Fausto Coppi

Il est décédé le 

Elle est décédée le

2 Janvier 1960

Champion cycliste italien, né le 15 septembre 1919 à Castellania (Piémont), décédé à Tortone (Piémont), à l’âge de 40 ans. Le « campionissimo », vainqueur de deux Tour de France et de cinq Giro, mourut de la malaria, contractée en course en Afrique.

Des jambes démesurément longues et fuselées accrochées à un buste étriqué de souffreteux, le dos légèrement vouté : voilà comment ses contemporains le décrivaient. Si on le croisait dans la rue sans savoir qui il était on aurait pu croire qu’on avait à faire à un homme malade. Ce corps bizarre d’échassier, mal équilibré entre le haut et le bas, si peu fait pour la marche, avait été inventé par la providence pour donner sa pleine mesure sur un vélo. Là, assis sur la selle tout changeait. Les jambes comme deux bielles parfaitement réglées et huilées mouvaient le pédalier avec fluidité. Aucune force n’altérait le mouvement. L’individu malingre devenait un athlète capable des exploits les plus fous. Oui ! Pour les spécialistes, Fausto Coppi était bien l’homme-vélo.

 A l’âge de 20 ans, mobilisé au sein du 38eme régiment d’infanterie caserné à Tortona, il obtint une dérogation pour courir son premier grand tour, le Giro d’Italia. Le départ cette année-là fut donné à Milan…le 19 mai 1940, neuf jours après l’attaque allemande contre la France. Les semaines suivantes, pendant que  l’armée française tentait d’arrêter le déferlement de la Wehrmacht, Coppi, lui, repoussait les assauts de son aîné Gino Bartali dans le col du Pordoï dans les Dolomites. Finalement, il remporta le classement général de l’épreuve avec deux minutes et quarante secondes d’avances sur le deuxième. L’Italie de Mussolini s’engagea alors pleinement dans la guerre aux côtés du troisième Reich. Coppi bénéficiait de la bienveillance de son colonel passionné de cyclisme qui le dispensait de service et lui permettait de participer aux quelques épreuves qui étaient encore organisées pendant la guerre. Coppi y glana de nombreux bouquets. Le 7 novembre 1942, il battit le record du monde de l’heure, détenu par Maurice Archambault, sur la piste du vélodrome du Vigorelli, à Milan. En une heure, l’italien parcourut la distance de 45, 871 kilomètres, soit trente et un mètre de plus que le Français.

Un nouveau colonel mit un terme à la permission qui lui avait été accordée et l’envoya rejoindre en mars 1942 le corps expéditionnaire italien qui affrontait l’armée britannique en Tunisie. Fait prisonnier, il fut interné en Algérie puis en Italie. Après la guerre, il se maria avec Bruna, reprit son métier de cycliste. Retrouverait-il le coup de pédale magique qui lui avait permis de gagner le Giro à l’âge de 20 ans ?  Les premières courses montrèrent que le talent ne l’avait pas quitté. En 1946, il remporta trois épreuves internationales : Milan-San Remo,  après une chevauchée solitaire de 140 kilomètres et une avance de quatorze minutes sur le deuxième, le Grand prix des Nations  et le Tour de Lombardie. L’année suivante, il gagna son deuxième Giro. Il récidivera en 1949, réalisant alors le premier doublé de l’histoire du cyclisme en finissant également premier du classement général du Tour de France. Il réussira un second doublé Giro-Tour en 1952 et finira encore premier au Tour d’Italie en 1953. Sa rivalité avec l’autre grand champion italien Gino Bartali divisa le pays en deux, les progressistes modernistes soutenaient Coppi alors que les traditionnalistes catholiques se reconnaissaient en « Gino le pieux ».

Toujours à l'attaque

Plus que le nombre des ces victoires, ce fut la manière de les obtenir qui lui valut le surnom de « campionissimo ». Toujours à l’attaque, franchissant la ligne d’arrivée seul à l’issue d’une longue échappée, irrésistible en montagne mais aussi dans les contre-la-montre, il fut le champion cycliste le plus populaire de son temps. Il fut un des premiers sportifs à recourir à la diététique et révolutionna la manière de s’entrainer. Aux sept grands tours (5 Giro, 2 Tours) inscrits à son palmarès, il faut ajouter cinq Tour de Lombardie (1946, 1947, 1948, 1949, 1954), trois Milan-San Remo (1946, 1948, 1949), un Paris-Roubaix (1950), une Flèche wallonne (1950), deux championnats du monde sur piste, un Championnat du monde sur route (1953), quatre Championnat d’Italie (1942, 1947, 1949, 1955), trente et une étapes dans les grands tours (22 au Giro, 9 au Tour) ainsi que plusieurs dizaines d’épreuves secondaires en tout 118 courses sur route sans compter les victoires sur la piste.

Sa carrière commença à décliner après 1954. Il continua à gagner mais ne put jamais rééditer les exploits des années précédentes. 1955 fut une de ses pires année sur le plan humain. Il affronta l’hostilité de la presse et des bien-pensants qui lui reprochèrent sa liaison cachée avec une femme mariée, Giulia Occhini, surnommée la Dame blanche. La justice les condamna même à de la prison avec sursis pour abandon du domicile conjugal. En 1958, il épousa l’amour de sa vie au Mexique. Mais, il surmonta l’épreuve comme il l’avait fait en 1951, après la mort de son frère Serse à la suite d’une chute au Tour du Piémont. L’année 1956, fut gâchée à cause du typhus qui l’éloigna de la route pendant plusieurs mois et aboutit à la résiliation de son contrat avec son équipe. Les deux années suivantes, Fausto Coppi remporta quelques épreuves de moindre importance (Trophée Baracchi, Six jours de Buenos Aires). Souvent malade ou blessé sur chute, il jouait désormais les seconds rôles.

