Ferdinand de Lesseps

Il est décédé le 

Elle est décédée le

7 Décembre 1894

Entrepreneur français, né le 19 novembre 1805 à Versailles, décédé à La Chesnaye (Indre), à l’âge de 89 ans. Célèbre pour avoir imaginé et réalisé le percement du canal de Suez qui rapprocha l’Europe et l’Asie et révolutionna le commerce mondial, il échoua dans son projet de relier l’Atlantique et le Pacifique par une voie d’eau creusée au Panama.

Ferdinand de Lesseps, était issu d’une famille roturière qui se consacra à partir du XVIIIème siècle à la carrière diplomatique. Son oncle servit le roi Louis XVI. Le monarque le récompensa en l’ennoblissant, un cadeau empoisonné alors que la Révolution allait balayer l’ancien régime. Son père Mathieu plus en phase avec les nouveaux maîtres du pays défendit la politique extérieures de Napoléon 1er. L’empereur le nomma comte. A la Restauration, le roi Philippe XVIII ne lui tint pas rigueur de porter un titre usurpé. Son épouse, Catherine de Crevignée appartenait, elle, à la noblesse espagnole. Le jeune vicomte Ferdinand de Lesseps suivit les traces de ses parents et devint vice-consul à Lisbonne (1825), puis à Tunis (1828) où il seconda son père, consul-général.

 En 1832, sa nomination à Alexandrie puis au Caire bouleversa sa vie et changea le visage de l’Egypte. Son idée de creuser un canal entre la mer Méditerranée et la mer Rouge prit forme à ce moment-là. Il en parla à Mehemet Ali, vice-roi d’Egypte, et à son fils Saïd Pacha qui devint son ami. La démesure technique du projet, les moyens financiers colossaux qu’il fallait mobiliser pour payer les travaux gelèrent les ardeurs de ses promoteurs. En 1837, le ministère des affaires étrangères le rappela à Paris. On l’envoya à Rotterdam, à Barcelone en 1842 où il créa une école pour scolariser les enfants d’expatriés français. Quand la ville catalane se révolta contre le pouvoir central, il aida les étrangers de toutes nationalités mais aussi les partisans des deux factions en conflit, sauvant de la mort de nombreuses personnes.

 Séduit par ses talents de négociateur, Louis-Napoléon, alors président de la deuxième République, fit appel à lui en 1849 pour trouver un compromis entre le pape Pie IX et les révolutionnaires italiens qui venaient de proclamer une République romaine et d’annexer les Etats pontificaux. Alors qu’il tentait de rapprocher les points de vue, un corps expéditionnaire, commandé par le général Oudinot, mis le siège de la cité éternelle avant de l’attaquer et d’en chasser les patriotes italiens, après un mois de combats sanglants. Ferdinand de Lesseps, se sentit désavoué. Il annonça qu’il « entrait en dissidence » et démissionnait. L’Assemblé nationale, à majorité conservatrice, qui avait autorisé l’expédition, l’accusa de complicité avec l’ennemi et demanda sa mise en accusation. Le député républicain Ledru-Rollin le défendit. L’affaire en resta là.

 En 1853, Ferdinand de Lesseps perdit à quelques mois d’intervalle son épouse Agathe Delamalle et un de ses fils, victime d’une épidémie de scarlatine. L’année suivante, Saïd Pacha accédait au trône de vice-roi d’Egypte. Vingt-deux ans auparavant le nouveau monarque avait été séduit par le plan que lui avait présenté de Lesseps. Il l’invita à la rejoindre et lui accorda une concession, l’autorisant à percer l’isthme de Suez. De Lesseps créa « La compagnie universelle du canal maritime de Suez ». Avec le soutien de l’empereur Napoléon III, il parvint à lever cent millions de francs grâce à une souscription. Le gouvernement égyptien mettait sur la table quatre-vingt millions de francs. Une commission internationale valida le tracé proposé par un ingénieur italien Luigi Negrelli. Les travaux commencèrent en 1859. Long de 193 kilomètres, large de 300 mètres en moyenne et profond de 22 mètres, le canal fut emprunté par un premier navire en février 1867 et inauguré officiellement par l’impératrice Eugénie le 17 novembre 1869. A cette occasion le nouveau vice-roi d’Egypte Ismaïl Pacha avait commandé à Guiseppe Verdi un opéra : Aïda.

