Maurice Thorez

Il est décédé le 

Elle est décédée le

11 Juillet 1964

Homme politique français, né le 28 avril 1900 à Noyellles-Godeau (Pas-de-Calais), décédé à Istanbul (Turquie), à l’âge de 64 ans. Leader emblématique du parti communiste français qu’il dirigea de 1930 à sa mort, acteur majeur du Front populaire en 1936, il devint ministre d’Etat du général de Gaulle en 1945.

Présenté comme une autobiographie de Maurice Thorez – bien qu’il n’en soit pas l’auteur – l’ouvrage intitulé Fils du peuple, qui paraît en 1937, traduit la volonté du Parti communiste de donner une incarnation à l'histoire du communisme français. Et il vrai que la vie de Maurice Thorez illustre bien cette période de l’histoire de France. Petit-fils de Clément Baudry, mineur socialiste de Noyelles-Godault (Pas-de-Calais), il est né le 28 avril 1900. En 1914 il fuit avec son grand-père l’avance des troupes allemandes pour se réfugier en Creuse. Le jeune Maurice poursuit ses études grâce à des cours du soir tout en exerçant différents métiers.

 De retour dans le Pas-de-Calais à la fin de la guerre il travaille quelques semaines à la mine avant d’effectuer son service militaire en 1920. C’est à cette époque que le jeune adhérent à la CGT et à la SFIO s’enthousiasme pour la révolution russe et s'éloigne de son grand-père, resté dans le camp de Blum. Après le Congrès de Tours il rejoint la Section française de l'Internationale communiste (SFIC) qui devient par la suite le Parti Communiste. Militant actif dès la fin de son service il n’est pas réembauché à la mine et multiplie les petits emplois.

 Maurice Thorez commence alors une ascension spectaculaire au sein du jeune parti : secrétaire à la propagande de son département en janvier 1923, il devient permanent au printemps de la même année. Il fait partie de ces jeunes ouvriers que le parti voudrait former et promouvoir à des postes de responsabilité. C’est chose faite quelques années plus tard lorsqu’il intègre le bureau politique puis rejoint l’Internationale Communiste en 1928. Très à l’aise dans les querelles de cour qui sévissent au Kremlin, il sait rapidement se rallier à Staline qui l’aide à s’imposer à Paris. En 1930 il devient secrétaire générale du parti.

 Il choisit de s'investir dans une circonscription de la banlieue parisienne, à Ivry-sur-Seine, où après un premier échec il est élu député en 1932. Le règne de Thorez sur le parti commence alors et va durer plus de trente ans. Son ascension jusqu'à la plus haute fonction résulte à la fois de qualités personnelles qui s'imposent à tous et d'une discipline vis-à-vis de l'Internationale Communiste dont il a toujours défendu les positions. Son maintien à la tête du parti pendant plusieurs décennies est aussi celui d'une équipe dirigeante au premier rang de laquelle on retrouve toujours Jacques Duclos et Benoît Frachon.

 Alors, au gré des décisions de Staline et des diktats de l’Internationale, Maurice Thorez va tenter de naviguer. Après avoir dénoncé les organisations socialistes il prône l'unité d'action et l'unité syndicale à tout prix. Le tournant de l'antifascisme est pris, et la route pour le Front populaire ouverte. L'annonce du Pacte germano-soviétique, le 23 août 1939, et la déclaration de guerre, le 3 septembre, bouleversent complètement la situation du parti. Mobilisé, Thorez rejoint son unité avant qu’un ordre de Moscou ne l’oblige à déserter pour rejoindre l’URSS où il demeure jusqu’en 1944.

 De retour en France, grâce à l’intervention de De Gaulle auprès de Staline, il retrouve sans problème sa place au premier rang du PCF. La popularité qu'il avait acquise avant-guerre reste intacte. Il bénéficie également de la propagande du parti : le secrétaire général du « parti des fusillés » ne peut qu'avoir été un résistant. Ministre d’Etat chargé de la fonction publique en 1945 il participe à l’élaboration du statut des fonctionnaires, avant de devenir vice-président du Conseil dans plusieurs gouvernements.

 L'année 1950 voit culminer le culte de Staline et celui de Thorez à l'occasion de leurs 70ème et 50ème anniversaire. C'est alors qu'à l'apogée de l'autorité qu'il exerce sur le PCF, il est victime d'une attaque d’hémiplégie qui l'écarte pendant plusieurs années de la scène politique française. Soigné à Moscou il ne rentre à Paris qu’en 1953 après la mort de Staline. Rétif au rapport secret rédigé par Nikita Khrouchtchev, il continue à défendre l’action du « Grand timonier » face aux contestataires du Parti communiste italien et aux critiques qui naissent en France.

