David Lean

Il est décédé le 

Elle est décédée le

16 Avril 1991

Cinéaste britannique, né le 25 mars 1908 à Croydon (Surrey), décédé à Londres, à l’âge de 83 ans. Adaptateur de talent, il réalisa de grandes fresques cinématographiques dont Le Pont de la rivière Kwaï, Docteur Jivago, La route des Indes. Auteur du chef-d’œuvre Lawrence d’Arabie, il fut le cinéaste des records : ses films remportèrent 28 Oscars, battirent des records d’affluence et enrichirent les studios d’Hollywood. 

Né dans un quartier populaire de Londres dans une famille de quakers rigoristes, David Lean abandonna très tôt ses études pour se consacrer à sa passion pour le cinéma, au grand désespoir de son père qui lui proposait une carrière de comptable. Selon la légende, il refusa toute sa vie de voir un film réalisé par son rejeton. A l’âge de 17 ans, David Lean réussit à se faire embaucher comme grouillot préposé au service du thé dans la filiale anglaise de la Gaumont. Le hasard des rencontres, des congés des uns et des autres, des maladies, le conduisirent à devenir clapman, puis troisième assistant-réalisateur, aide-monteur, monteur, opérateur. En une quinzaine d’années, il se familiarisa avec tous les métiers techniques du septième art. Il apprit également la mise en scène et la direction d’acteurs sur le tas en observant les cinéastes. Grâce à sa grande expérience, il ne se laissa jamais influencer par ses techniciens. En 1942, il coréalisa avec Noël Coward son premier film Ceux qui servent en mer, une œuvre de propagande pendant la seconde guerre mondiale qui racontait l’histoire mouvementé d’un destroyer et de son équipage.

 Noël Coward, à la fois écrivain, scénariste, metteur en scène, acteur et producteur apprécia sa collaboration avec le débutant David Lean. Il accepta de financer deux comédies qu’il réalisé à la fin de la guerre : Heureux mortels (1944) qui fut le plus gros succès commercial de l’année et L’Esprit s’amuse (1945), récompensé de l’Oscar des meilleurs effets visuels. Beaucoup d’autres suivront les décennies suivantes. Après cinq années de guerre, de larmes et de privations, le public souhaitait s’amuser. L’année suivante, Brève rencontre adapté d’une pièce de Coward partagea la Palme d’or (baptisé alors grand prix du festival international du film) du 1er festival de Cannes avec dix autres films dont La Symphonie pastorale de Jean Delannoy et Rome, ville ouverte de Roberto Rossellini. David Lean adapta les années suivantes deux livres de Charles Dickens : Les Grandes espérances remporta deux Oscar (direction artistique, meilleur photographie) ; Oliver Twist, un film sombre à la photo expressionniste dans lequel débuta Alec Guinness.

Le succès populaire grâce au Pont de la rivière Kwaï

Fort de ses succès, David Lean créa sa propre maison de production. Il enrôla sa seconde épouse – il se maria six fois - l’actrice Ann Todd dans la comédie dramatique Les Amants passionnés (1949) et le film policier Madeleine (1950). Ces deux films furent boudés par le public, tout comme Le Mur du son (1952), une œuvre pesante proche du documentaire à la gloire de l’aviation britannique. La comédie endiablée Chaussure à son pied (1954) avec Charles Laughton lui permit de renouer avec le succès. En 1955, il sortit des studios et planta sa caméra à Venise qui servit de décors naturels à Vacances à Venise avec une éblouissante Katharine Hepburn. Séduit par sa manière de transformer l’environnement en personnage à part entière du film, le producteur américain Sam Spiegel lui proposa en 1957 d’adapter pour le cinéma Le Pont de la rivière Kwaï, le livre de Pierre Boulle. Servi par des acteurs de talent dont les britanniques Alec Guinness, Jack Hawkins, l’américain William Holden et le japonais Sessue Hayakawa, le film contait l’histoire de la construction d’un pont dans la jungle birmane par des prisonniers de guerre alliés, tiraillés entre un officier collaborateur et des détenus prêts à saboter l’ouvrage. Dès sa sortie, le film remporta un immense succès mondial. Il remporta sept Oscar : meilleur film (Sam Spiegel), meilleur réalisateur (David Lean), meilleur acteur (Alec Guinness), meilleur scénario adapté (Pierre Boulle), meilleur montage (Peter Taylor), meilleure photographie (Jack Hildyard) et meilleure musique (Malcolm Arnold) avec la célèbre Marche du colonel Bogey, sifflotée par des générations de spectateurs.

