René Hausman

  

28 Avril 2016
masculin

IIllustrateur et auteur de bandes dessinées belge, né le 21 février 1936 à Verviers (Belgique), décédé dans la même ville, à l’âge de 80 ans. Autodidacte, il apprit à dessiner en recopiant les œuvres publiées dans les albums qu’il lisait. Embauché dans le magazine Le Journal de Spirou en 1958, il se fit connaitre du public en publiant la série Saki et Zunie, du nom d’un garçonnet et d’une fillette qui vivaient à la préhistoire. Tout en livrant de nouvelles aventures de ces deux personnages, il se spécialisa également dans le dessin animalier dont il devint au fil des ans le représentant le plus connu. Sous le titre de Bestiaire, il dessina des centaines d’animaux qu’il mettait en scène dans de courtes histoires.

Tout naturellement, il illustra pour l’édition Le Roman de Renart (1970) composé de récits animalier rédigés au Moyen Âge, les Fables de la Fontaine (1965 et 1977), Les Contes de Charles Perrault (1979). Sa saga La Comédie animale, divisée en quatre tomes (Les Resquilleurs, Les Tricheurs, Les Précurseurs, Les Chasseurs) remporta un grand succès auprès de la jeunesse. Son Bestiaire insolite reçut le prix Pomme d’or à Bratislava en 1975. Il publia également de nombreuses bandes dessinées à partir d’histoires réalisées pour Fluide Glacial. Citons notamment Aller coucher, sales Bêtes ! dont il illustra des textes de Gotlib, Christian Binet et Pierre Dubois, avec lequel une fructueuse collaboration s’instaura.

Le monde animal n’était pas la seule source d’inspiration de cet artiste qui affirmait préférer l’illustration - un genre qui le rapprochait de la peinture – et avouait ses difficultés avec la narration propre à la bande dessinée. L’univers féérique et fantastique stimulait également son imagination. Avec son ami Pierre Dubois, inventeur de « l’elficologie », il publia Le Grand Fabulaire du petit peuple. La collaboration entre les deux amoureux des contes et mythologies donna naissance en 1987 à la BD Laïyna, une fresque dans un Moyen Âge de légende, peuplé d’hommes opprimés, d’elfes, de gobelins, de lutins et de trolls. René Hausman récidiva dans la veine fantastique les années suivantes avec notamment la trilogie de livres illustrés, réalisée avec l’auteur Michel Rodrigue : La grande tambouille des fées (2003), La grande tambouille des sorcières (2004) et La grande tambouille des lutins (2005).

 Lauréat en 1999 du Grand Prix du festival de BD de Blois, celui qui était considéré par ses pairs comme un coloriste de génie était également passionné de musique ancienne. En 1970, il avait créé un orchestre Les Pelleteux qui chantait de vieux airs wallon sur des musiques produites par des instruments anciens et oubliés comme le rommelpot, un tambour à friction utilisé au Moyen Âge.

 René Hausman ne cessa jamais de dessiner. Cette année est parue sa dernière BD intitulée Chlorophylle et le monstre des Trois sources. L’histoire retiendra qu’il s’agissait d’un récit original mettant en scène un personnage inventé par Raymond Macherot, l’homme qui soixante ans plus tôt avait été à l’origine de sa carrière en le faisant embaucher par Spirou.

Google news Référence: 
452
28 Avril 2016 - 6:34pm

Le carnet
des jours précédents

21 Juin 2018

28 Mai 2018

28 Mai 2018

27 Mai 2018

22 Mai 2018