 En mai 1964, affaibli par la maladie, il fait nommer Waldeck Rochet au secrétariat général du PCF lors du XVIIème congrès, alors que lui-même prend le titre de président. Un mois plus tard il meurt brutalement lors d'une escale à Istanbul en mer Noire, sur un bateau qui l'emmenait passer ses vacances, comme chaque été, en URSS.

Serge Bolloch

Illustration : Marc Daniau

Demain : Alfred Dreyfus

masculin
Google news Référence: 
498
15 Juin 2016 - 4:36pm

Une vie, un portrait du jour

16 Juillet 2015

16 Juillet 1982

Une vie, un portrait du jour

16 Juillet 1997

Dora Maar

Photographe et artiste peintre française, née le 22 novembre 1907 à Paris, décédée dans la même ville, à l’âge de 90 ans. Auteure de nombreux portraits photographiques (Jean-Louis Barrault, Jean Cocteau, Paul Eluard, Léonor Fini), elle réalisa Portrait d’Ubu (1936) et un tableau baptisé Portrait de Pablo Picasso au miroir dont elle fut la muse et l’amante.

16 Juillet 1896

Edmond de Goncourt

Ecrivain et journaliste français, né le 26 mai 1822 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), décédé à Champrosay (Essonne), à l’âge de 74 ans. Auteur de Renée Mauperin (1864) et du Journal des Goncourt (1854-1891), il proposa en 1892 la création de l’Académie Goncourt qui avait vocation à décerner chaque année un prix littéraire. Le cénacle littéraire vit le jour en 1900. Le premier lauréat fut en 1903 John-Antoine Nau pour Force ennemie

16 Juillet 1907

Eugène Poubelle

Préfet français, né le 15 avril 1831 à Caen (Calvados), décédé à Paris, à l’âge de 76 ans. Préfet de la Seine, il prit un arrêté qui obligeait les propriétaires d’immeubles parisiens à mettre à la disposition des locataires des récipients munis d’un couvercle ayant vocation à contenir les déchets ménagers. La population les baptisa "poubelles".

16 Juillet 1691

François Michel Le Tellier, marquis de Louvois

Homme d’Etat français, né le 18 janvier 1641 à Paris, décédé à Versailles, à l’âge de 50 ans. Secrétaire d’Etat à la guerre de 1662 à sa mort, il organisa des persécutions (les dragonnades) pour contraindre les protestants à se convertir au catholicisme.

16 Juillet 1985

Heinrich Böll

Ecrivain allemand, né le 21 décembre 1917 à Cologne (Rhénanie-Du-Nord-Westphalie), décédé à Kreuzau (Rhénanie-Du-Nord-Westphalie), à l’âge de 67 ans. Auteur de nouvelles, d’essais et de romans dont Portrait de groupe avec dames (1971) et L’honneur perdu de Katarina Blum (1974), il fut couronné du prix Nobel de littérature en 1972.

16 Juillet 1989

Herbert von Karajan

Chef d’orchestre autrichien, né le 5 avril 1908 à Salzbourg, décédé à Anif, à l’âge de 81 ans. Après avoir dirigé l’orchestre philarmonique de Berlin (1937), il fut nommé à la tête du festival de Salzbourg en 1956 et occupera cette fonction jusqu’en 1988.

16 Juillet 2014

Hervé Christiani

Auteur-compositeur et interprète français, né 8 novembre 1947 à Paris, décédé dans la même ville, à l’âge de 66 ans. Auteur en 1981 d’un tube Il est libre Max.

16 Juillet 2000

Pascale Audret

Actrice et chanteuse française, née le 12 octobre 1935 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), décédée à Cressensac (Lot), à l’âge de 64 ans. Comédienne de théâtre (Journal d’Anne Frank, 1957), elle s’imposa également au cinéma (Le dialogue des Carmélites, 1960), la télévision (Splendeurs et misères des courtisanes, 1975) et la chanson (La môme Anita, 1969).

16 Juillet 1857

Pierre-Jean de Béranger

Chansonnier français, né le 19 août 1780 à Paris, décédé dans la même ville, à l’âge de 76 ans. Populaire à son époque, il composa plusieurs centaines de chansons dont Le vieux drapeau, Les souvenirs du peuple, Le juge de Charenton, Les ventrus.

Une vie, un portrait
des jours précédents

15 Juillet 1904

15 Juillet 1614

14 Juillet 1993

14 Juillet 2014

13 Juillet 1380