Emporté par le « scandale de Panama »

S’appuyant sur l’expérience acquise lors du percement du canal de Suez, Ferdinand de Lesseps proposa de relier l’océan Atlantique et l’océan Pacifique en creusant une voie d’eau à travers le Panama. Il créa une société « La compagnie universelle du canal interocéanique du Panama » et leva des fonds pour financer le projet. Mais le chantier beaucoup plus compliqué qu’en Egypte occasionna des dépassements de coûts. Pour éviter la faillite de la société et l’arrêt des travaux, de Lesseps procéda à de nouvelles souscriptions auprès du public. Une partie de l’argent servit en réalité à soudoyer des hommes politiques et des journalistes. Finalement, la société fut déclarée en cessation de paiement et liquidée. Des milliers de souscripteurs furent ruinés. Le scandale qui suivit menaça de faire tomber la troisième République. En 1893, Ferdinand de Lesseps fut condamné à cinq ans de prison pour corruption. En raison de son grand âge, on le dispensa d’effectuer la peine. Il mourut un an plus tard. Les Etats-Unis rachetèrent la concession et reprirent les travaux. Le canal fut inauguré le 3 août 1914.

Jean-Pierre Giovenco

Illustration de Marc Daniau

Demain : John Lennon

masculin
Google news Référence: 
555
12 Novembre 2016 - 1:03pm

Une vie, un portrait du jour

16 Juillet 2015

16 Juillet 1982

Une vie, un portrait du jour

16 Juillet 1997

Dora Maar

Photographe et artiste peintre française, née le 22 novembre 1907 à Paris, décédée dans la même ville, à l’âge de 90 ans. Auteure de nombreux portraits photographiques (Jean-Louis Barrault, Jean Cocteau, Paul Eluard, Léonor Fini), elle réalisa Portrait d’Ubu (1936) et un tableau baptisé Portrait de Pablo Picasso au miroir dont elle fut la muse et l’amante.

16 Juillet 1896

Edmond de Goncourt

Ecrivain et journaliste français, né le 26 mai 1822 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), décédé à Champrosay (Essonne), à l’âge de 74 ans. Auteur de Renée Mauperin (1864) et du Journal des Goncourt (1854-1891), il proposa en 1892 la création de l’Académie Goncourt qui avait vocation à décerner chaque année un prix littéraire. Le cénacle littéraire vit le jour en 1900. Le premier lauréat fut en 1903 John-Antoine Nau pour Force ennemie

16 Juillet 1907

Eugène Poubelle

Préfet français, né le 15 avril 1831 à Caen (Calvados), décédé à Paris, à l’âge de 76 ans. Préfet de la Seine, il prit un arrêté qui obligeait les propriétaires d’immeubles parisiens à mettre à la disposition des locataires des récipients munis d’un couvercle ayant vocation à contenir les déchets ménagers. La population les baptisa "poubelles".

16 Juillet 1691

François Michel Le Tellier, marquis de Louvois

Homme d’Etat français, né le 18 janvier 1641 à Paris, décédé à Versailles, à l’âge de 50 ans. Secrétaire d’Etat à la guerre de 1662 à sa mort, il organisa des persécutions (les dragonnades) pour contraindre les protestants à se convertir au catholicisme.

16 Juillet 1985

Heinrich Böll

Ecrivain allemand, né le 21 décembre 1917 à Cologne (Rhénanie-Du-Nord-Westphalie), décédé à Kreuzau (Rhénanie-Du-Nord-Westphalie), à l’âge de 67 ans. Auteur de nouvelles, d’essais et de romans dont Portrait de groupe avec dames (1971) et L’honneur perdu de Katarina Blum (1974), il fut couronné du prix Nobel de littérature en 1972.

16 Juillet 1989

Herbert von Karajan

Chef d’orchestre autrichien, né le 5 avril 1908 à Salzbourg, décédé à Anif, à l’âge de 81 ans. Après avoir dirigé l’orchestre philarmonique de Berlin (1937), il fut nommé à la tête du festival de Salzbourg en 1956 et occupera cette fonction jusqu’en 1988.

16 Juillet 2014

Hervé Christiani

Auteur-compositeur et interprète français, né 8 novembre 1947 à Paris, décédé dans la même ville, à l’âge de 66 ans. Auteur en 1981 d’un tube Il est libre Max.

16 Juillet 2000

Pascale Audret

Actrice et chanteuse française, née le 12 octobre 1935 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), décédée à Cressensac (Lot), à l’âge de 64 ans. Comédienne de théâtre (Journal d’Anne Frank, 1957), elle s’imposa également au cinéma (Le dialogue des Carmélites, 1960), la télévision (Splendeurs et misères des courtisanes, 1975) et la chanson (La môme Anita, 1969).

16 Juillet 1857

Pierre-Jean de Béranger

Chansonnier français, né le 19 août 1780 à Paris, décédé dans la même ville, à l’âge de 76 ans. Populaire à son époque, il composa plusieurs centaines de chansons dont Le vieux drapeau, Les souvenirs du peuple, Le juge de Charenton, Les ventrus.

Une vie, un portrait
des jours précédents

15 Juillet 1904

15 Juillet 1614

14 Juillet 1993

14 Juillet 2014

13 Juillet 1380