Pierre Tchernia

  

8 Octobre 2016
masculin

Journaliste, homme de télévision et réalisateur français, né le 29 janvier 1928 à Paris, décédé dans la même ville, à l’âge de 88 ans. Pionnier de la télévision française au lendemain de la deuxième guerre mondiale, il anima sur le petit écran de nombreuses émissions populaires dont Monsieur cinéma. Pour le grand écran, il réalisa des comédies appréciées du public dont Le Viager, devenu un film culte.

 Fils d’un juif russe qui avait émigré en France en 1898 pour échapper aux pogroms et à la misère, Pierre Tcherniakowski étudia le cinéma à l’Institut des hautes études cinématographiques (IHDEC). Mais l’arrivée d’un nouveau média, la télévision, le détourna – provisoirement – de sa vocation première. Avec Pierre Dumayet et d’autres il rejoignit l’équipe de journalistes qui créa le premier journal télévisé en 1949. En 1951, il anima Les amoureux de la tour Eiffel, sa première émission regardée par quelques milliers de privilégiés seulement. Les années suivantes, le petit écran envahit les appartements des Français. Le pionnier qu’il était devint une figure familière et appréciée des téléspectateurs, multipliant les apparitions dans des émissions populaires : La boite à sel, L’ami public numéro un (1961-1978), SVP Dysney (1964-1978). Il co-anima également le magazine d’information Cinq colonnes à la une.

 Parallèlement à sa carrière de journaliste, il écrivit pour le cinéma et notamment son ami Robert Dhéry les scénarii de nombreux films : La belle américaine (1961) dans lequel il joua un petit rôle, Allez France (1963), Le petit baigneur (1966). Il adapta également pour des films d’animation plusieurs bandes dessinées d’Astérix. Il apparut même à l'affiche de plusieurs films dans lesquels il jouait son propre rôle. Il fit partager son amour du septième art aux téléspectateurs en animant en 1966 le premier magazine de jeu dédié par l’ORTF au cinéma : Septième art, septième case, bientôt remplacé par Monsieur Cinéma qui devint d’ailleurs son surnom. Crée en 1967, l’émission suivie par des millions de cinéphiles amateurs resta au programme de la télévision sous divers noms (Jeudi Cinéma, Mardi Cinéma) jusqu’en 1987.

 Pierre Tchernia décida de passer derrière la caméra. Pour le petit écran, il réalisa plusieurs téléfilms dont Deux Romains en Gaule, une libre adaptation d’Astérix. En 1971, il franchit un nouveau cap en mettant en scène pour le grand écran Le Viager, une comédie co-écrite avec René Goscinny. Les acteurs célèbres de l’époque répondirent présent : Michel Serrault, Michel Galabru, Odette Laure, Jean-Pierre Darras, Rosy Varte, Noël Roquevert, Jean Carmet, Gérard Depardieu, Claude Brasseur. Le film traitait sur le mode humoristique l’interminable fin de vie d’un vieux célibataire qui survivait à son débiteur. Il remporta un grand succès populaire. Pierre Tchernia dirigea de nouveau Michel Serrault et Michel Galabru dans Les Gaspards, un film écologiste avant l’heure qui dénonçait les saccages provoqués par la frénésie immobilière à Paris dans les années 1970. En 1979, dans La Gueule de l’autre – en l’occurrence celle de Michel Serrault encore – un politicien lâche menacé par un terroriste se faisait remplacer par un sosie. Enfin en 1988, Bonjour l’angoisse avec Michel Serrault, Guy Marchand, Pierre Arditi et Jean-Pierre Bacri fut un échec commercial. Sa carrière au cinéma était terminée.

 En revanche, Pierre Tchernia ne disparut pas du petit écran, même si l'heure de la retraite était venue. En 1994, Arthur lui demanda de collaborer à son émission Les enfants de la télé qui diffusait de nombreuses images d’archive. Véritable mémoire de la télévision, Pierre Tchernia y apparut régulièrement jusqu’en 2006, date à laquelle il se retira après une vie bien remplie au service d'une télévision populaire et de qualité, bien éloignée des standards actuels..

Google news Référence: 
027
8 Octobre 2016 - 1:50pm

Le carnet
des jours précédents

21 Juin 2018

28 Mai 2018

28 Mai 2018

27 Mai 2018

22 Mai 2018