Jan Masaryk

Il est décédé le 

Elle est décédée le

10 Mars 1948

Homme politique tchécoslovaque, né le 14 septembre 1886 à Prague (Empire d’Autriche-Hongrie), décédé à Prague (Tchécoslovaquie) dans des circonstances non élucidée, à l’âge de 61 ans. Ministre des affaires étrangères, on retrouva son corps au pied de son ministère. S'était-il suicidé ou avait-il été assassiné ?

 Fils de Thomas Masaryk, philosophe, pédagogue et homme d'Etat tchèque, et de Charlotte Garrigue, une américaine fille d’un négociant newyorkais, Jan vécut son enfance et son adolescence dans un milieu intellectuel et libéral. En 1891, son père se fit élire député au parlement à Vienne, sous la bannière du « Parti des jeunes Tchèques ». En 1900, il créa le « parti réaliste » qui proposait de réformer la monarchie autrichienne et d’accorder plus d’autonomie aux peuples de l’Empire. Jan partageait sans doute les aspirations de son père. Ce dernier s’inquiétait pour l’avenir de son fils. La musique le passionnait plus que les études. A l’âge de 18 ans, il l’envoya chercher fortune aux Etats-Unis où vivait la famille de son épouse. Jan y demeura pendant dix ans. Il occupa divers petits métiers à New York dont celui de pianiste de cinéma. Une fonderie du Connecticut l’embaucha. Il y travailla jusqu’en 1914, date de son retour à Prague au moment du déclenchement de la Grande Guerre. Sujet de l’Autriche-Hongrie, il revêtit l’uniforme autrichien et servit en Pologne dans l’infanterie.

 Son père désormais favorable à l’indépendance de la Tchécoslovaquie avait dû s’enfuir à l’étranger pour éviter d’être arrêter pour trahison. La défaite militaire face à l’Italie en 1918 provoqua l’éclatement de l’Empire austro-hongrois. Le 28 octobre 1918, les Tchèques et les Slovaques proclamèrent à Prague l’indépendance de la Tchécoslovaquie. Thomas Masaryk dirigea le gouvernement provisoire. En 1920, il fut élu président de la République du nouvel Etat et réélu en 1928 et 1935.

 Grace à son soutien, son fils Jan entama une carrière de diplomate. Nommé consul à Washington puis ambassadeur à Londres, il défendit avec talent son pays, s’attirant le respect de ses interlocuteurs. Après la démission pour raison de santé de son père en décembre 1935, il devint le secrétaire particulier du nouveau président Edouard Benes. A ses côtés, il lutta avec la dernière énergie pour sauvegarder l’indépendance de son pays face aux appétits d’Adolf Hitler. Il s’efforça de rapprocher la Tchécoslovaquie avec les démocraties occidentales, croyant qu’elles le soutiendraient en cas d’agression. Il se trompait lourdement. La France et le Royaume-Uni prétendirent sauver la paix mondiale à Munich en abandonnant la jeune nation à l’Allemagne. Quand la seconde guerre mondiale éclata, un gouvernement tchèque se constitua à Londres. Edouard Benes le présida. Jan Masaryk occupa la fonction de ministre des affaires étrangères. Pendant toute la durée du conflit, il multiplia les démarches auprès des puissances alliées (Etats-Unis, URSS, France, Royaume-Uni) pour obtenir leur soutien à la renaissance de la Tchécoslovaquie.

 Après la libération du pays par les armées soviétiques en avril 1945, un gouvernement d’union nationale, regroupant toutes les forces politiques ayant participé à la lutte contre les occupants nazis, se constitua sous la présidence d’Edouard Benes. Un social-démocrate dirigeait un cabinet composé de ministres communistes, socialistes, populistes. Jan Masaryk conserva le ministère des Affaires étrangères. Le matin du 10 mars 1948, on retrouva son corps sans vie au pied de la fenêtre de la salle de bain de son ministère. Encore aujourd’hui les circonstances de sa mort, suscitent la controverse. A l’époque, l’enquête de police conclut au suicide du chef de la diplomatie tchèque par défénestration. En 2004, après la chute du communisme et le rétablissement de la démocratie, une nouvelle instruction du dossier invoqua la piste criminelle. Masaryk avait été poussé, tranchèrent les enquêteurs.

Le coup de Prague

Il est vrai que ce suicide ou cet assassinat intervenait dans un contexte politique particulier : la prise du pouvoir par le parti communiste au terme d’une épreuve de force avec le président Edouard Benes. Dix ans plus tôt en 1938, déjà président, Edouard Benes avait démissionné de sa fonction pour protester contre la signature par l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l’Italie des accords de Munich qui avaient conduit au dépeçage de son pays. Chacun pensait que cette personnalité respectée dans son pays et à l’étranger qui avait, disait-on, l’oreille de Staline, parviendrait à contenir les ambitions du puissant parti communiste. En 1946, des élections libres et démocratiques avaient placé le PCT en tête avec 38 % des suffrages exprimés. Cela était considérable mais insuffisant pour obtenir la majorité absolue au parlement. Benes nomma néanmoins le secrétaire général du PCT Clément Gottwald au poste de premier ministre. La coalition des quatre partis continua à gouverner le pays dans un climat apaisé. La Tchécoslovaquie accepta l’aide américaine dans le cadre du plan Marshall.

