pris fin pendant les Jeux olympiques dans sa ville natale dont il avait défendu la candidature en sa qualité de membre du CIO.

Google news Référence: 
409
16 Août 2016 - 4:12pm

Le carnet
des jours précédents

28 Mai 2018

28 Mai 2018

27 Mai 2018

22 Mai 2018

7 Mai 2018