Berthe Sylva

Il est décédé le 

Elle est décédée le

24 Mai 1941

Chanteuse populaire et réaliste française, née le 7 février 1885 Lambézellec (Finistère), décédée à Marseille, à l’âge de 56 ans. Chanteuse de la misère, de l’injustice et de l’enfance blessée, elle devint célèbre en 1926 en interprétant Les roses blanches, Le raccommodeur de faïence (1929) et C’est mon gigolo (1932). Elle mourut à Marseille pauvre et abandonnée.

Berthe Faquet naquit au sein d’une famille modeste en Bretagne. Son père Joseph était un marin, sa mère Anne travaillait comme couturière. Employée comme femme de chambre dès son adolescence, la jeune fille donna naissance à un garçon à l’âge de 16 ans. Seule la maman connaissait le nom du père. Elle laissa l’éducation de son fils à ses grands-parents et vint s’installer à Paris. Les informations manquent sur ses premières années dans la capitale. On ne sait rien de sa formation et des conditions qui la conduisirent à débuter comme chanteuse sur les planches du Casino Saint Martin en 1908. Sous le nom de scène de Berthe Sylva, Il y interpréta pendant quelques années les chansons alors en vogue et notamment La Marche fière de Karl Ditan. Elle se produisit ensuite au Casino de Montparnasse puis au Casino de Montmartre où elle se fâcha avec le patron. Après un séjour au Music-Hall d’Alger, elle intégra pendant la Grande guerre la troupe le Théâtre aux armées fondé par le chansonnier aveugle René de Buxeuil et la chanteuse Eugénie Buffet, surnommée « la cigale nationale ». Berthe Sylva et ses compagnons se produisirent notamment sur le front.

 Après la guerre, la chanteuse retrouva les scènes des cabarets parisiens où elle se produisait chaque soir. Le compositeur Léon Raitier la remarqua et lui proposa en 1928 de chanter sur les ondes de Radio Tour Eiffel. Il lui permit d’enregistre la célèbre chanson Les Roses blanches dont il avait composé la musique en 1925 sur des paroles de Charles-Louis Pothier. La chanson réaliste que l’on pouvait écouter sur son premier disque 78 tours contait l’histoire d’un pauvre gosse de Paris qui volait des fleurs pour les offrir à sa mère hospitalisée. Surpris, la fleuriste lui pardonna son mauvais geste et les lui laissa. L’enfant courut à l’hôpital pour apprendre que sa maman était décédée. La chanson fit pleurer des millions d’auditeurs et contribua à la notoriété de Berthe Sylva. Avec ses chansons tristes, elle devint dans les années 1930 la grande figure de la chanson réaliste française. En 1929, elle enregistra Le Raccommodeur de faïence qui remporta un énorme succès avec la vente de 250 000 albums. En 1931, elle l’adaptation en français de la chanson Gigolo, un tango composé à Vienne, confirma sa notoriété. Elle signa un contrat léonin avec la société phonographique Odéon. En une décennie, elle enregistra plus de 250 chansons dont une grande majorité est parvenue jusqu’à nous. Elle reçut peu de droits d’auteur. Elle vécut surtout en multipliant les apparitions sur les scènes et les cabarets de la capitale et des grandes villes de province. On connait peu de choses sur sa vie privée. On lui connait une aventure amoureuse et tumultueuse avec le chanteur Fred Gouin, aujourd’hui oublié mais alors célèbre après avoir interprété Le Temps des cerises de Jean-Baptiste Clément et d’Antoine Renard. Le couple à la ville et à la scène enregistra plusieurs duos dont Ferme tes jolis yeux et Un soir à La Havane.

 Quand éclata la seconde guerre mondiale, Berthe Sylva et son compagnon se réfugièrent à Marseille où ils dépensèrent leur argent faute de contrats. Désargentée et affaiblie par l’alcoolisme qui minait sa santé, Berthe Sylva s’éteignit à l’âge de 56 ans. La maison de disque finança les obsèques. Des années plus tard, sa dépouille fut déposée dans la fosse commune, aucune personne n’ayant renouvelé la concession. Fred Gouin disparut de la circulation. Dans les années 1980, on apprit qu’il avait abandonné le métier de chanteur après la mort de Berthe Sylva. Après la guerre, il avait ouvert incognito une friterie à Niort où il décéda en 1959. Tristes fins pour deux chanteurs populaires mais oubliés par leurs contemporains. Berthe Sylva aurait été surprise si on lui avait annoncé que près de quatre-vingt ans après sa mort, les rééditions de ses disques se vendraient très bien.

J.-P.G.

Demain : Marcel Petiot

feminin
Google news Référence: 
099
12 Février 2018 - 3:16pm

Une vie, un portrait du jour

18 Juin 2001

18 Juin 1928

Une vie, un portrait du jour

18 Juin 1980

André Leducq

Champion cycliste français, né le 27 février 1904 à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), décédé à Marseille (Bouches-du-Rhône), à l’âge de 76 ans. Vainqueur de deux Tours de France (1930 et 1932) et d’un Paris-Roubaix (1928).

18 Juin 1937

Gaston Doumergue

Homme d’Etat français, né le 1er août 1863 à Aigues-Vives (Gard), décédé dans cette même ville, à l’âge de 73 ans. Plusieurs fois ministre (colonies, commerce, instruction publique, affaires étrangères) sous la troisième République, il occupa le fauteuil de Président de la République du 13 juin 1924 au 13 juin 1931.

18 Juin 1974

Gueorgui Joukov

Maréchal soviétique, né le 1er décembre 1896 à Strelkovka (Empire russe), décédé à Moscou (URSS). Officier le plus décoré de l’URSS et de la Russie, il arrêta l’offensive allemande contre Moscou en décembre 1941 et fut l’artisan des principales victoires soviétiques pendant la Grande guerre patriotique de 1941 jusqu’à la prise de Berlin, son dernier fait d’armes.

18 Juin 1993

Jean Cau

Ecrivain et journaliste, né le 8 juillet 1925 à Bram (Aude), décédé à Paris, à l’âge de 67 ans. Secrétaire de Jean-Paul Sartre avant de virer à droite, il obtint le prix Goncourt en 1961 pour La pitié de Dieu.

18 Juin 1673

Jeanne Mance

Vénérable française, née le 12 novembre 1606 à Langres (Haute-Marne), décédée à Montréal. Cofondatrice de la ville de Montréal avec Paul de Chomedey, elle y créa un hôtel-Dieu. L’église catholique la reconnut vénérable par le pape François le 7 novembre 2014.

18 Juin 2010

José Saramago

Ecrivain portugais, né le 16 novembre 1922 à Azinhaga (Portugal), décédé à Lanzarote (Canaries), à l’âge de 87 ans. Prix Nobel de littérature en 1998.

18 Juin 1937

Maxime Gorki

Ecrivain russe, né le 28 mars 1868 à Nijni Novgorod (Empire russe), décédé à Moscou (URSS), à l’âge de 68 ans. Il fut un des pères du réalisme socialiste, auteur notamment des Bas fonds (1902), de La mère (1907).

18 Juin 1935

René Crevel

Ecrivain français, né le 10 août 1900 à Paris, décédé par suicide dans la même ville à l’âge de 34 ans. Ecrivain surréaliste (Etes-vous fou ? 1929, Les pieds dans le plat, 1933), il mit fin à ses jours quand il apprit qu’il souffrait d’une tuberculose.

Une vie, un portrait
des jours précédents

17 Juin 2008

17 Juin 1939

16 Juin 2017

16 Juin 1958

16 Juin 1977