Anna Marly

Il est décédé le 

Elle est décédée le

15 Février 2006

Chanteuse et compositrice française d’origine russe, née le 30 octobre 1917 à Petrograd (Russie), décédée à Palmer (Alaska), à l’âge de 88 ans. Résistante installée à Londres où elle avait répondu à l'appel du général de Gaulle, cette Française libre composa la musique du Chant des partisans.  

Le Chant des partisans

(Paroles : Maurice Druon et Joseph Kessel, musique : Anna Marly)

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne
Ohé, partisans, ouvriers et paysans c'est l'alarme
Ce soir l'ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes...

 

Montez de la mine, descendez des collines, camarades,
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades,
Ohé, les tueurs, à vos armes et vos couteaux, tirez vite,
Ohé, saboteurs, attention à ton fardeau, dynamite..

 

C'est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère
II y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves
Ici, nous, vois-tu, nous on marche, nous on tue ou on crève.

 

Ici, chacun sait ce qu'il veut, ce qu'il fait quand il passe
Ami, si tu tombes, un ami sort de l'ombre à ta place,
Demain du sang noir séchera au grand soleil sur nos routes
Chantez, compagnons, dans la nuit la liberté nous écoute...

 

Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne
Ami, entends-tu le vol noir du corbeau sur la plaine

 En ce mois d’octobre historique, le jour où sa mère lui donnait la vie à Petrograd, les Bolcheviques de Lénine s’emparaient par la force du pouvoir dans l’ancienne capitale impériale. La petite Anna Yurievna Betunlinskaya, n’eut pas l’occasion de connaître son père, un partisan de l’ancien régime, fermement opposé aux communistes. Accusé d’être un contre-révolutionnaire, l’homme finit sous les balles des nouveaux maîtres du pays, aux premiers mois de la Révolution russe. Avec l’aide de sa gouvernante, sa mère réussit à quitter le pays en proie à la guerre civile, en 1920. Avec ses deux filles en bas-âges, elle traversa la moitié de l’Europe. Après un voyage périlleux de plusieurs mois, elle posa enfin ses bagages à Paris. Dans la capitale française, la petite Anna partagea le sort des enfants des aristocrates russes exilés, contraints de devenir chauffeurs de taxi, ou professeur de langue, pour survivre.

 A l’âge de 13 ans, on lui offrit une guitare. Anna apprit à jouer de l’instrument de musique, à composer des mélodies et à chanter. Pour vivre, elle se produisit dans des grands cabarets à la mode à Paris et prit le nom de scène d’Anna Marly. Son destin bascula une seconde fois après la défaite française de juin 1940. Comme beaucoup de Français, elle prit le chemin de l’exode. Après un périple qui la conduisit en Espagne et au Portugal, elle décida de répondre à l’appel du général de Gaulle dont on venait de lui révéler l’existence. Elle entreprit de le rejoindre en Angleterre. En 1941, après un long détour, elle atteignit enfin Londres. Elle s’engagea comme cantinière au quartier général des Forces françaises libres, installé à Carlton Garden.

 Musicienne avant tout, Anna Marly imagina de créer un hymne qui fédèrerait tous les résistants européens au troisième Reich. S’inspirant d’une mélodie populaire russe, elle composa sur sa guitare en 1941 la musique du Chant des partisans. Elle écrivit les paroles originales en russe. La musique, sans les paroles, devint l’indicatif de l’émission des Français libres, Honneur et patrie, diffusée par la BBC deux fois par jour. L’écrivain Joseph Kessel et son neveu Maurice Druon qui venaient de rejoindre les Forces françaises libres lui proposèrent en mai 1943 d’écrire des paroles en français (Lire ci-contre). Le 30 mai 1943, la chanteuse Germaine Sablon, qui partageait alors la vie de Joseph Kessel, chanta pour la première fois à la radio la version définitive de la chanson.

 Ecouté clandestinement par les résistants et la population, Le Chant des partisans se répandit dans les maquis mais aussi partout en France occupée. Il devint l’hymne de la résistance à la barbarie nazie, une Marseillaise des maquisards. A la Libération, de nombreux chanteurs dont Edith Piaf et Yves Montand l’interprétèrent également. Après la guerre, Anna Marly écrivit la musique de La Complainte du partisan sur des paroles d’Emmanuel d’Astier de la Vigerie. Joan Baez et Leonard Cohen l’inclurent dans leur répertoire bien des années plus tard. On évalue à 300 le nombre de chansons qu’elle composa dans sa longue carrière.

