Louis II de Bavière

Il est décédé le 

Elle est décédée le

13 Juin 1886

Roi de Bavière, né le 25 août 1845 à Munich, décédé par noyade au lac de Starnberg, à l’âge de 41 ans. Sacré roi de Bavière le 10 mars 1864, il ne put éviter la création de l’Empire d’Allemagne autour de la Prusse. II inquiéta son entourage et ses ministres par un comportement excentrique et dépensier. Déposé par le gouvernement en 1886, déclaré fou, il fut interné au château de Berg. On le retrouva mort noyé ainsi que son psychiatre le lendemain dans un lac proche de sa résidence. Il emporta avec lui ses secrets.

Fils ainé du roi Maximilien II, Louis était appelé à régner un jour sur le royaume de Bavière. Sans doute ne pensait-il pas que son heure arriverait si tôt, à l’âge de 18 ans. Son père mourut en effet prématurément à 52 ans seulement. Quand il monta sur le trône, il poursuivit la politique de son père qui cherchait à unir autour de la Bavière les petits Etats allemands qui résistaient aux prétentions hégémoniques de la Prusse et à la tutelle de l’Autriche dans le cadre de la Confédération germanique. Cette politique d’équilibre ne résista pas à la réalité des forces politiques. Sous la conduite énergique du ministre-président Otto von Bismarck, la Prusse était désormais décidée à unir l’Allemagne sous sa direction au détriment de l’Autriche qui dominait la Confédération des Etats germaniques. En 1864, la « guerre des Duchés » avait opposé le royaume du Danemark à la Confédération germanique (Prusse et Autriche). La mort du roi du Danemark sans héritier provoqua un conflit sur l’avenir des duchés de Saxe Lauenbourg, du Schleswig et du Holstein, revendiqués par la Confédération germanique. L’intervention de l’armée prussienne permit en 1865 l’annexion des deux premiers Etats à la Prusse alors que le troisième revint à l’Autriche. 

La Bavière vassalisée par la Prusse

L’unité de l’Allemagne était en marche. Un gros obstacle s’opposait à sa réalisation : l’empire autrichien. Bismarck s’attacha à isoler son adversaire sur la scène internationale. Il obtint sans mal le soutien militaire de l’Italie qui poursuivait son unification et dont de nombreuses provinces étaient encore occupées par l’Autriche. La France et de la Russie proclamèrent leur neutralité. La guerre éclata le 23 juin 1866. Le jeune roi inexpérimenté Louis II de Bavière dut choisir son camp. Il resta fidèle à la Confédération germanique et à l’Autriche. La défaite des armées autrichiennes à Sadowa le 3 juillet 1866 scella la fin de la domination de l’Autriche dans les affaires allemandes et provoqua la dissolution de la Confédération germanique. Elle aboutit à la création de la Confédération de l’Allemagne du nord sous la direction de la Prusse. Le nouvel Etat s’étendait d’un seul tenant entre la Russie à l’est et la France à l’ouest. Bien qu’appartenant au camp des vaincus, la Bavière réussit à préserver son indépendance. Louis II se rendit à l’évidence, la Prusse était l’Etat dominant en Allemagne.

 Il rejeta les sollicitions de l’empereur français Napoléon III qui lui proposait une alliance. Quand éclata la guerre franco-prussienne de 1870, Louis II refusa d’engager son armée mais à la demande de Bismarck adressa une lettre aux Etats allemands dans laquelle il recommandait au nom de la Bavière de reconnaitre le roi de Prusse Guillaume 1er comme futur empereur d’Allemagne. En réalité, la lettre avait été écrite par le ministre prussien. Humilié par cette concession, il refusa de participer à la cérémonie de proclamation de l’Empire d’Allemagne, organisée le 18 janvier 1871 dans la galerie des glaces au château de Versailles.

Vraie ou fausse folie

Les années suivantes, une profonde mélancolie submergea Louis II. La Bavière était désormais un Etat vassal. Pendant des années il combattit son homosexualité pour rester fidèle à sa foi catholique. En 1867, rompit ses fiançailles avec sa cousine la duchesse Sophie-Charlotte. Dans les moments de déprime, il se réfugiait dans les châteaux à l’architecture fantastiques qu’il avait fait bâtir à Neuschwanstein, Linderhof et Herrenchiemsee. Les dépassements du coût des travaux, le financement d’artistes comme le compositeur Richard Wagner provoquèrent le déficit du budget de l’Etat au grand désarroi des gouvernements. Le roi refusait d’écouter les conseils de ses ministres. Pour leur échapper, il vivait la nuit, s’entourait de compagnons troubles. Il se déguisait en personnages historiques. Il prétendait être Parsifal, un héros médiéval germanique. La famille royale et les ministres étaient bien décidés à détrôner Louis II. Or la Constitution de la Bavière rendait possible la destitution du monarque en cas de maladie mentale irréversible. Les ministres demandèrent à un psychiatre Bernhard von Gudden de rédiger un rapport médical sur la santé du roi. Une commission fut créée. Basé uniquement sur des témoignages et sans jamais avoir examiné le patient ni consulté le médecin personnel, le certificat médical concluait à la « folie » du roi :

