Maya Surduts

  

13 Avril 2016
feminin

Féministe française, née le 17 mars 1937 à Riga (Lettonie), décédée à Paris, à l’âge 79 ans. Née au sein d’une famille juive, opposée au stalinisme, elle milita dans sa jeunesse à Révolution, un mouvement trotskiste, puis à la Ligue communiste révolutionnaire. Engagée très tôt dans la lutte pour l’émancipation des femmes, elle participa en 1973 à la création du Mouvement pour la liberté de la contraception et de l’avortement (MLAC) qui joua un rôle essentiel dans les luttes en faveur de la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse. Comme le philosophe Freidrich Engels, elle considérait que « dans la famille, l'homme est le bourgeois ; la femme joue le rôle du prolétariat. »

 Figure emblématique et charismatique de la lutte des femmes pour l’égalité, les droits sociaux et la parité homme-femmes, elle fut, pendant un demi-siècle, à la pointe du combat contre le patriarcat, le sexisme et les violences commises contre les femmes. Après le vote de la loi Veil en 1975 légalisant l’avortement, elle veilla au respect du dispositif légal voulu par les parlementaires et s’opposa avec la dernière énergie à tous ceux qui tentèrent alors de contourner la nouvelle réglementation. Elle affronta notamment les commandos anti-IVG qui terrorisaient les femmes et les médecins en bloquant les cliniques et hôpitaux où l’on pratiquait des avortements. Elle fonda et présida la Coordination des associations pour le droit à la contraception et à l’avortement.

 Prolongement naturel de son action en faveur des femmes, elle participa en 1990 à la création du mouvement antiraciste Ras l’front qui combattait les idées du Front national. Malgré son grand âge et la maladie, elle défendit jusqu’au bout ses idées au sein notamment du Collectif national pour les droits des femmes dont elle était un des porte-paroles.

Google news Référence: 
818
13 Avril 2016 - 6:16pm

Le carnet
des jours précédents

28 Mai 2018

28 Mai 2018

27 Mai 2018

22 Mai 2018

7 Mai 2018