Paolo Borsellino

Il est décédé le 

Elle est décédée le

19 Juillet 1992

Juge antimafia italien, né le 19 janvier 1940 à Palerme (Sicile), assassiné dans la même ville, à l’âge de 52 ans. Membre du pool antimafia, il fut assassiné ainsi que ses cinq gardes du corps par l’explosion d’une voiture piégée, deux mois après son collègue Giovanni Falcone. Le chef de la mafia Salvatore Riina – condamné à la prison perpétuelle – était le commanditaire des attentats.

Ils sont tombés sous les balles de la Mafia

La mafia n’hésite pas à assassiner ceux qui la combattent : citoyens qui refusent d’être rackettés, journalistes, policiers, carabinier, magistrats et hommes politiques sont tombés sous les balles des tueurs. Voici une liste non exhastive.

MAURO DE MAURO : journaliste à L’Ora, enlevé par la mafia le 16 septembre 1970 devant son domicile. Son corps n’a jamais été retrouvé.

GIUSEPPE RUSSO : colonel des carabiniers, 49 ans, assassiné le 20 août 1977.

Giuseppe IMPASTATO : journaliste à la Radio Aut, 30 ans, assassiné le 9 mai 1978.

MARIO FRANCESE : journaliste à Il gionale du Sicilia. Assassiné à coups de revolver le 26 janvier 1979 devant son domicile.

BORIS GiULIANO : policier, chef de la brigade mobile de Palerme, 48 ans, assassiné le 21 juillet 1979 à Palerme.

CESARE TERRANOVA : député communiste, 58 ans, assassiné le 25 septembre 1979.

PIERSANTI MATTARELLA : député démocrate-chrétien, président de la région Sicile, 44 ans, assassiné le 6 janvier 1980.

EMANUELE BASILE : capitaine des carabiniers, 30 ans, assassiné le 3 mai 1980.

PIO LA TORRE : député communiste, 54 ans, assassiné le 30 avril 1982.

CARLO ALBERTO DELLA CHIESA : général et préfet de police de Palerme chargé de la lutte contre la mafia, 61 ans. Il fut assassiné dans sa voiture le 3 septembre 1982 en même temps que son épouse EMMANUEL et son garde du corps DOMENICO RUSSO.

MARIO D’ALEO : capitaine des carabiniers, 29 ans, assassiné le 13 juin 1983.

ROCCO CHINNICI : magistrat, 58 ans, assassiné devant son domicile par la mafia dans un attentat à la voiture piégée le 29 juillet 1983. Furent également tués dans l’explosion le maréchal des carabiniers MARIO TRAPASSI, le garde du corps SALVATORE BARTOLOTTA et le gardien de l’immeuble STEFANO LO SACCHI.

BEPPE MONTANA : commissaire de police à Palerme, 33 ans, assassiné le 28 juillet 1985.

ANTONINO CASSARA : commissaire de police à Trapani, 38 ans, assassiné le 28 août 1985.

ALBERTO GIACOMELLI : magistrat, 69 ans, assassiné le 14 septembre 1988, un an après son départ à la retraite.

 ANTONINO SAETTA : magistrat, 66 ans, assassiné le 25 septembre 1988 par la mafia en même temps que son fils Stefano.

ANTONINO SCOPELLITI : magistrat, 56 ans, assassiné le 9 août 1991.

GIOVANNI FALCONE : magistrat du pool antimafia, 53 ans, assassiné le 23 mai 1993 dans l’explosion de sa voiture. Il fut assassiné en même temps que son épouse FRANCA MORVILLO, également magistrat et ses trois gardes du corps : VITO SCHIFANI, ROCCO DI CILLO et ANTONIO MONTINARO.

