Giovanni Falcone

Il est décédé le 

Elle est décédée le

23 Mai 1992

Juge italien, né le 18 mai 1939 à Palerme (Sicile), mort assassiné à Capaci (Sicile), à l’âge de 53 ans. Magistrat instructeur au « pool » anti mafia de Palerme, il porta des coups sévères à l’organisation criminelle qui se vengea en le tuant dans un attentat commandité par le parrain Toto Riina.

« On meurt généralement parce que l'on est seul ou que l'on s'est aventuré dans un jeu trop grand », avait confessé le juge Giovanni Falcone dans Cose di Cosa Nostra, un livre autobiographique, coécrit avec la journaliste française Marcelle Padovani. Il ajouta : « En Sicile, la Mafia frappe les serviteurs de l’Etat que l’Etat n’a pas réussi à protéger ». En prononçant ces phrases, il pensait au général Carlo Alberto Della Chiesa, chef de la police de Palerme tué par la mafia en 1982, au juge Cesare Terranova, assassiné en 1979, au magistrat Rocco Chinnici, tué en 1984 dans un attentat à la voiture piégée au cours duquel périrent également deux carabiniers et un concierge. Le constat s’appliquait également à lui depuis que le pool antimafia dont il était l’un des magistrats les plus connus avait engagé une lutte impitoyable contre l’organisation criminelle, et remporté de nombreuses victoires, à défaut d’avoir gagné la guerre.

 Né à Palerme cinquante trois ans plus tôt dans une famille de la moyenne bourgeoisie - son père était le directeur d’un laboratoire chimique -, Giovanni Falcone vécut enfant dans le quartier populaire de La Kalsa où il croisa et fréquenta de nombreux adolescents qui devinrent à l’âge adulte des « soldats » de la mafia et ses ennemis intimes. Après de brillantes études de droit, le jeune étudiant choisit le métier de magistrat. Pour son premier poste en 1964, on le nomma magistrat instructeur spécialisé dans les liquidations judiciaires, un poste mineur en apparence. En étudiant certains dossiers, il découvrit les mécanismes mis en œuvre par la mafia pour s’emparer en toute légalité des biens d’autrui. Elle provoquait la faillite des entreprises convoitées qu’elle rachetait ensuite à vil prix, via des intermédiaires rémunérés grâce au recyclage de l’argent sale. Ses enquêtes permirent de faire condamner des mafieux pour fraude fiscale ou abus de bien social ou faillite frauduleuse.

 La méthode Falcone fit des émules. En 1978, il devint juge d’instruction au tribunal de Palerme. Il intégra le pool antimafia imaginé par le juge Chinnici et créé, après son assassinat, par son successeur le magistrat Antonio Caponnetto. En 1984, son opiniâtreté lui permit d’arrêter un des chefs de la mafia Tomasso Buscetta, surnommé le « boss des deux mondes ». Falcone lui proposa de briser la loi du silence (omerta), de collaborer avec la justice. En échange, il lui accordait le statut de repenti. Le mafieux lui demanda de bien réfléchir : « Monsieur le juge, je dois vous prévenir, après cet interrogatoire vous deviendrez peut-être célèbre, mais votre vie sera marquée. Ils chercheront à vous détruire physiquement et professionnellement. Votre tour viendra. Alors, vous avez toujours envie de m'interroger ? » Le juge acquiesça. Le repenti se mit à table. Ses révélations permirent de connaître de l’intérieur le fonctionnement de l’organisation et de porter un coup sévère à ses activités. Une vague d’arrestations décima la mafia en Sicile. Ses chefs dont Toto Riina s’enfuirent. En 1986, un « maxi procès » s’ouvrit à Palerme. Pour accueillir les 475 accusés, il fallut aménager une salle d’audience baptisée « une salle-bunker ». Les audiences s’étendirent sur une année. En décembre 1987, les magistrats prononcèrent 360 condamnations dont 19 à perpétuité. Le total des années de prison infligées aux mafieux atteignit le chiffre de 2665 années. Giovanni Falcone élargit son enquête à l’étranger. La pieuvre étendait en effet ses ramifications partout dans le monde. Les réseaux de drogue qu’elle contrôlait et les filières de blanchiment de l’argent sale ignoraient les frontières. A ses admirateurs, Falcone rappelait quelques vérités : « Je ne suis ni Robin des bois, ni un kamikaze, encore moins un voyou : simplement un serviteur de l'Etat en terre infidèle. »

