Serge Gainsbourg

Il est décédé le 

Elle est décédée le

2 Mars 1991

Auteur-compositeur-interprète français, né le 2 avril 1928 à Paris, décédé dans cette même ville, à l’âge de 62 ans. Icône de la musique française pendant trois décennies, il se frotta à tous les genres musicaux, de la variété au reggae en passant par le rock et le jazz.

 Une crise cardiaque a été fatale à Lucien Ginsburg, plus connu sous son nom d’artiste Serge Gainsbourg. Son décès à l’âge de 62 ans provoqua une intense émotion en France. Né en 1928 à Paris, de parents juifs russes, émigrés après la Révolution d’Octobre 1917, il porta pendant l’Occupation l’étoile jaune et fut déchu de la nationalité française par les autorités de Vichy. En 1942, pour échapper aux persécutions antisémites, la famille se réfugia en zone libre avec de faux papiers. A la Libération, Serge Gainsbourg s’inscrivit aux Beaux-arts. Il croisa Elisabeth Levisky, la fille d’aristocrates russes émigrés, qui partageait sa passion pour la peinture. Il l’épousa en 1951. A cette époque, Serge Gainsbourg rêvait d’être l’égal d’un Fernand Léger. Les circonstances en décidèrent autrement. Il dut renoncer à son ambition de vivre en peignant des tableaux. Par chance, son père pianiste lui avait appris la musique.

Poupée de cire

Pour gagner sa vie, il fit le crooner dans les cabarets à la mode. En 1957, un nouveau chapitre de sa vie s’ouvrit : il divorça d’Elisabeth et fit une rencontre professionnelle providentielle. Francis Claude, le directeur de la boîte de nuit où il accompagnait à la guitare la chanteuse Michèle Arnaud découvrit par hasard qu’il composait des chansons. Il poussa Gainsbourg à monter sur scène pour les interpréter. Le public découvrit Le poinçonneur des Lilas. La mélodie plût. Sa carrière d’auteur de textes, de compositeur de musique et d’interprète était lancée. Mais sa tête en forme de « chou », son nez proéminent et ses grandes oreilles déplaisaient au public. Son physique tranchait avec les canons de beauté de l’époque où les chanteurs formatés de la vague yéyé imposaient leurs « belles gueules ».

 Il décida d’écrire pour les autres. Juliette Gréco interpréta La javanaise et Accordéon, Pétula Clark chanta La Gadoue, Françoise Hardy devint célèbre avec Comment te dire adieu ? La reconnaissance internationale vint en 1965 avec la victoire de France Gall au grand prix de l’Eurovision. La jeune française avait triomphé grâce à la chanson Poupée de cire poupée de son qu’il lui avait écrite. En 1964, il épousa Françoise-Antoinette Pancrazzi. Elle lui donna une fille prénommée Natacha en 1964 et un garçon, Paul, en 1967. Finalement, le couple se sépara.

 En 1967, Brigitte Bardot devint sa muse et sa maitresse. Il lui écrivit Harley Davidson et Bonnie and Clyde. Mais son duo incendiaire avec la star du cinéma dans Je t’aime, moi non plus ne défraya pas seulement la chronique musicale. La France coincée et pudibonde d’alors se boucha les oreilles quand elle entendit Serge Gainsbourg chanter « je vais et je viens entre tes reins et je me retiens » et Brigitte Bardot répondre « tu vas et tu viens entre mes reins et je te rejoins ». Aussitôt enregistrée, la chanson fut diffusée en exclusivité le lendemain par la radio Europe 1, provoquant un énorme scandale. Gunther Sachs, le mari de Brigitte Bardot, menaça de porter plainte en cas de rediffusion. L’actrice désavoua également la chanson et quelques semaines plus tard mit fin à son idylle avec Serge Gainsbourg. Le chanteur la retira de son répertoire.

Jane

En 1968, il rencontra Jane Birkin sur le tournage du film Slogan. Il proposa à la jeune actrice anglaise d’interpréter la chanson. Elle accepta. En février 1969, l’album 33 tours se retrouvait dans le bac des disquaires. Sur la couverture, un bandeau alertait les oreilles chastes, proclamant « interdit aux moins de 21 ans ». Le Vatican, via son organe de presse L’Osservatore romano, qualifia d’obscène la chanson. Des stations de radio italiennes, espagnoles, suédoises refusèrent de la diffuser sur leurs antennes. Une publicité inespérée pour Gainsbourg. Il vendit 750 000 copies. En 1970, Gainsbourg patronna une version parodique interprétée par le duo Bourvil-Jacqueline Maillan, qui fit s’écrouler de rire les auditeurs. En 1986, Brigitte Bardot leva son interdiction et autorisa la publication de sa version sur un simple single.

 La chanson 69, année érotique, fredonnée en duo avec Jane Birkin remporta également un grand succès en France et à l’étranger. Désormais, le couple uni dans la vie et sur la scène symbolisa les années 1970, synonymes de libération sexuelle et sociétale. Gainsbourg écrivit et composa des albums cultes : Histoire de Melody Nelson (1971), Vue de l’extérieur (1973), Rock around the bunker (1975) et L’homme à tête de chou (1976). En 1973, un infarctus le terrassa. De son lit d’hôpital, il annonça qu’il se soignerait en augmentant sa consommation d’alcool et de cigarettes. Il tint parole et peu à peu un nouveau personnage émergea. Ses relations avec Jane Birkin se dégradèrent au fil des ans. Le couple se sépara en 1980. En 1981, Gainsbourg vécut avec un jeune mannequin Bambou dont il eut un fils en 1986 prénommé Lulu. Les années suivantes, Gainsbourg réalisa plusieurs films (Equateur, 1983, Stan the flasher, 1990). Il mit en scène sa fille Charlotte (Charlotte for ever), née en 1971 de son union avec Jane Birkin. Il aborda des sujets alors tabous comme l’homosexualité, l’exhibitionnisme, l’inceste.

