Tamerlan

Il est décédé le 

Elle est décédée le

14 Février 1405

Chef de guerre turco mongol, né le 8 avril 1336 à Kech (actuel Ouzbékistan), décédé à Otrar (actuel Kazakhstan), à l’âge de 68 ans. A la pointe de l'épée, ce conquérant impitoyable se tailla en Asie centrale un vaste - et éphémère- empire qui s'étendait de la Turquie au Gange en Inde. 

 Il existe différentes manières pour nommer ce grand conquérant asiatique : Timour dans sa langue d’origine, Timur Lang en persan, Amir Temur en Ouzbékistan, Amir al-Kabîr en arabe. Un nom pour chacun des peuples qu’il asservit par la force des armes. Tamerlan appartenait à la tribu des Barlas, originaire de Mongolie, qui s’était installée près de Samarkand, deux siècles plus tôt, dans le sillage des invasions de Gengis Khan. Son père Taragaï fut le premier chef de clan à se convertir à l’islam. Un choix politique judicieux qui lui ménagea l’appui des populations et des élites musulmanes locales mais aussi turques, dans une région troublée par les incessants conflits politiques et religieux que se livraient les roitelets.

 A l’époque, l’Asie centrale était divisée en une multitude de petits royaumes turco-mongols baptisés khanats. Des khans (rois), souvent élus, dirigeaient ces territoires. Les khanats étaient regroupés dans un empire unique, le khaganat, soumis à l’autorité d’un empereur appelé khagan auquel les khans devaient faire allégeance. En 1337, un an après la naissance de Tamerlan, le khanat de Djaghataï fut divisé en deux Etats antagonistes : la Transoxiane habitée par la population convertie à l’islam et le Mongholistan peuplé de sujets restés fidèles au bouddhisme.

 A l’âge de 16 ans, le jeune Tamerlan, né musulman, entra au service du khan de Transoxiane. Il gravit rapidement les échelons hiérarchiques. A l’âge de 20 ans, son maître le nomma général en chef de l’armée. En 1357, l’assassinat du khan de Transoxiane plongea la région dans la guerre. Sans doute avait-il péri à la suite d’un complot commandité par le khan du Mongholistan, Tughluk. Le chef du clan bouddhiste envahit la Transoxiane et décida de réunifier sous son autorité unique l’ancien royaume de Djaghataï. Il acheta la complicité de Tamerlan. Ce dernier, en échange d’un poste de conseiller dans le nouveau régime, devait rallier l’aristocratie et les populations musulmanes. Les vaincus refusèrent de se soumettre. La ville de Samarkand menaçait de se révolter. Suspecté d’avoir trahi les siens et d’être un apostat, Tamerlan décida de rejoindre son beau-frère Husayn qui animait la résistance aux bouddhistes. La mort dans des circonstances non élucidées de Tugluk permit de libérer la Transoxiane et de conquérir le Mongholistant. Qui dirigerait le nouveau khanat ? Tamerlan ne souhaitait pas partager le trône avec son beau-frère. Il organisa son assassinat en 1369 et monta sur le trône à Samarkand avec le titre non pas de khan mais de « Amir al-Kabîr » qui signifie « grand prince » en arabe.

 Peu doué et vite lassé par les questions administratives, il installa sur le trône de Transoxiane un fantoche, sitôt son pouvoir affermi dans son pays. Guerrier hors pair, Tamerlan rêvait de conquérir un empire aussi vaste que celui de son compatriote Gengis Khan. Il épousa une des veuves de Husayn qui descendait du célèbre empereur mongol. Il se prétendit « gendre impérial ». Se réclamant de sa filiation, il lança ses cavaliers et ses soldats sur les terres de ses voisins. Pour arriver à ses fins et faire table rase du passé, il n’hésita pas à exterminer ses ennemis. Il mit à mort les fantassins prisonniers, il dévasta les villes et campagnes, il exécuta les élites politiques et religieuses, il massacra les populations qui lui résistaient et cela au nom de la religion. Une épuration ethnique avant l’heure ensanglanta cette région du monde aux confins de l’Asie et de l’Europe. En trente ans, Tamerlan réunit sous sa main de fer un empire immense : il s’appropria d’abord les khans d’Asie centrale (actuels Ouzbékistan, Turkménistan, Kirghizstan, Tadjikistan, Ouzbékistan). En 1383, il s’empara de l’Afghanistan et de la totalité de la Perse. En 1395, il battit à la bataille de Kur, Tohktamich, le chef de la Horde d’or, et ajouta l’Azerbaïdjan à son butin. En 1398, il lança ses troupes à l’assaut de l’Inde. Il annexa l’actuel Pakistan et arriva sur les bords de l’Indus et occupa la ville de Delhi. Il fit décapiter, affirment les chroniques, plusieurs dizaines de milliers de soldats prisonniers et réduisit en esclavage la population qui n’avait pu s’enfuir.