 Malgré – à cause dirait les malveillants ou les défiants – les succès remportés sur la mafia, les juges du pool antimafia ne se sentaient pas soutenus par l’Etat. En 1989, dans une lettre ouverte, Falcone et huit de ses collègues dénoncèrent le laxisme des autorités et le manque de moyens mis à leur disposition pour lutter à armes égales contre l’organisation criminelle. Ils demandèrent à être mutés dans une autre région. On les rassura verbalement. Mais dans le même temps, des critiques et des insinuations venant de certains cercles politiques visant à les discréditer empoisonnèrent le climat. On accusa Falcone d’avoir inventé, voire organisé, une tentative d’attentat en 1989 à laquelle il avait échappé. Sa hiérarchie refusa de le nommer à la tête du pool antimafia après le départ à la retraite d’Antonio Caponnetto. On lui préféra un vieux juge aux méthodes anciennes, c'est-à-dire dépassées. Quelques mois plus tard, le pool fut démantelé.

 Falcone menaça de démissionner de la magistrature. En mars 1991, il accepta le poste de directeur des affaires pénales du ministère de la justice à Rome. S’agissait-il d’une mutation sanction ? Il ne l’entendait pas ainsi. Son départ de la Sicile ne signifiait pas qu’il renonçait à la lutte antimafia. Bien au contraire. Il ambitionnait de créer un pôle juridico-policier chargé de coordonner au niveau national toutes les enquêtes contre Cosa Nostra. Quand les parrains apprirent par des espions son projet de « super procure », ils décidèrent de l’éliminer.

 Le samedi 23 mai 1992, alors que son avion atterrissait à l’aéroport de Punta Raisa, le juge Falcone, accompagné de son épouse de trente six ans Franca Morvillo, magistrate également, n’avait pas de raison de s’inquiéter plus que de coutume. Qui pouvait connaître son emploi du temps ? Seuls quelques proches savaient qu’il avait décidé de passer le weekend en Sicile. Un service de sécurité allégé avait été mis en place. Une voiture blindée et trois gardes du corps, des fidèles parmi les plus fidèles - Vito Schifani, Rocco di Cillo et Antonio Montinaro – les attendaient pour les conduire à Palerme. Le véhicule s’engagea à vive allure sur l’autoroute. Il ne dépassa jamais la commune de Capaci. Une terrible explosion projeta la voiture à plus de 100 mètres. L’enquête prouva que les hommes de la mafia avaient placé 1000 kilos d’explosif dans un conduit d’évacuation des eaux de pluie qui courait sous l’autoroute. La déflagration provoquée à distance emporta une partie des voies. Rapidement arrivés sur les lieux, les sauveteurs découvrirent dans les décombres de la voiture les corps sans vie des cinq passagers.Toto Riina le parrain membre du clan des Corleonesi était le commanditaire du crime. L’assassinat du juge antimafia provoqua un choc dans le pays. Les Grands électeurs qui se déchiraient depuis des semaines pour élire un nouveau président de la République finirent par s’accorder le lundi suivant sur le nom d’Oscar Luigi Scalfaro, une personnalité connue pour son intégrité et son honnêteté. Ce fut le dernier cadeau posthume du juge Falcone à la démocratie italienne.

Jean-Pierre Giovenco

Illustration : Marc Daniau

Demain : Nicolas Copernic

masculin
Google news Référence: 
389
21 Avril 2016 - 5:12pm

Une vie, un portrait du jour

25 Juin 1997

25 Juin 2016

25 Juin 1894

Une vie, un portrait du jour

25 Juin 1876

George Armstrong Custer

Général américain, né le 5 décembre 1839 à New Rumley (Ohio), tué à la bataille de Little Big Horn (Montana), à l’âge de 36 ans. Il participa aux guerres indiennes. A la bataille de Little Big Horn, il affronta les chefs indiens Sitting Bull et Crazy Horse qui commandaient plusieurs milliers de guerriers Cheyennes et Sioux. La cavalerie américaine fut défaite, perdant 215 hommes dont son chef Custer. 

