William Shakespeare

Il est décédé le 

Elle est décédée le

23 Avril 1616

Dramaturge anglais, baptisé le 26 avril 1564 à Stratford-upon-Avon (Warwickshire), décédé dans la même ville, à l’âge de 52 ans. Auteur de tragédies mais aussi de comédies, le père de la langue anglaise est l’un des auteurs les plus traduits au monde encore aujourd’hui.

N’en déplaise aux historiens du dimanche, aux jaloux et aux affabulateurs en tous genres qui préfèrent la légende et le mythe à la vérité, Shakespeare a bien existé. Des chercheurs ont retrouvé dans le registre paroissial de l’église de la Sainte Trinité la date de son baptême et celle de son enterrement. Les plus sceptiques apprendront que le dramaturge a été inhumé dans le chœur même de l’église dont il était un sociétaire régulier. Sa tombe y est toujours visible de même qu’un buste commandé par sa famille et placé là à sa mort. Chaque année, à la date présumée de sa naissance, des admirateurs installent une plume d’oie dans la main de l’écrivain. Une manière également de rappeler à ceux qui contestent son talent qu’il est bien l’auteur de ses pièces de théâtre. De longues études scientifiques ont tordu le cou aux divagations des partisans du complot qui affirmaient qu’un ou plusieurs écrivains se cachaient derrière le nom de Shakespeare.

 Certes, les informations sur la vie privée du dramaturge sont assez minces, ce qui ne facilite pas la besogne du biographe. On sait qu’il était le fils de John Shakespeare, un prospère négociant en laine et peaux, enrichi dans la spéculation foncière et immobilière. Ne dit-on pas qu’il stocka des grains de blé en période de disette pour faire monter les prix. En 1568, John Shakespeare devint maire (bailli) de sa ville. Sa mère, Mary Arden, appartenait à l’aristocratie. William reçut une excellente éducation et étudia dans les meilleurs établissements de la ville. En 1577, son père le retira de l’école pour une raison inconnue. Avait-il cessé de financer les études de son fils à la suite d’un revers de fortune ? William était-il entré dans la vie active pour aider son père dans le besoin ? On ne sait rien des cinq années qui suivirent.

 On retrouva la trace de William en novembre 1582, date à laquelle il épousa à l’âge de 18 ans une femme de huit ans son aînée Anne Hattaway. L’épouse de 26 ans – un âge avancé à l’époque – était la fille d’un riche fermier. La différence d’âge semble accréditer l’idée d’un mariage arrangé à la hâte. William entendait peut-être renflouer ses finances grâce à cette union, à moins qu’il y fût contraint pour éviter un scandale, Anne étant enceinte de trois mois au moment de la cérémonie. Une fillette naquit six mois plus tard. En 1585, Anne donna naissance à des jumeaux. Selon certains, le couple ne s’entendait plus. Mais les preuves manquent pour confirmer ces propos.

 Les sept années suivantes restent emplies de mystères. On perd sa trace. Selon certains, il aurait été embauché pour remplir la fonction d'instituteur dans le Lancashire par un propriétaire terrien catholique comme lui. Or, on ne sait rien de la religion à laquelle il adhérait. Des historiens jugent qu’il avait rejoint l’anglicanisme, d’autres croient qu’il partageait les croyances catholiques de son père et un troisième groupe affirme qu’il participa à la création de la franc-maçonnerie. Tout cela sans preuve formelle. Selon d’autres rumeurs, il aurait été avocat, médecin, soldat, boucher, marin, et enfin comédien. Cette dernière piste semble plus crédible. En 1594 - il avait alors 40 ans - un document officiel atteste qu’il fut engagé par le Theatre, la troupe de James Burbage, soutenue financièrement par Lord Chambellan. William Shakespeare avait été embauché pour jouer la comédie mais surtout pour écrire les pièces qui étaient représentées dans le théâtre bâti à Shoreditch, au nord de Londres. Les sources d’inspirations ne manquèrent pas à William Shakespeare. Il vécut sous le règne d’Elisabeth 1er d’Angleterre, surnommée « la reine vierge », qui régna de 1558 à 1603. En 1587, il apprit l’exécution de Marie Stuart, reine d’Ecosse et reine consort de France, sur décision de sa cousine Elisabeth 1er. Il se réjouit sans doute quand on lui annonça que « l’invincible armada » espagnole avait été défaite par les anglais et la tempête au large des côtes britanniques.

