Victor Lanoux

  

4 Mai 2017
masculin

Acteur français, né le 18 juillet 1936 à Paris, décédé à Royan (Charente-Maritime), à l’âge de 80 ans. Grande figure du cinéma populaire dans les années 1970 et 1980 (Un éléphant ça trompe énormément et Nous irons tous au paradis d’Yves Robert), il retrouva les faveurs du public après une traversée du désert en devenant le héros de la série télévisée Louis la Brocante pendant 13 saisons.

Victor Norbert Nataf – fils d’un père juif tunisien et d’une mère normande - échappa à la Shoah pendant la seconde guerre mondiale en se réfugiant avec ses parents dans un village de la Creuse où il vécut jusqu’à l’âge de 11 ans sous le nom d’emprunt de Victor Lanoux. Après son certificat d’études, il multiplia les petits boulots avant de s’engager chez les parachutistes pendant trois ans. De retour à la vie civile, il devint machiniste aux studios de cinéma de Boulogne. Il apprit le métier d’acteur sur le tas en observant les comédiens. Il compléta sa formation en suivant des cours de comédie par correspondance. Lié avec Pierre Richard, il se fit connaitre en écrivant et en interprétant des sketches sur les scènes des cabarets de la rive gauche de Paris. En 1964, il devint un comédien du Théâtre national populaire(TNP) et joua dans Hamlet, La Résistible ascension d’Arturo Ui, La folle de Chaillot.

 Il se fit connaître d’un public plus large grâce au cinéma. Certes, dans les années 1960, il avait figuré dans quelques films secondaires dans des rôles oubliés. En 1972, L’Affaire Dominici de Claude-Bernard Aubert dans lequel il interprétait le fils de Gaston Domicini, joué par Jean Gabin, lança sa carrière sur le grand écran. Il apparut jusqu’à l’an 2000 dans une cinquantaine de films dont plusieurs succès populaires et commerciaux : en 1975 Adieu Poulet de Pierre Granier-Deferre, Cousin, Cousine de Jean-Claude Tachella, Dupont Lajoie d’Yves Boisset.

 Il devint célèbre en 1976 après avoir partagé l’affiche d’Un éléphant ça trompe énormément d’Yves Robert avec les joyeux drilles qu’étaient Jean Rochefort, Claude Brasseur, Guy Bedos, Daniele Delorme, Annie Duperey, Marthe Villallonga. Couvert de récompenses aux Césars, le film décrivait sur le mode humoristique les bouleversements intervenus dans la société française post-soixante-huitarde (adultère, émancipation des femmes, homosexualité). Il eut une suite plus grinçante avec les mêmes acteurs l’année suivante, intitulé Nous irons tous au paradis.

 Victor Lanoux décida de devenir producteur. Sa société, Les Films de la Drouette, finança plusieurs films dans lesquels il apparaissait : Un si joli village en 1979 d’Etienne Périer, Une sale affaire en 1981 d’Alain Bonnot, Boulevard des assassins en 1982 de Boramy Tioulong. Sa carrière au cinéma déclina à partir du milieu des années 1980. Il remonta sur les scènes de théâtres. Surtout, il rebondit en accepta d’interpréter pour la télévision Louis la Brocante. Entre 1998 et 2014, il apparut dans quatre-vingt- dix épisodes, étalés sur quatorze saisons sur la chaine FR3. Avec courage et talent, il surmonta un AVC qui l’avait handicapé en 2008. Celui qui se définissait comme un « artiste du peuple », avait vécu de longues années avec la comédienne Marie-Josée Nat avant d’épouser Véronique Langlois. Il est le père de l’actrice Stéphanie Lanoux.

Google news Référence: 
912
4 Mai 2017 - 10:47am

Le carnet
des jours précédents

7 Janvier 2018

4 Janvier 2018

6 Décembre 2017

5 Décembre 2017

4 Décembre 2017