Alfred de Musset

Il est décédé le 

Elle est décédée le

2 Mai 1857

Dramaturge et poète français, né le 11 décembre 1810 à Paris, décédé dans la même ville, à l’âge de 46 ans. Auteur romantique, il publia des pièces de théâtre devenues des classiques du répertoire français : Les Caprices de Marianne (1833), On ne badine pas avec l’amour (1834), Lorenzaccio (1834). Oublié après sa mort précoce, il fut redécouvert notamment par le metteur en scène de théâtre Jean Vilar. Le comédien Gérard Philipe contribua à faire connaitre son œuvre au grand public.

 Né dans une famille aristocratique sous le premier Empire, Alfred de Musset fut un élève brillant. Après son baccalauréat, il entreprit des études de médecine puis de droit avant d’y renoncer pour se consacrer à sa passion, la littérature. Introduit dans les milieux littéraires, il fréquenta le les poètes du Cénacle de Charles Nodier. A 19 ans, il publia un premier recueil de poésies Les contes d’Espagne et d’Italie qui lui vaudra l’estime de la critique et surtout celle de l’écrivain russe Alexandre Pouchkine. Connu dans le cercle littéraire de la capitale, Alfred de Musset multiplia les conquêtes féminines et s’enticha de demi-mondaines qui faisaient commerce de leurs charmes. Il y gagna une réputation de débauché. Il dépensa des sommes folles pour financer ses passions pour la chair et la boisson.

 Jugeant que la poésie ne faisait pas vivre son homme contrairement au théâtre qui apportait notoriété et richesse, il écrivit en 1830 sa première pièce La nuit vénitienne. Présenté au théâtre de l’Odéon, elle fut sifflée par les spectateurs et retirée de l’affiche au bout de deux représentations. Vexé, le dramaturge jura qu’il ne subirait plus jamais un tel affront. Il déclara : « Adieu à la ménagerie, et pour longtemps ». Il décida de publier ses pièces dans la Revue des deux Mondes avec interdiction de les présenter au public. En trois ans entre 1832 et 1834, il rédigea ses quatre chefs-d’œuvre aux titres si contemporains, devenus désormais des classiques du théâtre français et mondial : A quoi rêvent les jeunes filles en 1832, Les caprices de Marianne en 1833, Lorenzaccio en 1834 et On ne badine pas avec l’amour en 1834. A 24 ans à peine, il avait publié l’essentiel de son œuvre. Il ne le savait pas : Les Caprices de Marianne fut jouée de son vivant pour la première fois en 1847 ; mais On ne badine pas avec l’amour figura à l’affiche d’un théâtre (la Comédie-Française) en 1861, 4 ans après le décès de son auteur; Lorenzaccio attendit encore plus longtemps avant d’être présenté au public : 1896.

 En juin 1833, Alfred de Musset fit la connaissance de la romancière George Sand lors d’un diner donné par les responsables de la Revue des deux Mondes. Une idylle se noua entre les deux jeunes écrivains qui vécurent leur amour à Venise en novembre 1833. La liaison dura deux ans et prit fin dans la douleur. Le dramaturge éconduit cria son désarroi dans son seul roman Confession d’un enfant du siècle dédié à George Sand qui l’avait fait tant souffrir. En 1859, la romancière publia Elle et Lui dans lequel elle révéla que son amant souffrait d’hallucinations et de dédoublement de la personnalité.

L’oubli puis la renaissance

Après se rupture, Musset revint à ses premières amours avec la poésie. Il publia en deux ans quatre poèmes lyriques et pessimistes qui déclinaient les douleurs du cœur et de la vie en fonction des saisons : La Nuit de mai (1835) précéda La Nuit de décembre (1835), La Nuit d’août (1836), La Nuit d’octobre (1837). Alcoolique et dépressif, Alfred de Musset écrivait de moins en moins comme si son inspiration était tarie. Grâce à ses amitiés royalistes et celle du duc d’Orléans, il fut nommé bibliothécaire au ministère de l’intérieur. Rond de cuir financé par l’Etat, on le vit peu au travail dans son bureau ministériel. Il préférait fréquenter les troquets où il s’enivrait. La révolution de 1848 provoqua son licenciement. Le nouveau ministre de l’intérieur, le républicain Alexandre Ledru-Rollin ne tenait pas à héberger dans son ministère un suppôt de la monarchie de juillet.

