Max Gallo

  

19 Juillet 2017
masculin

Ecrivain, historien et homme politique français, né le 7 janvier 1932 à Nice (Alpes-Maritimes), décédé à Paris, à l’âge de 85 ans. Homme aux talents multiples (journaliste, historien, écrivain, homme politique), il consacra sa vie à l’écriture et publia une centaines de romans, d'essais, de biographies, tout en poursuivant une carrière politique sous la bannière du parti socialiste de François Mitterrand puis sous celle du MDC de Jean-Pierre Chevènement. 

Fils d’immigrés italiens installés à Nice, Max Gallo tint pendant dix ans une chronique éditoriale dans l’hebdomadaire L’Express. Il se fit connaitre du grand public dans les années 1970 en publiant Le Cortège des vainqueurs qui fut bien accueilli par la critique et plébiscité par les lecteurs. Auteur à succès, prolifique, fécond de suites romanesques (La Baie des Anges, Les Patriotes, Les Chrétiens, Les Romains), de livres de vulgarisation historique (L’Italie de Mussolini, La Révolution française, Le Roman des rois, Une Histoire de la deuxième guerre mondiale), de biographies de personnages célèbres (Napoléon, Charles de Gaulle, Louis XIV, Victor Hugo, Jésus), il fut élu en 2007 à l’Académie française. Le nouvel immortel lutta durant les dernières années de sa vie contre la maladie de parkinson. Il trouva néanmoins la force d’achever les projets qu’il avait lancés : en 2015, il publia Richelieu, la foi dans la France et en 2016 Henri IV, un roi français.

 Député de Nice (1981-1983) et au parlement européen (1984-1994) sous la bannière du parti socialiste, il fut nommé secrétaire d’’Etat, porte- parole du gouvernement, en 1983 et 1984 dans le gouvernement de Pierre Mauroy, sous la présidence de François Mitterrand dont il était un fidèle. Proche de Jean-Pierre Chevènement dont il partageait le patriotisme et le souverainisme, il participa à l’aventure de la création du Mouvement des Citoyens (MDC) en 1994. Il soutint son ami lors de l’élection présidentielle de 2002 avant d’appeler à voter pour Nicolas Sarkozy en 2007.

 Max Gallo avait perdu en 1972 sa fille Mathilde, née d’un premier mariage. Il avait épousé l’avocate et femme politique Marielle Boullier qui fut députée européenne de 2009 à 2014 sous les couleurs de la Gauche moderne.

Google news Référence: 
219
19 Juillet 2017 - 7:10pm

Le carnet
des jours précédents

5 Juillet 2018

21 Juin 2018

28 Mai 2018

28 Mai 2018

27 Mai 2018