Maximilien 1er

Il est décédé le 

Elle est décédée le

19 Juin 1867

Empereur du Mexique, né le 6 juillet 1832 à Vienne (Empire d’Autriche), exécuté à Querétaro (Mexique), à l’âge de 34 ans. Frère de l’empereur d’Autriche, il accepta de devenir l’empereur du Mexique à la demande de Napoléon III dont les troupes occupaient le pays. Après le départ des soldats français à la demande des Etats-Unis, abandonné de tous, il fut fait prisonnier par l’ancien président mexicain Benito Juarez et fusillé.

Mais qu’allait faire le prince impérial Ferdinand Maximilien Joseph de Habsbourg-Lorraine dans le guêpier mexicain ? Frère cadet de l’empereur François-Joseph 1er d’Autriche, il partageait son temps entre des croisières en Méditerranée et le château de Miramar qu’il s’était fait bâtir à Trieste au bord de l’Adriatique. Un enchainement d’événements le tira de sa vie frivole et le plongea au cœur d’une crise internationale bien éloignée de ses préoccupations personnelles et de celles de son pays. Tout commença en 1861 quand le président du Mexique Benito Juarez décida de ne plus rembourser les dettes contracter auprès des pays étrangers. L’empereur des Français Napoléon III organisa une coalition militaire pour contraindre les dirigeants mexicains à honorer leur signature. Des soldats français, britanniques, belges et espagnols débarquèrent à Veracruz à la fin de 1861. Le gouvernement du président Juarez s’enfuit pour ne pas tomber entre les mains des envahisseurs. Mais bientôt, des divergences apparurent entre les nations européennes sur les buts de la guerre. Les espagnols signèrent un accord avec les autorités mexicaines et quittèrent le pays en février 1962. Les Britanniques se rembarquèrent en avril.

La France maintint en revanche son corps expéditionnaire. Le projet de Napoléon III consistait à rétablir l’empire au Mexique et à offrir le trône à l’archiduc Maximilien de Habsbourg, frère de l’empereur François-Joseph d’Autriche. Le chef d’Etat français comptait ainsi resserrer les liens avec l’Autriche qui s’étaient distendues depuis que la France soutenait l’aspiration à l’unité de l’Italie. En mai 1862, l’armée française marcha vers Mexico qu’elle échoua à prendre en raison de la résistance acharnée des troupes juaristes. Vingt-trois mille soldats furent envoyés en renfort. Une seconde tentative pour prendre la capitale mexicaine réussit en juin 1863. Mexico capitula sans combattre. Des mexicains membres du parti conservateur réunirent une assemblée de notables qui abolit la république et rétablit la monarchie. Sous l’influence des Français, les nouveaux maitres du pays proposèrent la couronne impériale à Maximilien le 10 juillet 1863. L’archiduc autrichien hésita plusieurs mois. Finalement, il accepta le 10 avril 1864, sous l’influence de son épouse la princesse Charlotte, fille du roi des Belges. Avant de rejoindre le Mexique, il dut renoncer officiellement à ses droits sur la couronne d’Autriche

 Le pressenti débarqua dans le port de Veracruz le 28 mai 1864. L’accueil délirant des élites et du peuple mexicain lui fit croire qu’il arrivait dans un pays pacifié. Les cérémonies lors de son installation dans son palais à Mexico confirmèrent cette impression positive. Mais le nouvel empereur Maximilien 1er déchanta bientôt. La guérilla dirigée par l’ancien président Benito Juarez contrôlait de vastes territoires. Les trente mille soldats français du général Bazaine ne savaient où donner de la tête. A peine, parvenaient-ils à occuper une ville qu’un nouveau foyer de résistance se déclarait ailleurs. Maximilien 1er tenait néanmoins le Mexique « utile », les grandes villes dont la capitale. Mais ses réformes économiques et de mœurs lui aliénèrent le soutien des conservateurs et des catholiques sans lui apporter le ralliement des rebelles. Maximilien demanda à son épouse de rentrer en Europe.

Abandonné par Napoléon III

La position politique de Maximilien 1er s’affaiblissait au fil des mois. Mais, il pouvait compter sur l’aide de l’armée française, croyait-il. Il constata avec effroi que le général Bazaine qui avant épousé une mexicaine complotait dans l’ombre. Il avait noué des liens secrets avec un des généraux de Juarez. Croyait-il son heure venue et envisageait-il se s’emparer du trône au détriment de Maximilien ? Si tel était son objectif, l’accélération des événements changea la donne. Absents du théâtre mexicain en raison de la guerre de Sécession, les Etats-Unis s’intéressèrent de nouveau aux affaires de leur voisin du sud après la défaite des sudistes en avril 1865. L’administration américaine qui soutenait Juarez exigea le retrait immédiat de l’armée française du Mexique, sous peine d’une intervention directe. Le gouvernement américain considérait que l’intervention française menaçait la sécurité des Etats-Unis. Napoléon III rappela les troupes au début de l’année 1866, trahissant ainsi son serment de soutenir Maximilien 1er. Les derniers soldats français rembarquèrent en février 1867. Six mille soldats français avaient perdu la vie dans cette malheureuse expédition qui se terminait en fiasco. Abandonné de tous, Maximilien 1er résista trois mois avant d’être fait prisonnier le 15 mai dans la ville de Querétaro. Son vainqueur Benito Juarez décida de faire un exemple. Une cours de justice condamna à la peine de mort l’empereur déchu et deux généraux qui lui étaient restés fidèles. Les trois hommes furent passés par les armes le 19 juin 1867. Maximilien remit à l’abbé Soria venu le confesser sa montre. Il ajouta : « Envoyez ce souvenir en Europe à ma bien chère femme, si elle vit, dites-lui que mes yeux se fermeront avec son image que j'emporte là-haut ». Il décida de se présenter devant le peloton d’exécution avec au cou la décoration de la Toison d’or. Ses derniers mots furent : « Je pardonne à tous, que tous me pardonnent. Que mon sang prêt à couler soit répandu pour le bien du pays. Vive le Mexique ! Vive l'indépendance ! ». Juarez redevint président de la république.