 Staline, furieux, convoqua Gottwald au Kremlin et le somma de revenir sur sa décision. Le premier ministre tchèque obtempéra malgré les protestations du ministre des affaires étrangères Jan Masaryk qui déclara : « nous ne sommes plus que des vassaux ». Les mois suivants, la guerre froide entre l’Est et l’Ouest s’aggrava alors que des élections devaient avoir lieu en mai 1948. Un sondage pronostiqua une défaite du parti communiste. Le ministre de l’intérieur, membre du PCT, décida de révoquer des hauts fonctionnaires de la sécurité publique et de les remplacer par des policiers proches du parti. Les ministres modérés démissionnèrent. Benes fut contraint d’accepter le 25 février 1948 la constitution d’un gouvernement composé exclusivement de communistes et de socialistes de gauche. Masaryk était le seul représentant modéré. Deux semaines plus tard on le retrouva mort. S’était-il suicidé pour protester contre le coup de force des communistes ? Avait-il été assassiné parce qu’il s’apprêtait à le dénoncer ? En mai, le PCT remportait 239 sièges sur 300. Le « coup de Prague » avait réussi. 

Jean-Pierre Giovenco

Illustration : Marc Daniau

Demain : Claude François

masculin
Google news Référence: 
101
10 Février 2016 - 5:45pm

Une vie, un portrait du jour

25 Juin 1997

25 Juin 2016

25 Juin 1894

Une vie, un portrait du jour

25 Juin 1876

George Armstrong Custer

Général américain, né le 5 décembre 1839 à New Rumley (Ohio), tué à la bataille de Little Big Horn (Montana), à l’âge de 36 ans. Il participa aux guerres indiennes. A la bataille de Little Big Horn, il affronta les chefs indiens Sitting Bull et Crazy Horse qui commandaient plusieurs milliers de guerriers Cheyennes et Sioux. La cavalerie américaine fut défaite, perdant 215 hommes dont son chef Custer. 

25 Juin 1804

Georges Cadoudal

Général chouan, né le 1er janvier 1771 à Brec’h (Morbihan), guillotiné à Paris, à l’âge de 34 ans. Commandant de l’armée catholique et royale de Bretagne, il participa aux révoltes vendéennes et à la chouannerie, il refusa de se rallier à la République et participa à un complot contre le premier consul Bonaparte. Arrêté et condamné à mort il monta à l’échafaud avec onze autres royalistes.

25 Juin 1929

Georges Courteline

Dramaturge et romancier français, né le 25 juin 1858 à Tours (Indre-et-Loire), décédé à Paris à l’âge de 71 ans. Auteur humoristique et « courtelinesque », il écrivit notamment Les gaités de l’escadron (1886), Hortense, couche toi ! (1897), Le commissaire est bon enfant (1900), Les balances (1901).

25 Juin 1998

Lounès Matoub

Auteur-compositeur-interprète algérien, né le 24 janvier 1956 à Taourirt Moussa (Kabylie), assassiné à Tana Boulane (Kabylie), à l’âge de 42 ans. Musicien et chanteur, il fut un ardent défenseur de la cause kabyle et de la démocratie dans son pays. Il fut assassiné par des inconnus qui n’ont pas été identifiés (islamistes ou représentants du pouvoir ?).

25 Juin 1984

Michel Foucault

Philosophe français, né le 15 octobre 1926 à Poitiers (Vienne), décédé à Paris, à l’âge de 57 ans. Enseignant au collège de France (Le gouvernement de soi et des autres) de 1970 à sa mort, il révolutionna les sciences humaines, écrivant notamment Les mots et les choses (1966), Histoire de la folie à l’âge classique (1972), Surveiller et punir (1975), Une histoire de la sexualité en 3 volumes (1976-1984).

25 Juin 2009

Mickael Jackson

Chanteur américain, né le 22 août 1958 à Gary (Indiana), décédé à Los Angeles (Californie), à l'âge de 50 ans. Chanteur  le plus célèbre dans le monde pendant trois décennies, figure majeure de la musique pop, il vendit plusieurs centaines de millions d'albums : Off the wall (1979), Thriller (1982), Bad (1987), Dangerous (1991), Blood of the Dance Floor (1997), Invincible (2001). Accusé à plusieurs reprises d'attouchements sur un mineur dans les années 1990 et dans les années 2000, il fut blanchi par la justice. En 2011, son médecin personnel fut jugé et condamné pour avoir administré au chanteur des somnifères qui avaient provoqué son décès.

25 Juin 2015

Patrick Macnee

Acteur britannique naturalisé américain, né le 6 février 1922 à Londres (Royaume-Uni), décédé à Rancho Mirage (Californie), à l’âge de 93 ans. Pour devenir une célébrité mondiale, il lui suffit d’interpréter un seul personnage sur le petit écran : celui de John Steed, l’imperturbable et élégant agent secret dans la série culte Chapeau Melon et bottes de cuir, connu dans les pays anglo-saxon sous le titre de The Avengers. Une notoriété qu’il partagea avec sa complice Emma Peel, jouée par Diana Rigg - remplacée par Tara King en 1969. Entre 1961 et 1969, cent soixante et un épisodes furent diffusés par les télévisions du monde entier.

 Après une interruption de plusieurs années, une nouvelle série de 26 épisodes fut tournée en 1976 avec une nouvelle partenaire féminine, Joanna Lumley et un adjoint masculin, Gareth Hunt. Mais le charme était rompu. La série déçut le public. Patrick Macnee eut du mal à rebondir. Il apparut dans de nombreux films mais dans des rôles secondaires. On le remarqua notamment dans Le commando de sa majesté (1980) d’Andrew McLaglen, et dans Dangereusement vôtre (1985), un James Bond tourné par John Glen. Mais pour ses fans, il restera pour toujours John Steed qu’ils retrouvent avec plaisir dans ses aventures que les chaînes du câble programment régulièrement, cinquante-cinq ans après la diffusion du premier épisode.

Une vie, un portrait
des jours précédents

24 Juin 2014

24 Juin 1519

23 Juin 1959

23 Juin 2015

23 Juin 2011