Né en Sicile, Paolo Borsellino étudia le droit à l’université de Palerme. Diplomé en 1962, il passa et réussit le concours d’entrée à la magistrature en 1963. Il exerça dans plusieurs villes siciliennes (Enna, Mazara del Vallo, Monreale) avant d’être muté à Palerme en 1975. Il se consacra à la lutte contre la mafia qui étendait sa toile sur la vie économique, politique et sociétale de la Sicile. Très tôt, il comprit que les mesures policières et judiciaires ne suffiraient pas à éradiquer la pieuvre, rappelant que « La lutte contre la mafia doit être avant tout un mouvement culturel qui forme les citoyens à sentir la beauté du frai parfum de la liberté qui s’oppose à l’odeur nauséabonde du compromis moral, de l’indifférence, de la compromission et même de la complicité ». Il intégra le pool antimafia imaginé par le juge Rocco Chinnici et créé, après son assassinat en juillet 1983, par son successeur le magistrat Antonio Caponnetto. Au sein du pool, il travailla avec son collègue et ami Giovanni Falcone. Les juges proposèrent à des mafieux de briser la loi du silence (omerta), de collaborer avec la justice. En échange, la justice leur accordait le statut de repenti. Ainsi les magistrats portèrent des coups sévères à l’organisation criminelle. Une vague d’arrestations remplit les prisons. Ses chefs s’enfuirent et entrèrent dans la clandestinité. L’un d’eux Salvatore Riina s’imposa à ses pairs et devint le chef des chefs clandestin.En 1986, un « maxi procès » s’ouvrit à Palerme. Pour accueillir les 475 accusés, il fallut aménager une salle d’audience baptisée « une salle-bunker ». Les audiences s’étendirent sur une année. En décembre 1987, les magistrats prononcèrent 360 condamnations dont 19 à perpétuité. Le total des années de prison infligées aux mafieux atteignit le chiffre de 2665 années. Le pool antimafia élargit son enquête à l’étranger. La pieuvre étendait en effet ses ramifications partout dans le monde. Les réseaux de drogue qu’elle contrôlait et les filières de blanchiment de l’argent sale ignoraient les frontières. Une véritable guerre opposa les soldats de la mafia aux représentants de l’Etat. Plusieurs dizaines de personnes furent assassinées par la mafia (Lire notre encadré).

 Paolo Borsellino savait que sa tête avait été mise à prix par Toto Riina. Il déclara à la presse : «  C’est beau de mourir pour ce auquel on croit : qui a peur meurt chaque jour qui n’a pas peur meurt une seule fois. »  Malgré – à cause dirait les malveillants ou les défiants – les succès remportés sur la mafia, les juges du pool antimafia ne se sentaient pas soutenus par l’Etat. En 1989, dans une lettre ouverte, Giovanni Falcone, Paolo Borsellino  et sept  de leurs collègues dénoncèrent le laxisme des autorités et le manque de moyens mis à leur disposition pour lutter à armes égales contre l’organisation criminelle. Ils demandèrent à être mutés dans une autre région. On les rassura verbalement. Mais dans le même temps, des critiques et des insinuations venant de certains cercles politiques visant à les discréditer empoisonnèrent le climat. La défiance de la hiérarchie judiciaire apparut quand elle refusa de nommer Giovanni Falcone à la tête du pool antimafia après le départ à la retraite d’Antonio Caponnetto. On lui préféra un vieux juge aux méthodes anciennes, c'est-à-dire dépassées. Quelques mois plus tard, le pool fut démantelé.

Assassiné par la mafia

En mars 1991, Falcone accepta le poste de directeur des affaires pénales du ministère de la justice à Rome. S’agissait-il d’une mutation sanction ? Il ne l’entendait pas ainsi. Son départ de la Sicile ne signifiait pas qu’il renonçait à la lutte antimafia. Bien au contraire. Il ambitionnait de créer un pôle juridico-policier chargé de coordonner au niveau national toutes les enquêtes contre Cosa Nostra. Quand les parrains apprirent par des espions son projet de « super procure », ils décidèrent de l’éliminer. Le 23 mai 1992, une bombe télécommandée placée sous l’autoroute reliant l’aéroport à Palerme explosa et tua Giovanni Falcone, son épouse également magistrat et trois policiers de son escorte. Paolo Borsellino reprit le flambeau de la lutte contre Cosa nostra. Il devint le nouvel objectif de Riina. Moins de deux mois après l’attentat contre Falcone, une voiture piégée explosa rue d’Amelio à Palerme, tuant le magistrat et les cinq policiers de son escorte : Agostino Catalano, Walter Cosina, Emanuela Loi, Vincenzo Li Muli et Claudio Traina. Le magistrat pressentait sa fin proche. Quelques mois avant son assassinat, il avait déclaré : «  Je ne suis ni un héros ni un kamikaze, mais une personne ordinaire. Je crains la fin parce que je la vois comme une chose mystérieuse, je ne sais pas ce qui se passe dans l’au-delà. Mais l’important c’est d’accepter son sort. Malgré la douleur d’abandonner ma famille,  je pourrais mourir serein ».

Salvatore Riina fut arrêté le 15 janvier 1993. La justice italienne le condamna à la prison à vie pour avoir assassiné une quarantaine de personnes et commandité des centaines de meurtres. Sa fortune évaluée en 1997 à 125 millions de dollars a été confisquée et une de ses propriétés est devenue une école. Agé de 86 ans, il purge actuellement sa peine. Borsellino incarne la lutte de l’Etat contre le crime organisé. L’aéroport de Palerme porte son nom associé à celui de Falcone. Le pape Jean Paul II l’a fait martyr du XXe siècle.

J.-P.G.

