Stéphane Audran

  

27 Mars 2018
masculin

Actrice française, née le 8 novembre 1932 à Versailles (Yvelines), décédée à l’âge de 85 ans. Formée au théâtre, elle devint l’un des figures de la Nouvelle Vague dans les années 1960. Devenue l’actrice fétiche et l’épouse Claude Chabrol, elle apparut à l’affiche d’une vingtaine de films du cinéaste dont Les Bonnes femmes en 1960, Les Godelureaux en 1961, Landru en 1963, en 1968 La Femme infidèles 1969, Le Boucher en 1970, Les Noces rouges en 1973. Elle fut également dirigée par les plus grands metteurs en scènes dont Luis Bunuel (Le Charme discret de la bourgeoisie en 1972), Claude Sautet (Vincent, François, Paul… et les autres en 1974), Bertrand Tavernier (Coup de torchon en 1981), Claude Miller (Mortelle randonnée en 1983), Gabriel Axel (le Festin de Babette en 1987). Plusieurs fois nominée dans les grands festivals, elle reçut un ours d’argent à Berlin en 1963 pour son rôle dans Les Biches et un César de la meilleure actrice dans un second rôle en 1979 pour Violette Nozière deux films réalisés par son mentor Claude Chabrol.

Née dans une famille aisée, Colette Dacheville se destinait à une carrière sur les planches. En 1955, elle débuta dans La Tragédie des Albigeois de Maurice Clavel. Rapidement le cinéma s’intéressa à cette jeune comédienne douée qui interprétait ses rôles avec retenue – certains diraient avec froideur – et sensualité. Elle tourna sous la direction de plusieurs cinéastes de la Nouvelle Vague dont Eric Rohmer et surtout le jeune Claude Chabrol. Ce dernier réalisa en 1959 Les Cousins, avec Gérard Blain et Jean-Claude Brialy déjà présents son précédent film Le Beau Serge. Le film fut couronné par l’Ours d’Or du Festival de Berlin. Il reste l’un des films emblématiques de La Nouvelle Vague. Stéphane Audran, y figurait au générique Elle deviendra en 1964 la deuxième épouse du cinéaste et son actrice fétiche pendant de nombreuses années. La collaboration avec celle qui est également la mère du troisième fils de Chabrol, Thomas, se poursuivra après la séparation du couple en 1980. Sous la direction de son époux, analyste féroce de la bourgeoisie dont il dénonçait l’apparent conformisme, l’hypocrisie, la bêtise, Stéphane Audran tournera dans plus de vingt films, souvent aux côtés de Michel Bouquet et Jean Yanne.

 L’actrice jouissait alors d’une grande popularité. Elle tourna avec les plus grand metteurs en scènes de l’époque dont Philippe Labro qui lui confiera le rôle féminin dans Sans mobile apparent. Elle y donna la réplique à Jean-Louis Trintignant, son éphémère et premier mari, épousé en 1954. Après un relatif déclin à la fin des années 1970, la carrière de Stéphane Audran rebondit au début des années 1980 grâce à Bertrand Tavernier qui fit appel à elle pour son chef d’œuvre Coup de torchon. En 1983, elle donna la réplique à Michel Serrault et Isabelle Adjani dans Mortelle randonnée de Claude Miller. En 1987, elle participa à l’aventure du Festin de Babette réalisé par le cinéaste danois Gabriel Axel. Le film remporta un grand succès critique et public et reçut l’Oscar du meilleur film étranger en 1988. Les apparitions de Stéphane Audran se firent plus rares les décennies suivantes. Claude Chabrol l’enrôla pour Jours tranquilles à Clichy (1990) et Betty (1992). Elle apparut pour la dernière fois à l’affiche d’un film en 2008 dans La Fille de Monaco d’Anne Fontaine.

Google news Référence: 
840
28 Mars 2018 - 7:54am

Le carnet
des jours précédents

28 Mai 2018

28 Mai 2018

27 Mai 2018

22 Mai 2018

7 Mai 2018