Michèle Morgan

  

20 Décembre 2016
feminin

Actrice française, née le 29 février 1920 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), décédée à Meudon (Hauts-de-Seine), à l’âge de 96 ans. Actrice précoce, révélée dans Le Quai des brumes de Marcel Carné en 1938, elle incarna l’âge d’or du cinéma français des années 1930 à 1950. Elle apparut à l’affiche d’une soixantaine de films avant de prendre du recul avec le septième art en 1967.

Simone Renée Roussel – son nom pour l’état-civil – grandit à Dieppe où son père un cadre d’entreprise au chômage avait ouvert une épicerie. A l’âge de 14 ans, l’adolescente retourna vivre à Paris chez sa grand-mère avec le projet de devenir comédienne. Inscrite au cour René Simon qui forma des générations d’acteurs, elle apprit le métier sur le tas en jouant des rôles de figurants. Jugeant que Simone ne convenait pas à son physique, elle prit le nom de scène de Michèle Morgan. Marc Allégret fut le premier cinéaste à lui confier un rôle majeur dans Gribouille en 1937 où elle donna la réplique à l’immense Raimu. L’année suivante, elle partagea l’affiche de Quai des brumes avec Jean Gabin et Michel Simon. Le chef d’œuvre de Marcel Carné et de jacques Prévert est devenu aujourd’hui un film classique du cinéma français. Chacun se souvient de la réplique du personnage incarné par Jean Gabin blessé à mort dans la scène finale : « t’as d’beaux yeux, tu sais » et la réponse de Michèle Morgan : « Embrassez-moi ». Le film remporta un énorme succès critique et public. Il consacra Michèle Morgan comme une grande actrice. En 1939, elle retrouva Jean Gabin sur le tournage de Remorques de Jean Grémillon, bientôt interrompu par la déclaration de guerre du 3 septembre, Jean Gabin ayant été mobilisé dans la marine nationale. Une permission spéciale permit de mettre en boîte les dernières scènes.

 Après l’invasion de la France, Michèle Morgan se réfugia aux Etats-Unis où Hollywood faisait les yeux doux à cette représentante de l’élégance et du charme français. Elle tourna plusieurs films de propagande qui lui laissèrent des souvenirs mitigés (Jeanne de Paris de Robert Stevenson en 1942, Passage pour Marseille de Michael Curtiz avec un Humphrey Bogart dépressif en 1944, L’Evadée d’Arthur Ripley en 1946). A défaut d’enrichir sa carrière artistique, elle découvrit l’amour avec l’homme l’acteur, le producteur et cinéaste américain William Marshall dont elle aura un fils Mike Marshall. De retour en France, après la guerre, elle renoua avec le succès en interprétant le rôle principal de La Symphonie pastorale de Jean Delannoy. Le film remporta la Palme d’or au festival de Cannes 1946 et Michèle Morgan reçut le prix d’interprétation féminine.

 En 1948, l’actrice divorça de son mari américain et épousa en 1950 l’acteur Henri Vidal. Le couple fut uni à la ville mais aussi devant la caméra. Ils tournèrent ensemble plusieurs films dont La Belle que voilà de Jean-Paul Le Chanois en 1950, L’Etrange monsieur X de Jean Grémillon en 1951. Michèle Morgan forma un couple cinématographique avec Gérard Philipe dans le remarquable Les Orgueilleux d’Yves Allégret en 1953 et dans Les Grandes manœuvres de René Clair en 1955. Alors au sommet de sa carrière, elle cessa de jouer des héroïnes fragiles et incarna une femme fatale et machiavélique dans Retour de manivelle de Denys de la Patellière en 1957. Après le décès à l’âge de 40 ans de son époux, Michèle Morgan devint la compagne de l’acteur et cinéaste Gérard Oury qu’elle avait rencontré l’année précédente lors du tournage de Miroir à deux faces d’André Cayatte. Le couple resta uni jusqu’au décès de Gérard Oury en 2006.

 La carrière de Michèle Morgan déclina lentement dans les années 1960. Elle apparut à l’affiche de Benjamin ou les mémoires d’un puceau de Michel Deville en 1967. Le film remporta le prix Louis-Delluc. Elle disparut alors du grand écran, faisant quelques apparitions fugitives dans des films réalisés par des amis. Elle se consacra alors à sa véritable passion, la peinture, une activité artistique qu’elle jugeait plus sérieuse que le cinéma. Sa famille a annoncé sa disparition : « Dans sa 97ème année, les plus beaux yeux du cinéma se sont fermés définitivement ce matin, le mardi 20 décembre ».

Google news Référence: 
940
20 Décembre 2016 - 6:48pm

Le carnet
des jours précédents

22 Mai 2018

7 Mai 2018

6 Avril 2018

2 Avril 2018

30 Mars 2018