 Après la guerre, elle voyagea en Afrique, en Amérique du sud. Finalement, elle s’installa aux Etats-Unis où on perdit sa trace. En 1985, le président François Mitterrand répara un oubli en la nommant enfin chevalier de la Légion d’honneur. En juin 2000, à l’occasion du soixantième anniversaire de l’appel du général de Gaulle, les autorités françaises lui demandèrent de chanter son Chant des partisans devant le Panthéon à Paris, accompagnée par les chœurs de l’armée française. Un hommage bien mérité pour celle qui n’avait jamais voulu tirer un profit quelconque ou une vaine gloire de sa chanson et qui considérait qu’elle n’avait fait que son devoir.

Jean-Pierre Giovenco

Illustration : Marc Daniau

Demain : Félix Faure

feminin
Google news Référence: 
230
21 Janvier 2016 - 11:02am

Une vie, un portrait du jour

16 Juillet 2015

16 Juillet 1982

Une vie, un portrait du jour

16 Juillet 1997

Dora Maar

Photographe et artiste peintre française, née le 22 novembre 1907 à Paris, décédée dans la même ville, à l’âge de 90 ans. Auteure de nombreux portraits photographiques (Jean-Louis Barrault, Jean Cocteau, Paul Eluard, Léonor Fini), elle réalisa Portrait d’Ubu (1936) et un tableau baptisé Portrait de Pablo Picasso au miroir dont elle fut la muse et l’amante.

16 Juillet 1896

Edmond de Goncourt

Ecrivain et journaliste français, né le 26 mai 1822 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), décédé à Champrosay (Essonne), à l’âge de 74 ans. Auteur de Renée Mauperin (1864) et du Journal des Goncourt (1854-1891), il proposa en 1892 la création de l’Académie Goncourt qui avait vocation à décerner chaque année un prix littéraire. Le cénacle littéraire vit le jour en 1900. Le premier lauréat fut en 1903 John-Antoine Nau pour Force ennemie

16 Juillet 1907

Eugène Poubelle

Préfet français, né le 15 avril 1831 à Caen (Calvados), décédé à Paris, à l’âge de 76 ans. Préfet de la Seine, il prit un arrêté qui obligeait les propriétaires d’immeubles parisiens à mettre à la disposition des locataires des récipients munis d’un couvercle ayant vocation à contenir les déchets ménagers. La population les baptisa "poubelles".

16 Juillet 1691

François Michel Le Tellier, marquis de Louvois

Homme d’Etat français, né le 18 janvier 1641 à Paris, décédé à Versailles, à l’âge de 50 ans. Secrétaire d’Etat à la guerre de 1662 à sa mort, il organisa des persécutions (les dragonnades) pour contraindre les protestants à se convertir au catholicisme.

16 Juillet 1985

Heinrich Böll

Ecrivain allemand, né le 21 décembre 1917 à Cologne (Rhénanie-Du-Nord-Westphalie), décédé à Kreuzau (Rhénanie-Du-Nord-Westphalie), à l’âge de 67 ans. Auteur de nouvelles, d’essais et de romans dont Portrait de groupe avec dames (1971) et L’honneur perdu de Katarina Blum (1974), il fut couronné du prix Nobel de littérature en 1972.

16 Juillet 1989

Herbert von Karajan

Chef d’orchestre autrichien, né le 5 avril 1908 à Salzbourg, décédé à Anif, à l’âge de 81 ans. Après avoir dirigé l’orchestre philarmonique de Berlin (1937), il fut nommé à la tête du festival de Salzbourg en 1956 et occupera cette fonction jusqu’en 1988.

16 Juillet 2014

Hervé Christiani

Auteur-compositeur et interprète français, né 8 novembre 1947 à Paris, décédé dans la même ville, à l’âge de 66 ans. Auteur en 1981 d’un tube Il est libre Max.

16 Juillet 2000

Pascale Audret

Actrice et chanteuse française, née le 12 octobre 1935 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), décédée à Cressensac (Lot), à l’âge de 64 ans. Comédienne de théâtre (Journal d’Anne Frank, 1957), elle s’imposa également au cinéma (Le dialogue des Carmélites, 1960), la télévision (Splendeurs et misères des courtisanes, 1975) et la chanson (La môme Anita, 1969).

16 Juillet 1857

Pierre-Jean de Béranger

Chansonnier français, né le 19 août 1780 à Paris, décédé dans la même ville, à l’âge de 76 ans. Populaire à son époque, il composa plusieurs centaines de chansons dont Le vieux drapeau, Les souvenirs du peuple, Le juge de Charenton, Les ventrus.

Une vie, un portrait
des jours précédents

15 Juillet 1904

15 Juillet 1614

14 Juillet 1993

14 Juillet 2014

13 Juillet 1380