« 1. Sa Majesté souffre de façon très avancée de troubles mentaux; le roi est en effet atteint de cette forme de maladie mentale que les aliénistes connaissent bien de par leur expérience sous le nom de paranoïa;

2. Cette forme de maladie, avec son développement insidieux et progressif et sa très longue durée, s'étendant déjà sur un nombre considérable d'années, nous amène à déclarer Sa Majesté incurable et à prévoir avec certitude une nouvelle détérioration des capacités mentales;
3. La maladie ayant complètement détruit le libre arbitre de Sa Majesté, nous devons la considérer comme incapable d'assumer les fonctions souveraines et cette incapacité ne durera pas seulement plus d'une année, mais tout le restant de sa vie. » 

Le 9 juin 1886, le gouvernement déposa Louis II. Le roi déchu fut interné au château de Berg au sud de Munich le 12 juin malgré les protestations indignées de son médecin privé. Le lendemain, on retrouva son corps dans un lac proche ou il s’était noyé. A ses côtés gisait la dépouille du psychiatre von Gudden, celui-là même qui avait rédigé le rapport établissant sa folie. Que s’était-il passé ? Louis avait-il tué son geôlier pour fuir ? S’était-il suicidé comme il avait menacé de le faire après avoir éliminé le psychiatre ? D’autres jugèrent que l’ancien roi s’était noyé en voulant fuir et le médecin aurait péri en voulant le secourir. Les questions restèrent sans réponse.

 Louis étant mort sans descendance, son frère Othon lui succéda. Mais, il était également …fou et vivait enfermé dans un palais de Munich. On nomma régent son oncle Léopold de Wittelsbach. La Bavière n’était alors qu’un royaume d’opérette dans l’Empire d’Allemagne.

J.-P.G.

Demain : Mouloudji

masculin
Google news Référence: 
959
24 Mars 2017 - 1:47pm

Une vie, un portrait du jour

18 Juin 2001

18 Juin 1928

Une vie, un portrait du jour

18 Juin 1980

André Leducq

Champion cycliste français, né le 27 février 1904 à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), décédé à Marseille (Bouches-du-Rhône), à l’âge de 76 ans. Vainqueur de deux Tours de France (1930 et 1932) et d’un Paris-Roubaix (1928).

18 Juin 1937

Gaston Doumergue

Homme d’Etat français, né le 1er août 1863 à Aigues-Vives (Gard), décédé dans cette même ville, à l’âge de 73 ans. Plusieurs fois ministre (colonies, commerce, instruction publique, affaires étrangères) sous la troisième République, il occupa le fauteuil de Président de la République du 13 juin 1924 au 13 juin 1931.

18 Juin 1974

Gueorgui Joukov

Maréchal soviétique, né le 1er décembre 1896 à Strelkovka (Empire russe), décédé à Moscou (URSS). Officier le plus décoré de l’URSS et de la Russie, il arrêta l’offensive allemande contre Moscou en décembre 1941 et fut l’artisan des principales victoires soviétiques pendant la Grande guerre patriotique de 1941 jusqu’à la prise de Berlin, son dernier fait d’armes.

18 Juin 1993

Jean Cau

Ecrivain et journaliste, né le 8 juillet 1925 à Bram (Aude), décédé à Paris, à l’âge de 67 ans. Secrétaire de Jean-Paul Sartre avant de virer à droite, il obtint le prix Goncourt en 1961 pour La pitié de Dieu.

18 Juin 1673

Jeanne Mance

Vénérable française, née le 12 novembre 1606 à Langres (Haute-Marne), décédée à Montréal. Cofondatrice de la ville de Montréal avec Paul de Chomedey, elle y créa un hôtel-Dieu. L’église catholique la reconnut vénérable par le pape François le 7 novembre 2014.

18 Juin 2010

José Saramago

Ecrivain portugais, né le 16 novembre 1922 à Azinhaga (Portugal), décédé à Lanzarote (Canaries), à l’âge de 87 ans. Prix Nobel de littérature en 1998.

18 Juin 1937

Maxime Gorki

Ecrivain russe, né le 28 mars 1868 à Nijni Novgorod (Empire russe), décédé à Moscou (URSS), à l’âge de 68 ans. Il fut un des pères du réalisme socialiste, auteur notamment des Bas fonds (1902), de La mère (1907).

18 Juin 1935

René Crevel

Ecrivain français, né le 10 août 1900 à Paris, décédé par suicide dans la même ville à l’âge de 34 ans. Ecrivain surréaliste (Etes-vous fou ? 1929, Les pieds dans le plat, 1933), il mit fin à ses jours quand il apprit qu’il souffrait d’une tuberculose.

Une vie, un portrait
des jours précédents

17 Juin 2008

17 Juin 1939

16 Juin 2017

16 Juin 1958

16 Juin 1977