Malek Chebel

  

13 Novembre 2016
masculin

Anthropologue des religions, philosophe et psychanalyse algérien, né le 23 avril 1953 à Skikda (Algérie), décédé à Paris, à l’âge de 63 ans. Auteur d’une trentaine d’ouvrages savants sur le monde arabe, il était surtout connu pour être un des représentants de « l’islam des Lumières » réformateur, tolérant et ouvert à la modernité, en rupture totale avec les islamistes intégristes et le fondamentalisme.

En 2004, dans son livre Manifeste pour un islam des Lumières, sous-titré « 27 propositions pour réformer l’islam », Malek Chebel résuma en forme d’interrogation le combat de sa vie en faveur d’une adaptation de l’islam au monde moderne : « Associer l'islam aux Lumières : cette relation est inscrite dans la dynamique amorcée au xixeme siècle et poursuivie par les nombreux réformistes qui ont voulu changer le visage de cette religion en s'appuyant sur le travail de la raison. Ces penseurs ont été taxés d’hérésie. Aujourd'hui, le débat est plus que jamais d'actualité : l’islam est-il compatible avec la République ? Quelle est la place et le statut de la parole libre, de la la laïcité, de l’égalité des sexes, de la tolérance ou de la démocratie? Faut-il adapter l'islam à la modernité ou au contraire adapter la modernité à l’islam, ainsi que le prétendent les fondamentalistes? »

 Né en Algérie où il étudia à l’université de Constantine, il installa en France en 1980 pour préparer un doctorat en psychopathologie. Il accumula les années suivantes les doctorats : anthropologie, ethnologie, sciences des religions. Sciences politiques. Il mit son savoir et sa puissance de travail au service d’une meilleure connaissance de l’islam. Aux fondamentalistes qui souhaitent ramener l’islam au VIIe siècle, il répondit par des études savantes et une relecture des textes sacrés éclairés par les révolutions scientifiques, de la pensée et les évolutions sociétales du monde moderne. Entre Le corps en islam, publié en 1984 et L’inconscient de l’islam : réflexion sur l’interdit, la faute et la transgression, sorti en librairie en 2015, Malek Chebel publia une trentaine d’ouvrages dont L’imaginaire arabo-musulman en 1994, Mahomet et l’Islam en 2002, Dictionnaire amoureux de l’islam en 2004, Le Kama sutra arabe en 2006, 2000 ans de littérature érotique en Orient. Auteur d’une nouvelle traduction remarquée du Coran en 2009 complété par un Dictionnaire encyclopédique du Coran, il publia de nombreux ouvrages de vulgarisation à l’intention des adolescents, d’un public profane ou non musulmans : Le Coran raconté aux enfants en 2006, L’islam expliqué en 2007, Le Coran pour les Nuls, L’Islam pour les Nuls en 2008, Les grandes figures de l’islam en 2011.

 Favorable au rapprochement entre les hommes et les religions, il coécrivit en 2011 avec le prêtre catholique Alain de la Morandais et le rabbin Haïm Korsia Les Enfants d’Abraham. Un chrétien, un juif, un musulman dialoguent. Très présent sur les plateaux de télévision mais également sur les chaires des universités où il enseigna, il défendit toujours dans ses conférences « l’islam des Lumières » aux quatre coins du monde et notamment aux Etats-Unis, au Maroc, en Tunisie, en Egypte. Atteint d’un cancer, la voix chaude, amicale et convaincante de Malek Chebel s’est tue mais ses écrits restent. 

Google news Référence: 
345
13 Novembre 2016 - 8:02am

Le carnet
des jours précédents

21 Juin 2018

28 Mai 2018

28 Mai 2018

27 Mai 2018

22 Mai 2018