 Alfred de Musset prit sa revanche en 1852 lors de la proclamation du Second Empire par Napoléon III. On le casa au ministère de l’instruction civique au poste de…bibliothécaire. En février, il fut enfin élu à l’Académie française à sa troisième tentative. Selon la légende, le soir de sa réception officielle sous la coupole de l’Académie, il fêta l’évènement dans un bordel. Il y gagna les surnoms de « chancelant perpétuel » et de « verre qui tremble ». En 1855, il publia une dernière pièce de théâtre L’Âne et le ruisseau qui fut démolie par la critique. Fragilisé par sa vie dissolue, Alfred de Musset mourut des suites sans doute de la tuberculose. Ses amis comme Lamartine, Théophile Gautier, Mérimée et Vigny assistèrent à ses obsèques.

 Bientôt Musset s’effaça des mémoires d’autant que ses pièces n’étaient pas ou peu jouées. Seuls quelques spécialistes et historiens de romantisme connaissaient son existence. Il fallut attendre la moitié du siècle suivant pour qu’on s’intéresse de nouveau au dramaturge. Le metteur en scène Jean Vilar, directeur du Théâtre national populaire (TNP) et du Festival d’Avignon, monta plusieurs de ses pièces. Le comédien Gérard Philipe mit en scène et interpréta un extraordinaire et inoubliable Lorenzaccio au festival d’Avignon en 1958. L’année suivante, quelques mois avant sa mort à l’âge de 36 ans, il joua dans On ne badine pas avec l’amour. Jamais l’œuvre d’Alfred de Musset n’avait été aussi vivante, moderne et actuelle.

J.-P.G.

Demain : Clément Ader

masculin
Google news Référence: 
823
24 Février 2017 - 4:03pm

Une vie, un portrait du jour

18 Juin 2001

18 Juin 1928

Une vie, un portrait du jour

18 Juin 1980

André Leducq

Champion cycliste français, né le 27 février 1904 à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), décédé à Marseille (Bouches-du-Rhône), à l’âge de 76 ans. Vainqueur de deux Tours de France (1930 et 1932) et d’un Paris-Roubaix (1928).

18 Juin 1937

Gaston Doumergue

Homme d’Etat français, né le 1er août 1863 à Aigues-Vives (Gard), décédé dans cette même ville, à l’âge de 73 ans. Plusieurs fois ministre (colonies, commerce, instruction publique, affaires étrangères) sous la troisième République, il occupa le fauteuil de Président de la République du 13 juin 1924 au 13 juin 1931.

18 Juin 1974

Gueorgui Joukov

Maréchal soviétique, né le 1er décembre 1896 à Strelkovka (Empire russe), décédé à Moscou (URSS). Officier le plus décoré de l’URSS et de la Russie, il arrêta l’offensive allemande contre Moscou en décembre 1941 et fut l’artisan des principales victoires soviétiques pendant la Grande guerre patriotique de 1941 jusqu’à la prise de Berlin, son dernier fait d’armes.

18 Juin 1993

Jean Cau

Ecrivain et journaliste, né le 8 juillet 1925 à Bram (Aude), décédé à Paris, à l’âge de 67 ans. Secrétaire de Jean-Paul Sartre avant de virer à droite, il obtint le prix Goncourt en 1961 pour La pitié de Dieu.

18 Juin 1673

Jeanne Mance

Vénérable française, née le 12 novembre 1606 à Langres (Haute-Marne), décédée à Montréal. Cofondatrice de la ville de Montréal avec Paul de Chomedey, elle y créa un hôtel-Dieu. L’église catholique la reconnut vénérable par le pape François le 7 novembre 2014.

18 Juin 2010

José Saramago

Ecrivain portugais, né le 16 novembre 1922 à Azinhaga (Portugal), décédé à Lanzarote (Canaries), à l’âge de 87 ans. Prix Nobel de littérature en 1998.

18 Juin 1937

Maxime Gorki

Ecrivain russe, né le 28 mars 1868 à Nijni Novgorod (Empire russe), décédé à Moscou (URSS), à l’âge de 68 ans. Il fut un des pères du réalisme socialiste, auteur notamment des Bas fonds (1902), de La mère (1907).

18 Juin 1935

René Crevel

Ecrivain français, né le 10 août 1900 à Paris, décédé par suicide dans la même ville à l’âge de 34 ans. Ecrivain surréaliste (Etes-vous fou ? 1929, Les pieds dans le plat, 1933), il mit fin à ses jours quand il apprit qu’il souffrait d’une tuberculose.

Une vie, un portrait
des jours précédents

17 Juin 2008

17 Juin 1939

16 Juin 2017

16 Juin 1958

16 Juin 1977