 De retour d’Inde, il entama une campagne contre les turcs. Il prit Bagdad et l’Irak, Alep, Damas et la Syrie. Il s’installa en Anatolie, après la victoire de ses troupes à la bataille d’Ankara au détriment des Mamelouks commandés par le sultan Bayezid 1er. Fait prisonnier l’empereur ottoman mourut en captivité. Insatiable, Tamerlan se dirigea alors vers le Causasse. Il dévasta la Géorgie, abattant toutes les églises, détruisant des centaines de villes et villages. L’année suivante, il décida une expédition militaire contre la Chine qui jouxtait son empire. Il ne put mener à bien cette dernière agression. La peste vint à bout du conquérant sanguinaire. Il mourut avant d’avoir pu s’emparer de l’Empire du milieu.

 A sa mort, son Etat s’étendait de la Turquie à l’ouest au Gange à l’est. Il bordait le golfe persique et l’océan indien au sud. Au nord, il longeait la mer Caspienne et venait buter sur la mer d’Aral et le lac Baïkal. Le guerrier laissait 18 épouses et un nombre inconnu de concubines. Ses fils aînés étant morts, il désigna son petit-fils comme successeur. Mais ses autres fils et membres de sa famille refusèrent de reconnaître son autorité. L’empire éphémère qu’il avait crée ne lui survécut pas. Il se divisa en plusieurs Etats concurrents et finirent pas disparaître où se diluer dans de nouveaux ensembles étatiques.

Jean-Pierre Giovenco

Illustration : Marc Daniau

Demain : Anna Marly

masculin
Google news Référence: 
099
21 Janvier 2016 - 10:36am

Une vie, un portrait du jour

20 Février 1997

20 Février 1976

20 Février 1920

Une vie, un portrait du jour

20 Février 2010

Alexander Haig

Militaire et homme politique américain, né le 2 décembre 1924 à Philadelphie (Pennsylvanie), décédé à Baltimore (Maryland), à l’âge de 85 ans. Commandant des forces de l’Otan en Europe de 1974 à 1979 et Secrétaire d’Etat (ministre des Affaires étrangères) sous la présidence de Ronald Reagan en 1981-1982.

20 Février 1993

Ferruccio Lamborghini

Industriel italien, né le 28 avril 1916 à Renazzo de Cento (Emilie-Romagne), décédé à Pérouse (Ombrie), à l’âge de 76 ans. Fondateur de la marque de voiture de sport qui porte son nom.

20 Février 2010

Jean-Pierre Treiber

Garde-chasse français, né le 8 avril 1963 à Mulhouse (Haut-Rhin), décédé par suicide à la prison de Fleury-Mérogis (Essonne), à l’âge de 46 ans. La justice le suspectait d’avoir assassiné Katia Lherbier et Géraldine Giraud.

20 Février 2003

Maurice Blanchot

Ecrivain et philosophe français, né le 22 septembre 1907 à Devrouze (Saône-et-Loire), décédé à Mesnil-Saint-Denis (Yvelines), à l’âge de 95 ans. Auteur notamment de Thomas l’obscur (1950) et de L’attente l’oubli (1962).

20 Février 1194

Tancrède de Lecce

Prince normand, né vers 1138, décédé à Palerme (Sicile), à l’âge de 56 ans. Descendant de la dynastie des Hauteville, il fut roi de Sicile de 1189 à 1194.

Une vie, un portrait
des jours précédents

19 Février 1997

19 Février 2016

19 Février 2016

18 Février 2015

18 Février 1546