Roger Hanin

  

11 Février 2015
masculin

Comédien et acteur français, né le 20 octobre 1925 à Alger (Algérie), décédé à Paris, à l'âge de 89 ans. Son interprétation du commissaire Navarro, dont les télespectateurs suivirent les enquêtes pendant 20 ans, contribua à sa célébrité. Il serait injuste de réduire le comédien à cette seule série télévisée stéréotypée. L'acteur à la silhouette imposante, à la voix puissante et à la diction parfaite incarna tout au long de sa carrière des personnages dissemblables. Au cinéma, les plus grands metteurs en scène -  Lucchino Visconti, Dino Risi, Jean-Luc Godard, Claude Chabrol -  firent appel à lui. Au théâtre, il interpréta les plus grands rôles, Othello, Tartuffe notamment.

  Roger Lévy - son nom pour l'Etat-civil - naquit à Alger du temps de la présence française au sein d'une famille juive modeste qui vivait dans la casbah où il passa son enfance. Son grand-père était rabbin. Son père Joseph, employé des PTT, militait au parti communiste. Roger n'oublia jamais ses origines. Il se revendiqua "100 % juif" et défendit toute sa vie des valeurs de gauche, jusqu'à soutenir Robert Hue, le secrétaire général du parti communiste français, pendant la campagne présidentiellle de 2002. Sa mère s'appelait Victorine Hanin, une déformation du nom Ben Hanine, affirmait l'acteur. Quand il devint comédien, il choisit son nom de scène : ce fut Hanin.

 En 1941, en application des lois antisémites promulguées par le régime de Vichy, Roger fut exclu du lycée où il étudiait. En 1944, il s'engagea dans l'aviation. Après la guerre, il reprit ses études et ambitionnait alors de devenir pharmacien. Il vint en France pour y terminer son cursus. Mais, le grand gaillard à l'accent pied-noir choisit le métier d'acteur. En 1952, il apparut pour la première fois sur le grand écran en interprétant le rôle d'un gardien de prison dans le film d'André Cayatte Nous sommes tous des assassins. Difficile de ne pas le repérer. Les années suivantes, il multiplia les apparitions. On lui demandait désormais de jouer des personnages plus consistants des troisièmes puis des seconds rôles. On remarqua ses prestations courtes mais brillantes dans A bout de souffle de Jean-Luc Godard en 1959 et dans Rocco et ses frères (1960) de Luchino Visconti.

 En 1959, sa vie professionnelle et personnelle prirent un tour nouveau. Il épousa la productrice de cinéma Christine Gouze-Raynal qui produisait la série des films d'espionnage Le Gorille dont il interprétait le rôle principal. Ces films de série B, appréciés du public, firent connaître l'acteur. Claude Chabrol en tourna deux opus mais dans une version parodique avec Roger Hanin comme acteur principal. Mais, ce mariage lui permit d'entrer dans le cercle familial de François Mitterrand. Son épouse était en effet la soeur de Danielle Mitterrand. Roger Hanin hérita du surnom de "beauf" de Mitterrand. Une solide amitié s'établit entre les deux hommes que seule la mort devait interrompre.

 Roger Hanin entama également une brillante carrière de comédien au théâtre. On l'oubli trop souvent. Il joua dans des pièces de Shakespeare (Macbeth, Othello), de Molière (Tartuffe), de Pirandello, de Beckett (En attendant Godot), de Claudel (Le père humilié). Il interpréta ainsi une quarantaine de personnages dans autant de pièces. Il mit en scène certaines d'entre elles. Après un passage à vide au cinéma dans les années 1970, il renoua avec le succès en 1978 grâce à Alexandre Arcady qui lui proposa le rôle d'un pied-noir contraint à l'exil avec sa famille  dans Le coup du sirocco. Le duo se reconstitua en 1981 pour Le grand pardon, et en 1992 pour Le grand pardon 2 qui contaient l'histoire de Raymond Bettoun, un parrain du milieu juif pied-noir. Entretemps, en 1983, les deux complices tournèrent Le grand carnaval qui évoquait le débarquement anglo-américain en Algérie en novembre 1942. Tous ces films remportèrent de grands succès populaires, à défaut d'avoir convaincu la critique cinématographique. Roger Hanin passa derrière la caméra en 1984 pour tourner Train d'enfer un film tiré d'une histoire vraie : l'assassinat d'un algérien, battu à mort et défenestré du train Bordeaux-Vintimille. En 1986, il dirigea La Rumba  et en 1997 le film autobiographie Soleil avec Sophia Loren dans le rôle de sa mère. 

 Pendant toutes ces années, Roger Hanin fut un des fermes soutiens de François Mitterrand. Après le décès de l'ancien président de la République en janvier 1996, il condamna Lionel Jospin qui prétendait excercer un "devoir d'inventaire" sur les deux mandats de François Mitterrand. Il rompit avec le parti socialiste et soutint en 2002 la candidature du communiste Robert Hue. Personnalité aimée des français grâce en partie à son rôle dans la série Navarro pour laquelle il tourna en vingt ans 108 épisodes, Roger hanin eut la douleur de perdre ses proches, François et Danielle Mitterrand, son épouse Christine et tant d'ami(e)s comediens.

 En novembre 2008, il annonça à la radio RTL qu'il prenait sa retraite. "J'ai un grand projet, déclara-t-il, je vais vivre, sortir, faire des voyages, lire, écrire, profiter du pognon que j'ai amassé. J'entre dans l'antichambre du paradis". Malheureusement, la fatalité en décida autrement. Un an plus tard, un AVC le laissa affaibli. Il vécut les dernières années de sa vie enfermé dans son appartement, en proie à des pertes de mémoire. Le comédien a été inhumé au cimetierre juif d'Alger en présence de sa famille, de proche et de la ministre algérienne de la culture. Les sapeurs-pompiers de la capitale algérienne lui ont rendu les honneurs.

J.-P. G.

 

Google news Référence: 
003
11 Février 2015 - 12:31pm

Le carnet
des jours précédents

5 Juillet 2018

21 Juin 2018

28 Mai 2018

28 Mai 2018

27 Mai 2018