Aux armes et cætera

Après un séjour en Jamaïque, il interpréta une version reggae de la Marseillaise (Aux armes et cætera) qui fit scandale. Des parachutistes tentèrent d’interrompre son concert à Strasbourg. Gainsbourg répondit à leur agression en chantant a capella, le poing tendu, la version originale de l’hymne national. Comme par reflexe, les militaires se mirent au garde à vous et l’accompagnèrent de la voix. Gainsbourg se vanta ensuite d’avoir « mis au pas » ses détracteurs. Quelques semaines plus tard, il acheta dans une vente aux enchères, le manuscrit original du « chant de guerre pour l’armée du Rhin », composé par Rouget de Lisle en 1792.

 Il joua les provocateurs à la télévision en brûlant un billet de 500 francs pour protester contre le « racket fiscal ». Mal rasé, alcoolisé, inaudible, ses dernières apparitions à la télévision suscitèrent admiration ou dégoût. Cette vie d’excès mit en danger sa santé. Le cœur de celui qui disait : « Je suis né sous une bonne étoile... jaune », ne résista pas à un cinquième infarctus.

Jean-Pierre Giovenco

Illustration : Marc Daniau

Demain : Marguerite Duras

masculin
Google news Référence: 
021
2 Février 2016 - 6:24pm

Une vie, un portrait du jour

16 Janvier 1942

16 Janvier 2017

16 Janvier 1969

Une vie, un portrait du jour

16 Janvier 1936

Albert Fish

Tueur en série et cannibale américain, né le 19 mai 1870 à Washington, exécuté par électrocution à la prison de Sing Sing (New York), à l’âge de 66 ans. Condamné à mort pour le meurtre de quatre enfants, il aurait reconnu l’assassinat d’une centaine de personnes, voire de quatre cents selon un décompte de la police.

16 Janvier 1957

Arturo Toscanini

Chef d’orchestre italien, né le 25 mars  1867 à Parme (Emilie-Romagne), décédé à New York, à l’âge de 89 ans. Il fut considéré par ses contemporains comme le plus grand chef d’orchestre de son époque

16 Janvier 2015

Henri Beaugé-Bérubé

Résistant français, né le 6 septembre 1920 à Brest Finistère, décédé à Paris, à l'âge de 94 ans.

Né au sein d'une famille bretonne de neuf enfants, Henri Beaugé-Bérubé répondit à l'appel du général de Gaulle et le rejoignit à Londres dès le premier juillet 1940. Il s'engagea avec son frère cadet Jacques dans les Forces françaises libres. Jacques, décédé en 2006, fut gravement blessé à la bataille d'El Alamein en Libye en novembre 1942. Il perdit l'usage de ses mains et devint aveugle. Après la guerre, il devint diacre et écrivit des ouvrages sous le nom de Jacque Lebreton.

 Henri participa également aux épopées des Français libres. Sa conduite au feu lui valut d'être fait Compagnon de la Libération par le chef de la France libre. François Hollande, président de la république, a tenu à lui rendre hommage dans un communiqué publié vendredi soir : " Henri Beaugé-Bérubé était un héros de la libération de la France. Avec lui disparaît un des derniers compagnons de la libération. Cet élève des Arts et Métiers n'avait pas supporté de voir la France à terre et, à vingt ans, il fut l'un des premiers à rejoindre le Général de Gaulle dès le 1er juillet 1940. Pendant cinq années, il a combattu sur tous les fronts de la guerre pour vaincre le nazisme. Cet homme d'honneur et de devoir était aussi un homme de culture et du partage. Il a participé à la création des parcs nationaux et fut l'animateur du centre culturel de l’abbaye de Fontevraud. Je salue la mémoire de ce grand Français et je m'associe à la douleur de sa famille et de ses proches".

16 Janvier 1986

Jean Cassou

Ecrivain et résistant français, né le 9 juillet 1897 à Deusto (Espagne), décédé à Paris, à l’âge de 88 ans. Fait Compagnon de la libération par le général de Gaulle. Fondateur du Musée national d’art moderne de Paris. Grand Prix national des lettres en 1971 pour l’ensemble de son œuvre.

16 Janvier 2002

Jean Elleinstein

Historien et homme politique français, né le 6 août 1927 à Paris, décédé à Paris, à l’âge de 74 ans. Spécialiste du communisme, il publia Une histoire de l’URSS en quatre tomes (1972-1975). 

16 Janvier 2011

Joseph Poli

Journaliste français, né le 14 avril 1922 à Marseille, décédé à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), à l’âge de 88 ans. Il présenta l’édition de la nuit du journal de TF1 de 1979 à 1988.

16 Janvier 2001

Laurent-Désiré Kabila

Homme d’Etat congolais, né le 27 novembre 1939 à Likasi (Congo-belge), mort assassiné à Kinshasa, à l’âge de 61 ans. Président de la République démocratique du Congo du 17 mai 1997 au 16 janvier 2001, date de son assassinat par un enfant-soldat membre de sa garde rapprochée.

16 Janvier 1989

Pierre Boileau

Ecrivain français, né le 28 avril 1906 à Paris, décédé à Beaulieu-sur-Mer (Alpes-Maritimes), à l’âge de 83 ans. Il écrivit en collaboration avec Thomas Narcejac une cinquantaine de romans policiers dont plusieurs furent adaptés au cinéma.

Une vie, un portrait
des jours précédents

15 Janvier 1919

15 Janvier 2011

15 Janvier 1519

14 Janvier 1977

14 Janvier 1986