La reconnaissance artistique avec Lawrence d’Arabie

Etiqueté « réalisateur commercial» par une partie de la critique cinématographique qui lui reprochait de réaliser des œuvres formatées pour un public populaire et peu cultivé, David Lean disparut du grand écran pendant cinq ans. Il prépara minutieusement son film suivant, Lawrence d’Arabie, un film historique inspiré de la vraie vie de l’officier britannique Thomas Edward Lawrence qui conseilla le futur roi d’Arabie Fayçal ibn Hussein et organisa la révolte arabe contre l’Empire ottoman, pendant la Grande Guerre. Il réunit de grands acteurs internationaux, Peter O’Toole, Alec Guinness, Anthony Quinn, Omar Sharif et tourna dans des décors désertiques en Jordanie, au Maroc, en Andalousie. Le film réconcilia le cinéaste avec la critique anglo-saxonne. Le mot « chef-d’œuvre » apparut dans nombre d’articles et de commentaires de journaux. En France, l’historien du cinéma Georges Sadoul marqua ses distances : « film à la gloire du célèbre espion et de ses intrigues colonialistes au Moyen-Orient » Le public mondial plébiscita le film en remplissant les salles de cinéma. Hollywood lui décerna sept Oscar : meilleur film (Sam Spiegel), meilleur réalisateur (David Lean), meilleure musique (Maurice Jarre), meilleure direction artistique, meilleure photographie, meilleur montage, meilleur son. Modeste, David Lean déclara : « Tout ce que j’aime, c’est raconter des histoires », sans jamais donner son point de vue, en laissant au spectateur la liberté d’élaborer sa propre opinion.

 En 1965, il adapta pour le cinéma Le Docteur Jivago adapté du livre de Boris Pasternak, un drame historique qui se déroulait des années 1910 à 1950, dans la Russie tsariste puis en Union soviétique. Prince arabe dans Lawrence d’Arabie, Omar Sharif devint Youri Jivago dans ce nouveau film. Il donna la réplique à Julie Christie, Alec Guinness, Géraldine Chaplin et Rod Steiger. Le film remporta un énorme succès commercial et cinq Oscar (scénario, direction artistique, musique pour Maurice Jarre, photographie, costumes). Selon des historiens du cinéma, avec une recette de 1,8 milliards d’euros, il se classerait à la huitième place des films les plus rentables. Après une absence de cinq ans, David Lean réalisa en 1970 La Fille de Ryan, un drame intimiste inspiré librement de Madame Bovary de Gustave Flaubert. Malgré un bon accueil de la profession (deux Oscar et un Donatello), le film fut boudé par le public.

 David Lean connut alors une longue traversée du désert volontaire de quatorze ans. En 1984, il adapta pour le cinéma La Routes des Indes, le livre d’Edward Morgan Foster. Ce récit épique situé dans les Indes britanniques au moment de la naissance du mouvement en faveur de l’indépendance reçut un bon accueil public et…deux Oscar dont un nouveau pour la musique (Maurice Jarre). En récompense de sa longue carrière, la reine Elisabeth II l’éleva au titre de chevalier de l’Empire britannique

 Sir David Lean préparait avec Steven Spielberg l’adaptation de Nostromo, le livre de Joseph Conrad, quand il mourut des suites d’une longue maladie.

J.-P.G.