La course de trop

N’était-il pas temps  de mettre fin à sa carrière ?  A la fin de l’automne, son ami Raphaël Geminiani lui proposa de participer en décembre 1959 à un critérium cycliste à Ouagadougou à l’occasion du premier anniversaire de l’indépendance de la Haute-Volta. Coppi s’y rendit avec plaisir et se classa deuxième de l’épreuve remporté par Jacques Anquetil. De retour dans sa ville de Clermont-Ferrand, Geminiani tomba malade le 25 décembre. Une forte fièvre le terrassa et l’affaiblit. Fausto Coppi qu’il avait eu au téléphone quelques jours plus tôt souffrait apparemment des mêmes symptômes. Les médecins ne parvenaient pas à identifier la maladie qui rongeait Geminiani. Finalement, ils appelèrent à la rescousse un de leurs collègues ayant œuvré en Afrique qui était de passage en Auvergne. Le spécialiste diagnostiqua une malaria mortelle. Un moustique lui avait inoculé un parasite qui détruisait les globules rouges. Sans traitement, le patient mourait au bout de huit à dix jours. Des doses massives de quinines furent injectées à Geminiani qui survécut.

Son épouse et son frère prirent alors contact avec les proches de Coppi qui souffrait du même mal mais était soigné pour une autre affection. Il était trop tard. Soit les thérapeutes italiens ignorèrent l’information, soit le mal était trop profond, toujours est-il que Coppi mourut le 2 janvier 1960 à l’hôpital de Tortora, à l’âge de quarante ans.

Jean-Pierre Giovenco

Illustration: Marc Daniau

Demain : Jack Ruby

masculin
Google news Référence: 
104
2 Janvier 2016 - 6:30pm

Une vie, un portrait du jour

17 Janvier 2008

17 Janvier 2011

17 Janvier 1961

Une vie, un portrait du jour

17 Janvier 1001

395

Théodose 1er

Empereur romain, né le 11 janvier 347 à Cauca (Hispanie), décédé à Milan, à l’âge de 48 ans. Empereur de 379 à sa mort. Il fut le dernier empereur à régner sur un empire romain uni réunissant l’Orient et l’Occident. 

17 Janvier 1990

André Morice

Homme politique français, né le 10 octobre 1900 à Nantes (Loire-Atlantique), décédé à Paris, à l’âge de 89 ans. Parlementaire radical-socialiste, il fut nommé treize fois secrétaire d’Etat ou ministre sous la Quatrième République entre 1948 et 1957.

17 Janvier 2008

Bobby Fisher

Joueur d’échec islandais d’origine américaine, né le 9 mars 1943 à Chicago, décédé à Reykjavik, à l’âge de 64 ans. Champion du monde d’échec en 1972 vainqueur du soviétique Boris Spassky dans le « match du siècle ». Condamné aux Etats-Unis pour fraude fiscale. Après son arrestation au japon en 2004, il obtint l’asile politique en Islande dont il adopta la nationalité.

17 Janvier 1990

Charles Hernu

Homme politique français, né le 3 juillet 1923 à Quimper (Finistère), décédé à Villeurbanne (Rhône), à l’âge de 66 ans. Ministre de la Défense de mai 1981 à septembre 1985, sous la présidence de François Mitterrand. Il démissionna de son poste, à la suite des révélations de la presse mettant en cause les services secrets français dans l’attentat contre le navire de Greenpeace, le Rainbow Warrior.

17 Janvier 1945

Edouard Bourdet

Auteur dramatique français, né le 26 octobre 1887 à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), décédé à Paris, à l’âge de 57 ans. Un des maîtres du théâtre de boulevard. Administrateur de la Comédie-Française de 1936 à 1940.

17 Janvier 1861

Lola Montez

Actrice et courtisane irlandaise, née le 17 février 1821 à Grange (Irlande), décédée à New York, à l’âge de 39 ans. De son vrai nom Maria Dolorès Gilbert, elle fut la maitresse de Louis 1er de Bavière. Elle créa la danse érotique de l’araignée.

17 Janvier 2003

Richard Crenna

Acteur américain, né lé 30 novembre 1926 à Los Angeles, décédé à Los Angeles, à l’âge de 76 ans. Interpréta le rôle du colonel Trautman dans  Rambo (1982), Rambo, la mission (1984), Rambo 3 (1988).

17 Janvier 1751

Tommaso Albinoni

Compositeur italien, né le 8 juin 1671 à  Venise, décédé à Venise, à l’âge de 79 ans. Il composa quatre vingt opéras baroques. L’Adagio d’Albinoni a été composé en 1945 par Remo Giazotto à partir d’un fragment d’une sonate du compositeur italien.

17 Janvier 1942

Walter von Reichenau

Militaire allemand, né le 8 octobre 1884 à Karlsruhe (Bade-Wurtemberg), décédé à Poltava (Union soviétique), à l’âge de 57 ans. Il participa aux campagnes de Pologne (1939), de France (1940) et de Russie (1941). Il participa au massacre des population juives dans les territoires qu'ils contrôlaient. Elevé à la dignité de maréchal par Adolf Hitler.

17 Janvier 2005

Zhao Ziyang

Homme politique chinois, né le 17 octobre 1919 à Huaxian, décédé à Pékin, à l’âge de 85 ans. Premier ministre de la République populaire de Chine de septembre 1980 à novembre 1987. Secrétaire général du parti communiste de janvier 1987 à juin 1989, il fut  limogé pour avoir refusé de réprimer les étudiants sur la place Tien’anmen en juin 1989.

Une vie, un portrait
des jours précédents

16 Janvier 1942

16 Janvier 2017

16 Janvier 1969

15 Janvier 1919

15 Janvier 2011