Marcel Gotlib

  

4 Décembre 2016
masculin

Dessinateur de bandes dessinées français, né le 14 juillet 1934 à Paris, décédé à l’âge de 82 ans. Caricaturiste, illustrateur, journaliste, scénariste et acteur Marcel Mordekhaï Gottlied fut un artiste aux talents multiples. Il connut la reconnaissance du public avec ses albums de bandes dessinées et inventa le personnage du chien  Gai-Luron.

  Il cofonda en 1972 L’Echo des savanes et en 1975 Fluide Glacial dans lesquels il publia ses dessins. Fils de juifs hongrois émigrés en France, Marcel Gottlieb vécut caché en province avec sa mère et sa sœur pendant la seconde guerre mondiale. Son père Ervin en revanche ne survécut pas à la Shoah. Raflé en 1942, déporté dans le camp de concentration de Blechhammer, il fut assassiné à Buchenwald quelques jours avant la libération du camp. Marcel suivit des cours dans une école d’art appliqué. Après son service militaire, il créa des albums à colorier pour enfants. En 1962, il fit ses débuts dans la bande dessinée dans le journal Vaillant. En 1965, il dessina la série des Dingodossiers sur des scénarios de René Goscinny pour le magazine Pilote. Il y créa plus tard la Rubrique-à-brac et inventa le personnage de Superdupont, un Superman franchouillard dont il conta les aventures et mésaventures dans de nombreuses BD.

 En 1972, il participa avec Claire Brétecher et Nikita Mandryka à l’aventure de L’Echo des savanes où son humour noir et ravageur lui valut les faveurs du public. En 1975, il lança avec un ami d’enfance Fluide Glacial, un « magazine d’humour et de bandes dessinées » dont il rédigeait l’éditorial. En 1976, le festival d’Angoulême lui décerna son prix du meilleur album de l’année pour Gai-Luron. En 1991, le festival l’honora pour l’ensemble de son œuvre.

 A la retraite depuis plusieurs années, il apparut à l’occasion des rétrospectives qu’on lui consacra, notamment en 2014 le Musée d’art et d’histoire du judaïsme. A cette occasion il accepta d’évoquer sa judéité dans les colonnes du Monde : « Je suis avant tout athée mais, d'un autre côté, je suis juif et si je ne l'étais pas, je serais athée également. Tout ça est bien compliqué. Disons que je suis obligé de tenir compte de cette appartenance à la judéité dans la mesure où cela a été la dégringolade du côté de ma famille pendant la guerre. Cela dit, je n'ai jamais claironné que j'étais juif. Mais je ne l'ai jamais caché non plus. »

Google news Référence: 
865
4 Décembre 2016 - 6:26pm

Le carnet
des jours précédents

7 Janvier 2018

4 Janvier 2018

6 Décembre 2017

5 Décembre 2017

4 Décembre 2017