25 Juin 1804

Georges Cadoudal

Général chouan, né le 1er janvier 1771 à Brec’h (Morbihan), guillotiné à Paris, à l’âge de 34 ans. Commandant de l’armée catholique et royale de Bretagne, il participa aux révoltes vendéennes et à la chouannerie, il refusa de se rallier à la République et participa à un complot contre le premier consul Bonaparte. Arrêté et condamné à mort il monta à l’échafaud avec onze autres royalistes.

25 Juin 1929

Georges Courteline

Dramaturge et romancier français, né le 25 juin 1858 à Tours (Indre-et-Loire), décédé à Paris à l’âge de 71 ans. Auteur humoristique et « courtelinesque », il écrivit notamment Les gaités de l’escadron (1886), Hortense, couche toi ! (1897), Le commissaire est bon enfant (1900), Les balances (1901).

25 Juin 1998

Lounès Matoub

Auteur-compositeur-interprète algérien, né le 24 janvier 1956 à Taourirt Moussa (Kabylie), assassiné à Tana Boulane (Kabylie), à l’âge de 42 ans. Musicien et chanteur, il fut un ardent défenseur de la cause kabyle et de la démocratie dans son pays. Il fut assassiné par des inconnus qui n’ont pas été identifiés (islamistes ou représentants du pouvoir ?).

25 Juin 1984

Michel Foucault

Philosophe français, né le 15 octobre 1926 à Poitiers (Vienne), décédé à Paris, à l’âge de 57 ans. Enseignant au collège de France (Le gouvernement de soi et des autres) de 1970 à sa mort, il révolutionna les sciences humaines, écrivant notamment Les mots et les choses (1966), Histoire de la folie à l’âge classique (1972), Surveiller et punir (1975), Une histoire de la sexualité en 3 volumes (1976-1984).

25 Juin 2009

Mickael Jackson

Chanteur américain, né le 22 août 1958 à Gary (Indiana), décédé à Los Angeles (Californie), à l'âge de 50 ans. Chanteur  le plus célèbre dans le monde pendant trois décennies, figure majeure de la musique pop, il vendit plusieurs centaines de millions d'albums : Off the wall (1979), Thriller (1982), Bad (1987), Dangerous (1991), Blood of the Dance Floor (1997), Invincible (2001). Accusé à plusieurs reprises d'attouchements sur un mineur dans les années 1990 et dans les années 2000, il fut blanchi par la justice. En 2011, son médecin personnel fut jugé et condamné pour avoir administré au chanteur des somnifères qui avaient provoqué son décès.

25 Juin 2015

Patrick Macnee

Acteur britannique naturalisé américain, né le 6 février 1922 à Londres (Royaume-Uni), décédé à Rancho Mirage (Californie), à l’âge de 93 ans. Pour devenir une célébrité mondiale, il lui suffit d’interpréter un seul personnage sur le petit écran : celui de John Steed, l’imperturbable et élégant agent secret dans la série culte Chapeau Melon et bottes de cuir, connu dans les pays anglo-saxon sous le titre de The Avengers. Une notoriété qu’il partagea avec sa complice Emma Peel, jouée par Diana Rigg - remplacée par Tara King en 1969. Entre 1961 et 1969, cent soixante et un épisodes furent diffusés par les télévisions du monde entier.

 Après une interruption de plusieurs années, une nouvelle série de 26 épisodes fut tournée en 1976 avec une nouvelle partenaire féminine, Joanna Lumley et un adjoint masculin, Gareth Hunt. Mais le charme était rompu. La série déçut le public. Patrick Macnee eut du mal à rebondir. Il apparut dans de nombreux films mais dans des rôles secondaires. On le remarqua notamment dans Le commando de sa majesté (1980) d’Andrew McLaglen, et dans Dangereusement vôtre (1985), un James Bond tourné par John Glen. Mais pour ses fans, il restera pour toujours John Steed qu’ils retrouvent avec plaisir dans ses aventures que les chaînes du câble programment régulièrement, cinquante-cinq ans après la diffusion du premier épisode.

Une vie, un portrait
des jours précédents

24 Juin 2014

24 Juin 1519

23 Juin 1959

23 Juin 2015

23 Juin 2011