Demain : Paul Valéry

masculin
Google news Référence: 
336
9 Avril 2017 - 6:48pm

Une vie, un portrait du jour

25 Juin 1997

25 Juin 2016

25 Juin 1894

Une vie, un portrait du jour

25 Juin 1876

George Armstrong Custer

Général américain, né le 5 décembre 1839 à New Rumley (Ohio), tué à la bataille de Little Big Horn (Montana), à l’âge de 36 ans. Il participa aux guerres indiennes. A la bataille de Little Big Horn, il affronta les chefs indiens Sitting Bull et Crazy Horse qui commandaient plusieurs milliers de guerriers Cheyennes et Sioux. La cavalerie américaine fut défaite, perdant 215 hommes dont son chef Custer. 

25 Juin 1804

Georges Cadoudal

Général chouan, né le 1er janvier 1771 à Brec’h (Morbihan), guillotiné à Paris, à l’âge de 34 ans. Commandant de l’armée catholique et royale de Bretagne, il participa aux révoltes vendéennes et à la chouannerie, il refusa de se rallier à la République et participa à un complot contre le premier consul Bonaparte. Arrêté et condamné à mort il monta à l’échafaud avec onze autres royalistes.

25 Juin 1929

Georges Courteline

Dramaturge et romancier français, né le 25 juin 1858 à Tours (Indre-et-Loire), décédé à Paris à l’âge de 71 ans. Auteur humoristique et « courtelinesque », il écrivit notamment Les gaités de l’escadron (1886), Hortense, couche toi ! (1897), Le commissaire est bon enfant (1900), Les balances (1901).

25 Juin 1998

Lounès Matoub

Auteur-compositeur-interprète algérien, né le 24 janvier 1956 à Taourirt Moussa (Kabylie), assassiné à Tana Boulane (Kabylie), à l’âge de 42 ans. Musicien et chanteur, il fut un ardent défenseur de la cause kabyle et de la démocratie dans son pays. Il fut assassiné par des inconnus qui n’ont pas été identifiés (islamistes ou représentants du pouvoir ?).

25 Juin 1984

Michel Foucault

Philosophe français, né le 15 octobre 1926 à Poitiers (Vienne), décédé à Paris, à l’âge de 57 ans. Enseignant au collège de France (Le gouvernement de soi et des autres) de 1970 à sa mort, il révolutionna les sciences humaines, écrivant notamment Les mots et les choses (1966), Histoire de la folie à l’âge classique (1972), Surveiller et punir (1975), Une histoire de la sexualité en 3 volumes (1976-1984).

25 Juin 2009

Mickael Jackson

Chanteur américain, né le 22 août 1958 à Gary (Indiana), décédé à Los Angeles (Californie), à l'âge de 50 ans. Chanteur  le plus célèbre dans le monde pendant trois décennies, figure majeure de la musique pop, il vendit plusieurs centaines de millions d'albums : Off the wall (1979), Thriller (1982), Bad (1987), Dangerous (1991), Blood of the Dance Floor (1997), Invincible (2001). Accusé à plusieurs reprises d'attouchements sur un mineur dans les années 1990 et dans les années 2000, il fut blanchi par la justice. En 2011, son médecin personnel fut jugé et condamné pour avoir administré au chanteur des somnifères qui avaient provoqué son décès.

25 Juin 2015

Patrick Macnee

Acteur britannique naturalisé américain, né le 6 février 1922 à Londres (Royaume-Uni), décédé à Rancho Mirage (Californie), à l’âge de 93 ans. Pour devenir une célébrité mondiale, il lui suffit d’interpréter un seul personnage sur le petit écran : celui de John Steed, l’imperturbable et élégant agent secret dans la série culte Chapeau Melon et bottes de cuir, connu dans les pays anglo-saxon sous le titre de The Avengers. Une notoriété qu’il partagea avec sa complice Emma Peel, jouée par Diana Rigg - remplacée par Tara King en 1969. Entre 1961 et 1969, cent soixante et un épisodes furent diffusés par les télévisions du monde entier.

 Après une interruption de plusieurs années, une nouvelle série de 26 épisodes fut tournée en 1976 avec une nouvelle partenaire féminine, Joanna Lumley et un adjoint masculin, Gareth Hunt. Mais le charme était rompu. La série déçut le public. Patrick Macnee eut du mal à rebondir. Il apparut dans de nombreux films mais dans des rôles secondaires. On le remarqua notamment dans Le commando de sa majesté (1980) d’Andrew McLaglen, et dans Dangereusement vôtre (1985), un James Bond tourné par John Glen. Mais pour ses fans, il restera pour toujours John Steed qu’ils retrouvent avec plaisir dans ses aventures que les chaînes du câble programment régulièrement, cinquante-cinq ans après la diffusion du premier épisode.

Une vie, un portrait
des jours précédents

24 Juin 2014

24 Juin 1519

23 Juin 1959

23 Juin 2015

23 Juin 2011