Demain : Aimé Césaire

masculin
Google news Référence: 
731
28 Janvier 2017 - 3:39pm

Une vie, un portrait du jour

21 Avril 1699

21 Avril 2010

21 Avril 2016

Une vie, un portrait du jour

21 Avril 1971

François Duvalier

Homme politique haïtien, né le 14 avril 1907 à Port-au-Prince, décédé dans la même ville, à l’âge de 64 ans. Surnommé « Papa Doc », une référence à son métier de médecin, il fut élu président de la République le 22 octobre 1957. Soutenu par une milice paramilitaire (les tontons macoutes), il se proclama « président à vie » et régna par la terreur jusqu’à son décès des suites d’une maladie.

21 Avril 1998

Jean-François Lyotard

Philosophe français, né le 10 août 1924 à Versailles (Yvelines), décédé à Paris, à l’âge de 73 ans. Auteur de La Condition post moderne. Rapport sur le savoir (1979).

21 Avril 1946

John Maynard Keynes

Economiste britannique, né le 5 avril 1883 à Cambridge (Cambridgeshire), décédé à Firle (Sussex), à l’âge de 63 ans. Sa pensée économique influença de nombreux gouvernements notamment aux Etats-Unis où il inspira le New Deal. Il fut un des principaux artisans des accords de Bretton woods en 1944 qui créèrent la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI), deux institutions mondiales toujours en activité.

21 Avril 1918

Manfred von Richthofen

Aviateur allemand, né le 2 mai 1892 à Breslau (Empire allemand aujourd’hui situé en Pologne sous le nom de Wroclaw), blessé mortellement lors d’un combat aérien au dessus de Vaux-sur-Somme (Somme), à l’âge de 25 ans. Surnommé le « Baron rouge », cet as de l’aviation allemande est crédité de 80 victoires homologuées, obtenues au détriment des aviateurs alliés. 

21 Avril 1910

Mark Twain

Ecrivain américain, né le 21 avril 1910 à Florida (Missouri), décédé à Redding (Connecticut), à l’âge de 74 ans. Auteurs de romans, de contes et de récits de voyage, il devint célèbre avec son ouvrage Les aventure des Tom Sawyer (1876).

21 Avril 2003

Nina Simone

Chanteuse afro-américaine, née le 21 mars 1933 à Tryon (Caroline du Nord), décédée à Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône), à l’âge de 70 ans. Chanteuse de jazz (Little girl Blue en 1958), auteur de 34 albums, elle milita en faveur des droits civiques dans son pays avant de s’installer en France où elle était populaire.

21 Avril 1142

Pierre Abélard

Philosophe et théologien français, né en 1079 près de Nantes, décédé à l’abbaye Saint-Marcel près de Châlons-sur-Saône, à l’âge de 62 ans. Auteur de nombreux ouvrages de théologie novateurs considérés comme hérétiques, enseignant célèbre au Moyen-âge, il entretint une liaison amoureuse avec Héloïse d’Argenteuil ce qui lui vaudra d’être émasculé par l’oncle de la jeune femme.

21 Avril 1996

Robert Hersant

Editeur de presse et homme politique français, né le 31 janvier 1920 à Vertou (Loire-Inférieure), décédé à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), à l’âge de 76 ans. Surnommé par ses détracteurs « le papivore » il fonda dans les années 1970 un groupe de presse qui contrôlait Le Figaro et ses suppléments hebdomadaires, une quinzaine de journaux régionaux (Le Midi Libre, Nord matin, Le Bien public, La Voix du Nord), des magazines (L’express), une chaîne de télé (La cinq).

21 Avril 1945

Walter Model

Officier supérieur allemand, né le 24 janvier 1891 à Genthin (Empire allemand), mort par suicide à Ratingen (troisième Reich), à l’âge de 54 ans. Farouche partisan d’Adolf Hitler qui le promu maréchal en mars 1944, il se suicida quand il apprit que les Soviétiques l’accusaient d’avoir participé à la mise à mort de 577 000 personnes dans les camps de concentrations et l’avaient inculpé pour crimes de guerre.

Une vie, un portrait
des jours précédents

20 Avril 2002

20 Avril 2016

20 Avril 1994

19 Avril 1882

19 Avril 1967