 Quand elle apprit l’exécution de son époux, l’ancienne impératrice Charlotte sombra dans la dépression. Elle vécut encore soixante ans dans le souvenir de son époux qui avait été l’empereur du Mexique pendant trois ans deux mois et neuf jours.

J.-P.G.

Demain : Edgard Pisani

masculin
Google news Référence: 
132
28 Mars 2017 - 6:58pm

Une vie, un portrait du jour

16 Juillet 2015

16 Juillet 1982

Une vie, un portrait du jour

16 Juillet 1997

Dora Maar

Photographe et artiste peintre française, née le 22 novembre 1907 à Paris, décédée dans la même ville, à l’âge de 90 ans. Auteure de nombreux portraits photographiques (Jean-Louis Barrault, Jean Cocteau, Paul Eluard, Léonor Fini), elle réalisa Portrait d’Ubu (1936) et un tableau baptisé Portrait de Pablo Picasso au miroir dont elle fut la muse et l’amante.

16 Juillet 1896

Edmond de Goncourt

Ecrivain et journaliste français, né le 26 mai 1822 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), décédé à Champrosay (Essonne), à l’âge de 74 ans. Auteur de Renée Mauperin (1864) et du Journal des Goncourt (1854-1891), il proposa en 1892 la création de l’Académie Goncourt qui avait vocation à décerner chaque année un prix littéraire. Le cénacle littéraire vit le jour en 1900. Le premier lauréat fut en 1903 John-Antoine Nau pour Force ennemie

16 Juillet 1907

Eugène Poubelle

Préfet français, né le 15 avril 1831 à Caen (Calvados), décédé à Paris, à l’âge de 76 ans. Préfet de la Seine, il prit un arrêté qui obligeait les propriétaires d’immeubles parisiens à mettre à la disposition des locataires des récipients munis d’un couvercle ayant vocation à contenir les déchets ménagers. La population les baptisa "poubelles".

16 Juillet 1691

François Michel Le Tellier, marquis de Louvois

Homme d’Etat français, né le 18 janvier 1641 à Paris, décédé à Versailles, à l’âge de 50 ans. Secrétaire d’Etat à la guerre de 1662 à sa mort, il organisa des persécutions (les dragonnades) pour contraindre les protestants à se convertir au catholicisme.

16 Juillet 1985

Heinrich Böll

Ecrivain allemand, né le 21 décembre 1917 à Cologne (Rhénanie-Du-Nord-Westphalie), décédé à Kreuzau (Rhénanie-Du-Nord-Westphalie), à l’âge de 67 ans. Auteur de nouvelles, d’essais et de romans dont Portrait de groupe avec dames (1971) et L’honneur perdu de Katarina Blum (1974), il fut couronné du prix Nobel de littérature en 1972.

16 Juillet 1989

Herbert von Karajan

Chef d’orchestre autrichien, né le 5 avril 1908 à Salzbourg, décédé à Anif, à l’âge de 81 ans. Après avoir dirigé l’orchestre philarmonique de Berlin (1937), il fut nommé à la tête du festival de Salzbourg en 1956 et occupera cette fonction jusqu’en 1988.

16 Juillet 2014

Hervé Christiani

Auteur-compositeur et interprète français, né 8 novembre 1947 à Paris, décédé dans la même ville, à l’âge de 66 ans. Auteur en 1981 d’un tube Il est libre Max.

16 Juillet 2000

Pascale Audret

Actrice et chanteuse française, née le 12 octobre 1935 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), décédée à Cressensac (Lot), à l’âge de 64 ans. Comédienne de théâtre (Journal d’Anne Frank, 1957), elle s’imposa également au cinéma (Le dialogue des Carmélites, 1960), la télévision (Splendeurs et misères des courtisanes, 1975) et la chanson (La môme Anita, 1969).

16 Juillet 1857

Pierre-Jean de Béranger

Chansonnier français, né le 19 août 1780 à Paris, décédé dans la même ville, à l’âge de 76 ans. Populaire à son époque, il composa plusieurs centaines de chansons dont Le vieux drapeau, Les souvenirs du peuple, Le juge de Charenton, Les ventrus.

Une vie, un portrait
des jours précédents

15 Juillet 1904

15 Juillet 1614

14 Juillet 1993

14 Juillet 2014

13 Juillet 1380