 La chronologie des œuvres réalisées par Shakespeare entre 1580 et 1613 est encore aujourd’hui débattue par les spécialistes. Il faut distinguer la date d’écriture de la pièce, celle de sa présentation au public et enfin la publication ultérieure sous forme de livret. Certaines pièces ont été écrites plusieurs années avant leur représentation. D’autres, sont restées inédites. Quelques unes, présentées au public, n’ont jamais été publiées ou ont été piratées. En revanche, il est plus aisé de classer son œuvre. On distingue quatre catégories : les tragédies (Antoine et Cléopâtre, Hamlet, Jules César, Macbeth, Othello, Le roi Lear, Roméo et Juliette) ; des pièces historiques (Edouard III, Henri VIII, Henri V, Le roi Jean) ; des comédies (Les deux gentilshommes de Vérone, Le marchand de Venise, La mégère apprivoisée, Le songe d’une nuit d’été, La nuit des rois) ; des romances (La tempête).

 Après un long règne de 44 ans, Elisabeth 1er mourut. Les historiens baptisèrent son époque « ère élisabéthaine » en référence à l’épanouissement du théâtre anglais dont William Shakespeare était le plus talentueux représentant. Devenu célèbre auprès du public lettré de l’époque, le dramaturge s’était enrichi. En 1596, grâce à son intervention, son père John put arborer des armoiries dont la devise était « Non sanz droict » (Pas sans droit). William acheta une grande demeure à Stratford. Il y installa sa femme et ses enfants. En 1611, à l’âge de 47 ans, il décida de prendre sa retraite. Il mourut le jour de son 52ème anniversaire. Si l’homme demeure encore aujourd’hui entouré de mystères, son œuvre, immense, toujours vivante, reste à découvrir. Ce même jour, mourait Miguel de Cervantes à Madrid, l’auteur de L’ingénieux hidalgo Don Quichotte de la Manche.

Illustration : Marc Daniau

Demain : Pierre Lazareff

masculin
Google news Référence: 
978
26 Mars 2016 - 12:45pm

Une vie, un portrait du jour

24 Mai 1941

24 Mai 1974

24 Mai 1543

Une vie, un portrait du jour

24 Mai 2006

Claude Piéplu

Acteur et comédien français, né le 9 mai 1923 à Paris, décédé dans la même ville, à l’âge de 83 ans. Talentueux et pleins d’humour, abonné aux seconds rôles au cinéma, il occupa le haut de l’affiche au théâtre. Artiste populaire aimé du public, il apparut dans nombre de téléfilms. Il fut la voix du célèbre et controversé dessin animé Les Shadoks présentés sur le petit écran en 1968 et 1969.

24 Mai 1995

Harold Wilson

Homme d’Etat britannique, né le 11 mars 1916 à Huddersfield (Yorkshire), décédé à Londres, à l’âge de 79 ans. Leader du parti travailliste, il occupa la fonction de premier ministre de 1964 à 1970.

24 Mai 1948

Jacques Feyder

Cinéaste français d’origine belge, né le 21 juillet 1885 à Ixelles (Belgique), décédé à Prangins (Suisse), à l’âge de 62 ans. Il réalisa une trentaine de courts et longs métrages dont L’Atlantide (1921), Thérèse Raquin (1921) et La kermesse héroïque (1935). 

Une vie, un portrait
des jours précédents

23 Mai 2013

23 Mai 1992

23 Mai 2017

22 Mai 1001

22 Mai 1910